Référence multimedia du sénégal
.
Google

UN DANGEREUX BRIGAND ARRETE A TOUBA Amadou Kâ était le cerveau de la bande de malfaiteurs qui avaient violé une Française à Saly

Article Lu 11403 fois


Activement recherché depuis plusieurs années, Amadou Kâ, auteur de plusieurs actes criminels à Thiès, Diourbel et Kaolack, a été arrêté à Khombole par des gendarmes. Lui et sa bande sont les auteurs du viol d’une Française à Saly et du meurtre du pompiste de la station Total de la même ville. Ils sont également incriminés dans beaucoup d’autres histoires de vols.
Au départ, la bande était composée de cinq éléments qui opéraient dans les régions de Diourbel, Thiès et Kaolack. Armés de coupe-coupe et de fusils de fabrication artisanale, ils volent d’abord un troupeau de boeufs à Ndindy dans la région de Diourbel. Amadou Kâ, alias Ndéguété, arrive à s'enfuir pour se réfugier entre Pout, Saly et Diamniadio. Deux éléments de la bande seront, par contre, arrêtés par les gendarmes. Mais à Pout, Amadou Kâ arrive à former une autre bande, avec Alioune Ndibo, Oumar Diary Kâ et Mamadou Sow. En 2001, depuis Diamniadio où ils se sont planqués désormais, ils élaborent un plan pour une descente nocturne chez une Française, Madame Barros, née Antoine Dolorès, vivant à Saly depuis une dizaine d'années. Vers minuit, armés de coupe-coupe, ils débarquent sur les lieux à Saly. Guidés par un élément de la bande qui se trouve être un ancien gardien du domicile de la Française, ils retrouvent facilement la maison. Madame Barros et sa domestique seront tenues en respect. Ligotées, les deux femmes ont ensuite été sauvagement violées. Après avoir satisfait leur libido, les malfaiteurs emporteront une somme de trente mille francs, trouvée dans l’armoire de la dame. Cette même nuit, ils visiteront la station Total de Saly. Le pompiste sera tué lors de cette attaque. La recette journalière et un véhicule 4X4 Pick up ont été volés. Ne s'arrêtant pas en si…mauvais chemin, ils font cap sur Darou Mouhty, pour cambrioler le magasin de Modou Thiam. C’est alors que l'un d'eux perdra sur place son téléphone portable et une balle de son arme à feu. C'est cette imprudence qui va les perdre. Les gendarmes recevront, en effet, sur le même appareil, un appel venant d'un télécentre de Diamniadio. Au bout du fil, un homme qui refuse de décliner son identité. Alors, les gendarmes de Touba décident d'appeler sur le numéro du télécentre. La gérante renseigne que l’appel venait de deux hommes (des peulhs). Les brigades de Pout et Diamniadio sont alors mises en branle. Mais les deux hommes avaient déjà disparu. Ces malfaiteurs visiteront par la suite plusieurs magasins à Touba au courant du mois de décembre. Entre-temps, Awa Kâ - femme d'Amadou Kâ - sera retrouvée. Elle déclare n’avoir plus revu son mari depuis 6 ans. Avant de préciser que d'après des informations, il serait entre Diamniadio, Pout et Saly. Les éléments de la brigade de recherches de Touba se rendent alors dans la forêt de Pout, où ils découvriront le camp d’Amadou Kâ. Mais seule une femme sera retrouvée sur place par les pandores. Une perquisition sera effectuée et permettra de mettre la main sur un fusil de fabrication artisanale. Interrogée, la dame déclare que son mari (?) venait de quitter pour se rendre à Kaolack. Quelques jours après, les éléments de la bande se rendent à Khombole pour un vol de bétail. Mais complètement ivres, ils sèment la confusion dans un bar clando de la zone. Les gendarmes de Khombole se rendent sur place. Le défaut de pièces d’identité et leur refus systématique de répondre aux questions des gendarmes mettent la puce à l’oreille de ces derniers. Cuisinés, l'un d'eux craque et déclare avoir participé à des actes de criminalité à Touba notamment. Le commandant de la brigade de Khombole, Mbaye Seck, informe la brigade de Touba.Des éléments de la brigade de Touba descendent alors à Khombole pour cueillir Amadou Kâ et sa bande. Amadou Kâ passe ainsi à table et reconnaît le meurtre du pompiste de Saly, le viol de la Française, les cambriolages de Darou Mouhty et de Touba. Dès l’annonce de la nouvelle, les victimes commencent à défiler à la brigade de Touba pour des dépositions. Amadou Kâ et trois éléments de sa bande ont été déférés au parquet de Diourbel la semaine dernière.

Source: L'observateur

Article Lu 11403 fois

Mercredi 19 Décembre 2007





1.Posté par bella le 20/12/2007 14:54
ces malfaiteurs méritent d'etre tuer

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State