Référence multimedia du sénégal
.
Google

UTILISATION DU RESEAU DE TELECOMMUNICATIONS PUBLIQUES: Le Ps s’interroge sur la pertinence de la redevance

Article Lu 1446 fois

Le Parti socialiste, dans une déclaration en date du 14 mai, « interpelle le gouvernement sur l’opportunité, au regard de la détérioration du pouvoir d’achat des populations, de la redevance sur l’accès ou l’utilisation du réseau de télécommunications publiques qui n’aura pour incidence que de renchérir le coût du téléphone et par conséquent de freiner la généralisation de l’accès à cet outil de communication de base ».



UTILISATION DU RESEAU DE TELECOMMUNICATIONS PUBLIQUES: Le Ps s’interroge sur la pertinence de la redevance
C’est au nom de la logique affairiste, soutiennent les socialistes, qu’Abdoulaye Wade, s’attaque aujourd’hui à la participation de l’Etat dans le capital de la SONATEL, « décision qui pousse des cercles de plus en plus larges de citoyens à interpeller le gouvernement sur les véritables motivations de cette décision ». Et d’ajouter : « Cette interpellation qui va au-delà d’une simple interrogation, porte également sur les conditions de sélection de la banque d’affaires chargée d’évaluer ces actions et de définir les modalités de leur cession eu égard aux échos d’absence de transparence relevés dans la passation de ce marché ».

Pour les camarades de Ousmane Tanor Dieng, « dans cette quête effrénée d’argent, aucun moyen n’est écarté. Abdoulaye Wade, après s’en être pris à la BCEAO et à l’ASCENA, s’attaque maintenant à la FAO et aux ONG, considérés comme des obstacles à la mise en œuvre du plan ourdi pour d’abord engranger et ensuite utiliser à d’autres fins l’aide internationale destinée aux secours alimentaires d’urgence ».

Attention au détournement d’objectif

Par ailleurs, la décision de transférer les activités aéronautiques de l’ASECNA à l’Etat du Sénégal, dictée par la logique affairiste des lobbies qui infestent la sphère publique, ne vise en réalité, selon le Ps, qu’une volonté de faire main basse sur les redevances aéronautiques ainsi que sur le patrimoine foncier destiné aux activités aéronautiques.

« Dans cette affaire, il faut craindre, avec la mauvaise gestion qui caractérise le régime libéral, un détournement d’objectif dans l’utilisation de ces fonds destinés à la réalisation d’infrastructures et d’équipements structurants et à la formation des acteurs et travailleurs du secteur aérien et aéronautique. Le Parti socialiste qui manifeste son inquiétude eu égard à l’indolence propre au pouvoir actuel, interpelle le gouvernement sur les mesures d’accompagnement prises dans ce secteur à haute intensité sécuritaire où les carences se paient au prix des vies humaines », notent les socialistes. Ils font remarquer : « D’interpellation, la réaction du Parti socialiste devient suspicion à propos de la nébuleuse qui entoure la redevance pour le développement des infrastructures aéroportuaires assise, depuis 2005, sur tout billet d’avion à destination et en partance du Sénégal pour un trafic aérien annuel d’environ 1.500.000 passagers. C’est pourquoi il invite le Ministre de l’Economie et des Finances à éclairer les Sénégalaises et les Sénégalais sur les modalités de gestion et la destination des dizaines de milliards de francs CFA générés par cette taxe »

Devoir de vérité

Sur toutes ces questions, disent-ils, et sur la « brume qui entoure la gestion financière de l’ANOCI, le Parti socialiste, à l’instar d’une frange avisée de l’opinion, engage Abdoulaye Wade à fournir des éclaircissements au lieu de toujours chercher, par des moyens détournés, à esquiver les préoccupations actuelles des Sénégalais ».

Dans ce sens, le Parti socialiste qui s’oppose à la révision projetée de l’article 27 de la Constitution, « dénonce le juridisme de mauvais aloi qui sert d’argutie à cet énième parjure d’Abdoulaye Wade. Au-delà du coup d’Etat constitutionnel que prépare cette nouvelle tentative de perversion des normes démocratiques, le Parti socialiste réaffirme que la rédaction actuelle de l’article 27 de la Constitution ne prévoit que le référendum et met au défi Abdoulaye Wade d’organiser une consultation populaire sur la question ».

Assurer l’ordre public alimentaire

Au lieu de se perdre dans les tours et autres ruses, Abdoulaye Wade gagnerait, de l’avis des socialistes, à consacrer son énergie à assurer l’ordre public alimentaire en prenant les mesures appropriées pour freiner la hausse vertigineuse des prix à la consommation et pour garantir l’approvisionnement régulier du marché en denrées et produits de première nécessité.

Le Parti socialiste invite Abdoulaye Wade à mettre fin à son « subterfuge suicidaire du dilatoire en engageant résolument le gouvernement dans des négociations sérieuses avec l’Intersyndicale enseignante afin de sauver l’école sénégalaise du spectre de plus en plus visible de l’année blanche ».

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1446 fois

Vendredi 16 Mai 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State