Référence multimedia du sénégal
.
Google

Transport sur les lieux saints de la chrétienneté : Du rififi dans les rangs des organisateurs du pèlerinage 2007

Article Lu 11145 fois

L’organisation du pèlerinage 2007 a provoqué de vives polémiques entre le Comité inter diocésain national des pèlerinages catholiques (Cinpec), dont le secrétaire général est l’archevêque de Kaolack, Benjamin Ndiaye, et l’agence de voyages, la Société sénégalaise de voyages et de tourisme (Ssvt) dirigé par Henry Labery.



Tout est parti du ‘Mémorandum’ du Cinpec adressé à la Ssvt. Un document qui fixe les règles pour l’organisation de pèlerinages parallèles prévus en septembre prochain sur les lieux saints de la chrétienneté. Le Cinpec, prétextant d’’obstacles-2001’, rappelle qu’après avoir organisé un pèlerinage ‘extraordinaire’ à l’occasion du Jubilé de l’année sainte 2000, est ‘désireux’ de maintenir le rythme traditionnel des années ‘impaires’, a décidé d’organiser un pèlerinage en 2001.
Sans doute, poursuit le Cinpec, en raison de l’année sainte 2000, l’Association des femmes capverdiennes n’avait pas pris son ‘tour’ d’organiser son pèlerinage à Fatima (Portugal), et elle a dû le reporter en 2001. Les périodes et destinations n’étant pas les mêmes, explique le Cinpec, l’organisation des deux pèlerinages, pour la première fois la même année, ne posait pas de problème majeur. ‘Or, voilà que des membres d’une communauté catholique de quartier de Dakar, sans se concerter avec l’Association des femmes capverdiennes, et sans en informer le Cinpec, avec le concours d’une agence de voyage de la place, décident d’organiser à la même période que l’Association des femmes capverdiennes, un pèlerinage à Fatima, qui devra poursuivre pour eux à Avila (Espagne) et à Lourdes (France). Ce dernier sanctuaire était pourtant inscrit dans le programme du Cinpec’. Tout est parti de là, souligne le Comité inter diocésain national des pèlerinages catholiques. ‘La rivalité entre l’Association et l’autre groupe (que le Cinpec ne nomme pas) va aller en s’accentuant. Au départ, leurs objectifs étaient Fatima, Avila, Lourdes et d’autres sanctuaires mariaux d’Europe. Mais ils ne cachaient pas leur ambition d’atteindre Rome, puis la Terre Sainte’.

Aujourd’hui, ajoute la même source, il y sont presque parvenus puisque l’agence (Ssvt) a affiché pour le mois d’octobre 2007 un pèlerinage à Fatima et en Terre Sainte, ‘au moment où le Cinpec prépare avec toutes les garanties requises, le pèlerinage officiel sur le circuit : Dakar-Paris-Lourdes-Terre Sainte-Rome-Paris-Dakar’ du 3 au 23 septembre 2007.

Ce ‘Mémorandum’ du Cinpec trancherait avec les règles de la concurrence. A l’image du pèlerinage sur les Lieux Saints de l’islam, pourquoi aucun opérateur privé ne peut organiser des voyages ?, semble s’interroger la Ssvt qui n’a que 20 pèlerins dans son registre. Dans sa réponse, le président Henry Labery n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour dénoncer le comportement du Cinpec. ‘Dans le domaine du pèlerinage, nous avons eu à proposer dès les années 50 à la communauté catholique, un pèlerinage au Sanctuaire marial de N. D. de Fatima. Ce fut par la voie maritime, le paquebot portugais ‘Rita Maria’, qui assurait la liaison Lisbonne/Bissau/Lisbonne a fait escale à Dakar exclusivement pour les quelque 50 participants. Le convoi avait été assuré par un Père suisse, dénommé De Bussard, ou Bussard, si la mémoire ne nous échappe pas’, rappelle M. Labery.

Dans son rappel historique, le président de la Société sénégalaise de voyages et de tourisme a fait état de l’expérience de sa structure reconnue par l’Iaata (Association internationale des transporteurs aériens). ‘Outre les pèlerins individuels, il existe au Sénégal des centaines d’associations musulmanes pour le pèlerinage qui, tous les ans, confient, passage obligé, leurs adhérents et candidats à La Mecque, aux agences de voyages agréées du Sénégal’.

La référence aux textes de loi régissant les agences de voyages sert, selon M. Labery, à ‘rappeler’ aux auteurs du ‘Mémorandum’ du Cinpec, document non daté, précise-t-il, qu’ils sont ‘complètement’ dans l’erreur et qui plus est sous le coup de la loi (article 4 du décret 2005-144) en fournissant des services qui ne relèvent pas de leurs compétences. ‘Ils représentent, eux (les auteurs), des obstacles, car s’adonnant à l’exercice d’une profession qui n’est pas la leur. Ils méconnaissent à l’évidence toutes les règles et tous les critères qui entourent, dans le domaine de la sécurité dont ils parlent comme dans bien d’autres, la délivrance d’une licence d’agence de voyages. Le ministère du Tourisme en charge des agences de voyages appréciera’, souligne M. Labery dans sa réponse au ‘Mémorandum’.

Au demeurant, pour le pèlerinage catholique (‘alors que des dizaines d’agences de voyages dont nous-mêmes’ organisent annuellement le pèlerinage aux Lieux Saints de l’islam, la Umra, pendant la période de ramadan comme le grand pèlerinage), ‘nous restons l’unique agence de voyages à nous y intéresser. Ce que nous faisons tous les mois d’octobre’.

Johnson MBENGUE
Source: Walfadji

Article Lu 11145 fois

Lundi 23 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Mercredi 7 Décembre 2016 - 12:16 NDIGUEUL DU KHALIFE DES MOURIDES: 500F par personne

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State