Référence multimedia du sénégal
.
Google

UTILISATION DES PROFITS PRODUITS PAR LES BANQUES ISLAMIQUES EN OCCIDENT: Me Wade veut que les 500 millions de dollars de «ribaa» servent à lutter contre la pauvreté…

Article Lu 12206 fois

Utiliser les profits générés par les banques islamiques installées dans les pays développés et considérés comme de la «ribaa» (profit illicite) pour financer le développement des pays pauvres africains. En l'évoquant hier, lors du premier Forum international sur les finances islamiques, Me Wade, président de l'Orgranisation de la conférence islamique (Oci), pense à la manne de près de 500 millions de dollars qui est en jeu. Et selon lui, les finances islamiques doivent pro­fiter d'abord aux pays de la Ummah avant de servir au reste du monde.



UTILISATION DES PROFITS PRODUITS PAR LES BANQUES ISLAMIQUES EN OCCIDENT: Me Wade veut que les 500 millions de dollars de «ribaa» servent à lutter contre la pauvreté…
L'option prise par les banques islamiques de ne pas utiliser les profits qu'elles produisent et con­sidérés comme illicites aux yeux de l'Islam n'est pas du goût du chef de l'Etat, Me Abdoulaye Wade qui a procédé hier à l'ouverture du pre­mier Forum sur les finances islamiques dans l'Union économique et monétaire ouest­-africaine (Uemoa). Le président en exercice de l'Organisation de la conférence islamique (Oci) a laissé entendre que laisser les profits générés par les banques islamiques dans les pays développés n'a pas de sens. Cette manne finan­cière que Me Wade évalue à environ 500 mil­lions de dollars, soit 225 milliards de F Cfa, pourrait à son avis profiter aux pays musulmans sous-développés de l'Afrique. Pour le président de la République, il faut donner aux pays de la Ummah islamique ce qui est produit comme profits avec la rentabilisation des capitaux dans les banques islamiques installées dans les pays développés et «qui correspond à la ribaa pour la lutte contre là pauvreté».

L'ampleur de 1a tâche dans la croisade contre le sous-développement étant énorme, il convient de trouver des mécanismes pour encourager l'émergence au niveau des pays de la Ummah.

Tout en saluant les énormes efforts consentis par la Banque islamique de développement (Bid) dont les financements ont beaucoup servi au Sénégal, notamment dans sa politique de soli­darité, sa politique sociale, inspirées par les principes islamiques, le président Wade a toute­fois déploré le manque de ressources de ladite banque. Revêtant sa toge de professeur d'é­conomie, Me Wade, qui a fait un cours magis­tral sur les finances islamiques, a révélé avoir boudé, il y a deux ans, un livre dans ce domaine. Une réflexion d'«universitaire» qui théorise une solution susceptible de renflouer les caisses de la Bid de sorte qu'elle puisse faire face à la forte demande sociale des pays pau­vres de la Ummah islamique.

Abdoul Aziz Seck
Source Le Populaire

Article Lu 12206 fois

Mercredi 13 Janvier 2010





1.Posté par kou Rousse le 13/01/2010 11:53
Ne donnez rien à ce filou. Gelez toutes les aides au Sénégal, en attendant qu'on se débarrasse de lui et de sa famille.

2.Posté par moi le 13/01/2010 12:48
mais vous avez remarqué comment il est moche notre président???????????????????????????????????????????

Nouveau commentaire :
Twitter

Insolites





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State