Référence multimedia du sénégal
.
Google

Transparence - Le Forum civil veut fouiller l'ANOCI: Karim Wade bloque la surveillance des comptes

Article Lu 1392 fois

Il n’y a pas eu de difficultés, pour les membres du Conseil de surveillance de l’Anoci, de disposer des éléments relatifs à la conception du projet des travaux. Mais, pour l’accès aux comptes, c’est la croix et la bannière. C’est pourquoi, le Forum civil, représenté dans cette instance par Jean Charles Tall, durcit le ton et fixe un ultimatum. Au-delà de leur date butoir, les amis de Mouhamadou Mbodji jurent de quitter le Conseil de surveillance, si les comptes ne leur sont pas communiqués.



Transparence - Le Forum civil veut fouiller l'ANOCI: Karim Wade bloque la surveillance des comptes
Pour une transparence aussi bien dans la conception de ses travaux bien que dans le contrôle des finances, un Conseil de surveillance avait été mis en place par l’Agence nationale pour l’organisation de la conférence islamique (Anoci). Mais, depuis son installation, le Conseil de surveillance éprouve des difficultés à accéder aux comptes de l’agence, dirigée par Karim Wade. La confidence est faite par le coordonnateur du Forum civil, Mouhamadou Mbodji, dont l’organisation siège au Conseil de surveillance.

M. Mbodji que nous avons joint au téléphone, hier, se désole que «le Forum civil n’ait aucun élément sur les comptes de l’Anoci». Cela, malgré maintes interpellations. Devant cette situation, M. Mbodji rapporte : «Le Forum civil a rappelé à l’Anoci qu’il était dans l’attente de l’ouverture des comptes. Les comptes comprennent les financements, leur utilisation et tout.» Mais, l’attente étant longue, «nous leur avons donné un rappel pour donner un dead-line afin de leur dire que si nous avons du retard par rapport à ces questions, nous serions obligés de le constater, quitte à quitter le Conseil de surveillance de l’Anoci». Cette position radicale exprimée par le Forum civile s’explique, selon son coordonnateur, par sa conviction : «Notre mandat, c’était d’exercer ce contrôle sur les travaux et sur l’argent. Si on ne peut pas le matérialiser, nous serons obligés de quitter l’Anoci. Le Forum est indépendant et, nous sommes capables d’évaluer et de quitter. On ne discute pas de ces questions.» Et de rabâcher : «L’enjeu est qu’on nous a mis dans le Conseil de surveillance pour qu’on regarde les comptes et nous allons voir s’ils (les responsables de l’Anoci) vont aller jusqu’au bout. Nous serons accompagnés par des experts dans ce travail. On a un dead-line, si on n’a pas tout, on part.»

Quid de la date limite fixée par le Forum civil ? Mouhamadou Mbodji se garde de l’évoquer pour, argumente-t-il, «ne pas donner à faire penser à un chantage». Mais, il jure que la dernière demande des comptes adressée à l’Anoci sera l’ultime. «Si cette demande n’est pas satisfaite, nous en tirerons toutes les conséquences», avertit-il.

Toutefois, il se réjouit de la lettre que l’Anoci leur a adressée, «il y a deux à trois semaines, pour nous dire qu’on allait mettre à notre disposition tous les éléments liés à ces comptes». Selon M. Mbodji, les demandes d’éléments relatifs à la conception du projet ont été satisfaites. «Les gens sont en train de fureter tout cela et nous allons être plus critiques. Mais, nous ne nous limitons pas aux critiques, nous allons formuler des recommandations», prévient-il.

