Référence multimedia du sénégal
.
Google

UN SDF FRANCAIS À DAKAR: La galère au quotidien

Article Lu 11548 fois

La vie de Frédéric Vilain oscille entre espoir et désillusion. De son pays natal au Sénégal via le Cameroun, Vilain souffle le chaud et le froid. Ses révélations sont certes ahurissantes mais pleines d'émotions. Sans domicile fixe (Sdf) après sa mésaventure au Cameroun, ce Français sera rapatrié volontairement en France dans l'espoir de remettre un peu d'ordre dans sa vie mais en vain. Chez lui, il sera "honni", au Cameroun, Vilain sera dépité et au Sénégal il vit dans la galère.



UN SDF FRANCAIS À DAKAR: La galère au quotidien
Visiblement malmené par la faim, Frédéric Vilain a, en plus de sa voix mélancolique, quelque chose dans son regard qui exprime une grande tristesse. Il suffit de s'approcher de cet homme pour se convaincre que rien ne marche. Pis, M. Vilain déclare être au fond du gouffre. "Il ne me reste plus que cinq cents francs pour vivre" dit -il d'une voix triste .

"Pas question que je retourne en France"

Le monde serait -il en train de tourner à l'envers ? En tout cas, pour ce qui est de Frédéric Vilain, l'on serait tenté de répondre par l'affirmative. La situation dans laquelle il évolue ne semble pas lui «déplaire». Vilain s'oppose à son rapatriement vers son pays d'origine. D'un ton ferme, il déclare que c'est inopportun pour lui de retourner en France. «Il n'est pas question que je retourne en France» lâche-t-il très déçu. Son choix se justifie par une crainte d'endurer une autre situation beaucoup plus dramatique dans son pays. «Je préfère rester ici. Chez moi, ma situation serait encore pire. Figurez- vous que je me suis fait rapatrier du Cameroun en 2005. Une fois en France, je me suis retrouvé sans moyens», a-t-il révélé. Saisissant cette occasion , il tire sur le comité d'entraide aux Français rapatriés (Cefr) qui devait, à l’en croire, s'occuper de son cas une fois en hexagone : «Cette structure n'a rien fait pour moi en plus de l'aide psychologique qu'elle devait m'apporter, elle devait aussi me verser à la fin de chaque mois la somme de 2 000 euros.
Aucun de ces engagements n'a été respecté» s'empresse-t-il de dénoncer. En lui demandant si en France si sa mère qui est encore en vie, ses proches, ses amis auraient pu l'aider, il répondra tout simplement que dans son pays ses compatriotes ont perdu le sens de la solidarité. «Chacun vit dans son coin sans se soucier de son prochain», clame-t-il. En dépit de la précarité dans laquelle il vit, Frédéric réaffirmera une fois de plus son intention de rester au Sénégal ou de repartir au Cameroun dont il détient encore une carte de séjour valable jusqu'en 2013.

Retour sur la mésaventure "camerounaise"

C'est avec un air nostalgique qu'il a raconté son séjour au Cameroun. Selon Frédéric, tout est parti d' une simple relation amoureuse avec une jeune fille camerounaise qu'il a connue en France. Ce coup de foudre pour cette fille africaine lui fait fouler pour la première fois les terres de l'Afrique, précisémént au Cameroun, patrie de sa compagne. Mais trés vite leur relation va connaître des secousses. De maltraitance au rejet, le couple vole en éclats après que Vilain ne soit dépossédé de ses biens. Après cette mésaventure, Frédéric fait une autre aventure amoureuse avec une autre camerounaise. Cette fois-ci, cette nouvelle relation sera fructueuse car de là naîtra une fillette. Entre tracas et fracas, le mariage avec Irêne (c'est le nom de sa femme) finit dans le gouffre. Résultat : chacun y va de son côté. Vilain se retrouve dans la rue. Ne pouvant plus supporter cette mésaventure, il demande alors son rapatriement vers la France d'où il passera deux années de galère qui ont failli lui coûter la vie parce-qu'il voulait se suicider.

L'histoire est en train de se répéter

Vilain débarque à Dakar au mois de mai 2007. Frédéric Vilain comptait tourner la page de sa vie jalonnée de cascades de déception. Même si son arrivée au Sénégal est encore liée à une histoire de fille, cela rentrait dans le cadre de gommer sa désillusion du Cameroun où il lui est venu à l’esprit le besoin de se suicider. Comme au Cameroun, M. Vilain ne réussira pas à s'entendre avec sa nouvelle compagne, une certaine Aichata, étudiante guinéènne à la faculté des Sciences Economique et de gestion à l'Ucad. C'est par le biais d'Internet que Frédéric a connu l'étudiante guinéénne. Selon notre interlocuteur, Aicha l'a quitté quand il n'avait plus rien. Déboussolé, Frédéric se lance dans le petit métier pour sa survie. Selon lui, il a travaillé pour un célèbre animateur de la place qui ne l’a rétribué que par le simple mot merci. «Plusieurs personnes ont profité de ma condition pour m'arnaquer comme l'a fait une dame restauratrice qui, en me prêtant main forte et en me donnant à manger gratuitement tous les midis, a tout gâché en voulant confisquer mes bagages. Ses fils m'ont également t soutiré beaucoup d'argent" révéle- -t-il avec amertume. Le destin est devenu cauchemardesque pour lui et cela semble aller de mal en pis au Sénégal.
Le seul souhait de Frédéric Vilain est de quitter les bas-fonds de la désillusion en trouvant un emploi dans le domaine du tourisme et de la restauration. "Je peux beaucoup apporter à celui qui me fera confiance en multipliant son chiffre d'affaires", se targue-t-il. En ce moment, il est domicilié chez son ami à Yoff Layène. Avant d'être logé par cet ami, Frédéric passait la nuit à la plage de Yoff, faute de ne pouvoir honorer son loyer. Âgé d'une quarantaine d'années, Frédéric espère touner cette page de son histoire grâce aux bonnes volontés.

