Référence multimedia du sénégal
.
Google

UN MOIS DE PRISON FERME A FATOU NDIAYE Elle avait édenté et arrache une partie de la joue droite de sa colocataire

Article Lu 1797 fois


Fallou Amar et Pathé Gueye que le destin avait réunis sous un même toit ne pouvaient pas imaginer que leurs épouses respectives allaient se battre comme des chiffonnières. Ces dernières, lasses de se balancer des propos aigres-doux, en sont venues aux mains. Leur corps à corps s’est soldé par une scène d’une rare atrocité. Car Fatou Diallo a porté un violent coup de pilon à la bouche d’Awa Diop au point de lui arracher une dent. Pis, elle s’est saisie de la joue droite de sa colocataire pour la mordre. Elle ne lâchera prise qu’après avoir arraché de la chair. La tigresse a été appelée devant la barre du tribunal correctionnel où elle a écopé pour son acte une peine de 6mois assortis de sursis dont 1 mois ferme.
Même si Fatou Ndiaye a présenté ses excuses à sa victime devant la barre, et celle-ci de les accepter et de lui pardonner, cela ne justifie en rien son acte qui frise le cannibalisme. En effet, elle s’est battue bec et ongles avec Awa Diop et s’en est tirée avec un doigt enflé suite à une morsure, mais c’est elle qui a fait plus de dégâts. En atteste la mine pitoyable de sa victime qui s’est présentée elle aussi à la barre du tribunal pour relater les faits. « Fatou Diallo et moi cohabitons dans une maison à Pikine. Un jour, je me suis rendue compte qu’elle a utilisé mes ustensiles de cuisine sans les nettoyer. Lorsque je lui en ai fait la remarque, elle n’a rien voulu comprendre. Je me suis du reste plaint auprès de son mari. C’était le 09 février dernier. Le lendemain, alors que je m’étais agenouillée pour laver, elle m’a provoquée en proferant des propos allusifs. Mais, je n’ai pas répondu à sa provocation. Ensuite, elle a saisi un pilon pour m’asséner un coup à la bouche qui m’a édentée. Elle a saisi ma joue pour la mordre jusqu’à arracher la chair », s’est plainte Awa Diop. Des déclarations battues en brèche par la prévenue qui sert une autre version : « C’est elle qui m’a provoquée. Nous nous sommes chamaillées le 09 février et elle m’a mordue à un doigt. Le lendemain, je l’ai vu porter le pantalon de son mari et j’ai vite compris qu’elle se préparait pour en découdre avec moi. Elle m’a surpris alors que j’étais en train de laver les ustensiles de cuisine et elle s’est acharnée sur moi. Je l’ai mordue à la joue. Les autres blessures qu’elle traîne, je n’en suis pas responsable. D’ailleurs, ma co-épouse ici présente dans la salle peut en témoigner », se défend la prévenue. Dans la recherche de la lumière sur cette affaire, le juge Cheikh Diop qui présidait l’audience du jour a ordonné la comparution de la dame Awa Gueye, co-épouse de Fatou Diallo. Cette dernière a révélé que lorsque la bagarre a débuté, elle se trouvait dans sa chambre car ce n’était pas à elle de préparer le repas du jour. Mais elle poursuit en précisant que c’est le bruit qui l’a motivé à sortir et lorsqu’elle a franchi le seuil de sa porte, les deux protagonistes se déchiraient dans la chambre de sa co-épouse. Une meilleure façon de sous-entendre que Fatou Diallo était la provocatrice. Mais cette dernière a rouspété ferme sans que la parole ne lui soit donnée pour déclarer à haute voix : « fékké woo dara ! » (tu n’étais pas présente ». Le tribunal a entendu les maris des deux bagarreuses pour leur demander ce qu’ils savaient de l’histoire. Pathé Gueye, l’époux de la prévenue flanquée de ses deux épouses, soutient que la victime a mordu sa dulcinée lors de la première bagarre. Et qu’il s’est rendu le même jour à la gendarmerie pour porter plainte avant que les pandores ne l’orientent vers la police. À l’en croire, lorsqu’ils ont été à la police, le policier qu’ils ont trouvé leur a demandé de se munir d’un certificat médical pour le joindre à leur plainte. Mais comme c’était le samedi, ils ont décidé d’attendre le lundi. Malheureusement, le dimanche, la seconde bagarre a eu lieu. Fallou Amar, pour sa part, a soutenu que Pathé n’a rien fait pour jeter de l’eau sur le feu. Pis, selon lui, quand sa femme lui a parlé de l’histoire, il est sorti de sa chambre tout furieux. Le procureur a requis 6 mois dont 2 mois ferme contre la prévenue. Finalement, c’est une peine de 6 mois assortis de sursis dont 1 mois ferme qui a été infligée à Fatou Diallo. Sa victime a désisté de sa constitution de partie civile, mais laisse éclater sa colère en disant qu’elle ne veut plus de la maison.

Source: L'observateur

Article Lu 1797 fois

Samedi 8 Mars 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State