La mise en place de ce Conseil de surveillance des activités de l’Anoci s’explique par les difficultés, pour les corps de contrôle de l’Etat, de produire un travail crédible, sans soupçons. Mouhamadou Mbodji explique les raisons : «Karim Wade étant le fils du Président, il serait difficile qu’on le soumette au contrôle de l’Inspection générale d’Etat. Les gens auraient dit qu’il s’agit d’une inspection de complaisance, même si ce n’est pas le cas.» Il s’y ajoute : «Tant que l’exercice n’est pas bouclé, la Cour des comptes ne pouvait pas intervenir. Pour ces raisons, on ne pouvait pas rester pendant deux ou trois ans sans qu’il n’y ait aucun contrôle sur des travaux qui vont mobiliser beaucoup de milliards. A notre niveau, nous avons dit qu’il nous faut exercer le contrôle citoyen.»

Sur la production d’un rapport sur les chantiers par le Syndicat des architectes (Synas), M. Mbodji raisonne, «le Forum civil avait fait noter, au sein du Conseil de surveillance, un certain nombre de distorsions au niveau des travaux et nous n’avions pas manqué de les soulever. L’Ordre des architectes a fait le même constat et produit un document pour faire les mêmes remarques. Il y avait une sorte de convergence sur les mêmes critiques et le Syndicat des architectes a fait le même travail. Ce qui avait occasionné la réunion de tous ces gens. L’Anoci a fait preuve de bonne foi en reconnaissant ses erreurs. Il fallait poursuivre cette logique jusqu’à se rendre compte que l’Anoci n’est pas sincère. L’Anoci a reconnu ses erreurs et a accepté de corriger».


Ndiaga NDIAYE
Source: Le Quotidien

Article Lu 1392 fois

Mardi 7 Août 2007





1.Posté par MARVEL le 07/08/2007 15:05

Un voleur se laisse t-il fouiller facilement ?

Pensez-vous qu'il va vous montrer quoi que ce soit avec ce qu'il a été capable de faire ailleurs, sans devoir de compte à personne selon son clepto de père qu l'a élevé ainsi et qui a dompté pour lui quelques animaux domestiques qui sont prêt à passer quotidiennement la langue sur les bottes du petit chimpanzé pour continuer à se faire appeler par des Monsieur le Ministre, Monsieur le Juge, Honorable député, chers fidèles militants et sympathisants, etc…..?

1° Le nom de Karim Wade à la Senelec.
- Un déficit de plus de 200 milliards
- Des arriérés de 130 milliards
- Des besoins de recapitalisation de 100 milliards

2° Le nom de Karim à la Sonacos
Bradée à 7 milliards

3° Le nom de Karim Wade aux ICS
- 7 mois d'arrêt de la production, avec un manque à gagner de 500 millions par jour d'arrêt
- 80 milliards de pertes,
- 200 milliards de dettes,
- Une filière engrais détournée,
- En guise de dessert, les phosphates de Matam bradées à Jérome Godart

4° Le nom de Karim Wade dans les ordures
- la facture de la collecte multipliée par 10 avec son Véolia
- contrat dramatiquement léonin

5° Le nom de Karim Wade à l'ANOCI
- une offre de 22 milliards (+ rallonge 5 milliards) préférée à une offre de 16 milliards
- Le coût au kilomètre de plus de 4 milliards au lieu de 500 millions
- 63 milliards pour la décoration d'à peine 16 kilomètres de route là où d'autres dépensent 10 fois moins pour plus de kilomètres, et de nouvelles routes de surcroît
- Du foncier sénégalais (du bloc des madeleines aux mamelles) d'une valeur de 300 milliards donné sans contrepartie (officielle) à des étrangers

6° Le nom de Karim Wade dans les fonds secrets
- Six chèques d'un total de 5 milliards 600 millions touchés par son garde du corps à la Cbao
- Un prêt de 2 milliards à un de ses amis remboursé par le trésor sénégalais
- 500 millions qui lui ont servi à acheter le bar Ozio + 80 millions de frais de réfection

7° Le nom de Karim Wade dans la concession du Terminal à conteneurs du Port de Dakar
- Le Sénégal gagne 2 fois moins
- 60 milliards de commission au clan Karim, à assumer par les sénégalais