Source: Le Matin

Article Lu 11548 fois

Mercredi 6 Février 2008





1.Posté par mana le 06/02/2008 09:40
c'est triste comme histoire ! mais la majorité des sénégalais vivent la pareille voire pire

2.Posté par verité le 06/02/2008 09:56
dakar aussi c la galere ya plus d'entre aide hélas, les temps changent

3.Posté par bijou le 06/02/2008 10:58
Bonjour à tous ! Puis-je avoir l'adresse de Frédéric s'il vous plait ? Je ne peux pas faire grand chose mais juste un petit geste de ma part.
En fait le seul conseil que j'ai à lui donner, c'est de tourner la page avec les filles pour le moment , de s'occuper de son avenir.
Son adresse s'il vous plait. Merci !

4.Posté par mostafa le 06/02/2008 11:14
bijour bayi léne seytané tu as des senegalais qui souffrent plus que ce type si tu souhaite aider vas en ville tu verra beaucoup de personnes qui dorment dans la rue. Khana tu espere te faire remarquer parceque c'est un toubab.
go way samba allar degouté espece de complexé. ce type normalement ten a rien rien a foutre de lui

5.Posté par mostafa le 06/02/2008 11:27
je voulais dire BIJOU NUMERO 3

6.Posté par marème le 06/02/2008 12:06
mai ya des senegalais ki viven le pir en europe èpui il est encor jeune 40ans cè pa gran chose pour un homme pourkoi il na pa trouvè un petit boulo en france et restè laba et dan la vie il fau etre inteligen comen peut il alè avec les fille se faire dèplumè et etr rejetè comm ca. moi je te conseil dalè voir les francai ki son ici et ki son des chef dentreprise et ler exposè tes problem il von taidè. ou bien tu va a saly portudal ya des francai ki on de fran restauran laba . il pouron taidè bonn chance

7.Posté par Liseret le 06/02/2008 12:20
Au-delà de tout ça, j'ai honte de l'approche "économique" de l'amour qu'ont certaines Africaines. Il leur faut plus d'honneur, et apprendre à compter sur leurs propres forces, ainsi la "pétassization" de notre société va peut-être s'amoindrir. Car; à) ce rythme, même les futures généraitons de filles sénégalaises seront "contaminées"...CA a commencé déjà ches les 17-0 20 ans. Ce sont pas les toubasb seuls qui se font plumer : les hommes sénégalais, de préférence mariés aussi. Moi je dis : "stop à la salopisation" ; mes soeurs : un peu de fierté, et apprenez à travailler et compter que sur vos biceps, et pas autre c hose pour "avancer"...
QUant à Frédéric, il faut zapper les Africaines pour un moment, quand même, là ...

8.Posté par d le 06/02/2008 12:23
en europe, ce monsieur aurait le RMI qui s'eleve a environ 380 euros, et je pense qu'il peut les percevoir là bas, ce qui dait presque 250000 cfa. On ne nous a pas tout dit

9.Posté par moussa le 06/02/2008 13:36
ben oui cette histoire est louche rek, ou va le monde meme les occidentaux sont devenus des triant aferbou graw.
Il fau te convertir à l'islam et prendre un nouveau depart.

10.Posté par Reew le 06/02/2008 14:41
Vilain prépare une thèse de doctorat en sociologie, je le connais.

11.Posté par ciara le 06/02/2008 15:31
sa nom bi sakh da fa nekh vilain ,faut essaye de travailler il y a plein de trucs que tu peux faire ,rakass auto ,diaye banana, mecanicien ,menuisier, apprenti car rapide ,faut pas seulement se centrer sur le metier se la retauration.du couirage

12.Posté par recidive le 06/02/2008 16:08
C PAS VRAI , UN SDF A DAKAR , YA LE RMI POUR TOUT LES FRAN9AIS DANS LE MONDE , et il ya aussi des inalphabets blanc si c le cas .

13.Posté par amy le 06/02/2008 16:47
feen rek, qu'il aille a l'ambassade de francais. Da fa sonnagul rek c'est tout.

14.Posté par wi le 06/02/2008 16:55
du courage pour lui, j'pense kil' aime bien pays senegal il faux le encourager ce lever wasalam

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State