Référence multimedia du sénégal
.
Google

UN MANQUE A GAGNER DE 300 MILLIARDS : Un train de mesures pour réduire les exonérations fiscales

Article Lu 1575 fois

Evaluer l’impact financier, économique et social des dépenses publiques, en vue d’améliorer les recettes fiscales, tels sont les objectifs du séminaire de deux jours qu’organise depuis hier, le ministère de l’Economie et des Finances, en partenariat avec les différents acteurs économiques, la société civile et les partenaires au développement.



UN MANQUE A GAGNER DE 300 MILLIARDS : Un train de mesures pour réduire les exonérations fiscales
Partant d’une estimation établissant à quelque 300 milliards FCFA le manque à gagner dû aux exonérations fiscales, la rencontre qui devra aussi valider la démarche méthodologique d’ensemble, fait suite à l’engagement pris par l’Etat du Sénégal, sur recommandation de la commission de l’Uemoa et sous l’impulsion de la Banque mondiale et du Fonds monétaire international (Fmi). Ceci dans une optique d’optimisation du rendement fiscal, d’amélioration de la performance et de la transparence dans la gestion des finances publiques. Les dépenses fiscales, selon le directeur général des Impôts et Domaines, Amadou Ba, sont un ensemble de mesures dérogatoires au droit commun, contenues dans le Code général des impôts et dans d’autres codes, textes de lois, protocoles d’accords ou conventions qui se matérialisent par des exonérations, des déductions, des réductions, des crédits et des reports d’impôts, ainsi que par des taux réduits d’imposition. Elles visent principalement à promouvoir les initiatives du secteur privé de manière à rendre l’environnement des affaires beaucoup plus propice à la création d’entreprises à forte valeur ajoutée et à améliorer les conditions de vies des populations.

Cette initiative traduit, selon le directeur de cabinet du ministre de l’Economie et des Finances, Mme Néné Mboup Dieng, la volonté des autorités sénégalaises de doter notre pays d’un système fiscal plus adapté au contexte national et international marqué par l’ampleur de la crise financière internationale. Le représentant résident du Fmi au Sénégal, Mme Valeria Fichera, a, pour sa part, assuré l’engagement de son institution à continuer d’appuyer l’Etat pour mener à bien les réformes envisagées. Quant au chef de la Délégation de l’Union européenne, Philippe Thomas, cette initiative marque la volonté des autorités sénégalaises de maintenir la stabilité macroéconomique, de renforcer le budget de l’Etat et de créer les conditions de la transparence et de l’équité. Au total, le Sénégal a pris 306 mesures de dépenses publiques identifiées, dont 184 de droit commun et 112 dans les différents régimes dérogatoires.


Mamadou SY
Source Le Soleil

Article Lu 1575 fois

Jeudi 15 Octobre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State