8° Le nom de Karim Wade chez Jafza Dubaï
- 400 milliards de dons perdus,
- alourdissement de la dette de 200 milliards
- 10000 hectares de terres perdus par les sénégalais

9° Le nom de Karim Wade dans l'affaire de la réfection de l'avion présidentiel confié à une entreprise londonienne
- Une facture de 30 milliards de réfection sur un avion à changer 4 ans plus tard

On peut faire ainsi le tour de presque tous les ministères, toutes les agences, tous les pseudo projets mal ficelés ou qui tirent en longueur sans jamais finir, de tous les fleurons qui se sont cassés la gueule, de tous les plus gros scandales financiers du pays, partout le nom de Karim Wade arrive comme un cheveu sur la soupe, sur fond de mal façon, de corruption et de surfacturation.

Si Karim Wade échappe aux sénégalais après les avoir traités comme des petits singes durant 7 ans déjà, c'est que ce Djom, ce foula, ce Fayda que l'on prête aux sénégalais n'y sont plus depuis 2000.

MARVEL
marvel@hotmail.fr


2.Posté par babakash le 07/08/2007 20:19
Le rôle d'un Conseil de surveillance, c'est de surveiller, de contrôler. C'est une lapalissade, je sais, mais à la lecture de cet article, il semblerait qu'on ait besoin de la rappeler. En effet, comment peut-on cacher des informations à son conseil de surveillance, qu'est-ce qu'il surveillera alors?
Ce enfant, qu'on nous présente comme un géni, n'a rien réussi jusqu'ici. D'ailleurs le sommet de l'OCI risque d'être repoussé encore une troisième fois, et si jamais il avait lieu à la date prévu, il est claire qu'il serait impossible de terminer l'ensemble des travaux entamés. En somme, quoiqu'il arrive, c'est un echec total... Je me demande s'ils avaient des études de faisabilité avant de lancer ces pseudo-sentiers. Car faire des études de faisabilité et ne pas respecter à trois reprise les délais qu'on s'est soi-même fixé, c'est le paroxysme de l'incompétence. Et dire que son pére est fier de lui? QUI doit-il être alors? suivez mon regard ==========>

Maleureusement, l'incompétence ne tue pas!

Babakash
Babakash@gmail.com

3.Posté par MARVEL le 07/08/2007 22:42

Tu te trompes mon cher, l'incompétence tue bel et bien.
Elle tue généralement d'autres que leurs auteurs.
Ces routes mal faites, ce tunnel non sécurisé, ces infrastructures qui n'ont pas l'objet d'étude sérieuse pour respecter les normes peuvent causer la mort. .

Marvel

4.Posté par babakash le 08/08/2007 00:41
En effet!
C'est ça le pire... j'aurais aimé que seuls leurs auteurs en patissent. Or comme tu le soulignes ce n'est pas le cas, ce sont les pauvres Sénégalais que nous sommes qui sont les victimes. Cela devrait être un délit puni sévérement par la loi... KU MANOUL BAWO LOU YAKHOU YAWLA!

Babakash
Babakash@gmail.com

5.Posté par babakash le 08/08/2007 00:46
Marvel,

Je te laisse une dernière chance de te re (saisir)... STP, ne nous insultons pas!
Et puis ce sera l'occasion de m'apprendre à lire...lol... sans rancune!

babakash
ps: Je vois que ns pouvons être d'accord!

6.Posté par MARVEL le 08/08/2007 01:22

Babakash

Trop tard, j'ai déjà répondu à tes invectives à la suite de l'autre article, cela m'étonnerait que tu apprécies la réplique et je ne suis pas l'administrateur du site pour l'enlever. Note que cela n'était que de la légitime défense car je ne demande qu'à baisser les armes. L'ennemi de mon ennemi est mon ami, même de circonstance.

Marvel

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State