Référence multimedia du sénégal
.
Google

Trafic de femmes et d’enfants : Le gouvernement compte renforcer la répression

Article Lu 1929 fois

La répression contre le trafic de femmes et d’enfants sera renforcée, a indiqué ce matin le premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye qui présidait un conseil interministériel sur la question.



Trafic de femmes et d’enfants : Le gouvernement compte renforcer la répression
« Le contexte dans lequel nous vivons est un contexte de guerre et de crise économique avec son cortège de déplacements de personnes », c’est du moins la conviction du premier ministre qui présidait ce matin un conseil interministériel sur le trafic de femmes et d’enfants. C’est la raison, pour laquelle, a-t-il souligné qu’au niveau international, les nations unies avaient donné comme recommandations que les Etats puissent au niveau de leur législation interne sanctionner le trafic de personnes. Et depuis 2005, a indiqué le premier ministre, le Sénégal a intégré dans sa législation interne des dispositions assez sévères pour lutter de manière efficace contre le trafic de personnes. Il s’agit donc à en croire le premier ministre, « de collaborer dans le cadre de cette lutte, pour mettre en place un seul cadre sous la direction du premier ministre avec comme opérateur le ministre de justice ». Car, précise Souleymane Ndéné Ndiaye, « au niveau du ministère de la femme il y a des actions qui sont menées, et au niveau de la présidence de la République il y a un service qui s’occupe de la traite des enfants ». « Il s’agit de réunir tout cela dans un seul cadre pour être plus efficace dans la lutte », a-t-il dit.

Mais pour plus de résultat, Souleymane Ndéné Ndiaye suggère de renforcer la répression mais surtout de prévenir le mal. « Et prévenir le mal c’est trouver une solution à un problème qui ne nous a pas encore été signalé sur le plan pratique », a-t-il ajouté. Mais le premier ministre a précisé qu’il y a des délits qui peuvent être assimilés à de trafics d’enfants. Car à l’en croire « si quelqu’un envoi un enfant mendier et quand il lui soutire les produits de la mendicité, c’est assimiler à un trafic d’enfants. Pour prévenir tout cela, le gouvernement du Sénégal compte mettre sur place un dispositif assez sévère de répression.

Birahim NDIAYE
Source Sununews.com

Article Lu 1929 fois

Mardi 20 Octobre 2009





1.Posté par alfred le 21/10/2009 00:31
faites vite, il etait temps

2.Posté par xam leep wakh leep le 21/10/2009 04:27
il faut denoncer le traffic des jeunes filles dans les couloirs de l'administration ,nos soeurs qui sont torturèes dans les bureaux avec un harcellement sexuel et menace de renvoi,les hotesses ou prostituèes du protocole dans les coulisses des conferences internationales.les responsables politiques sur promesses d'emploi se servent des jeunes militantes de leur parti.il faut èlargir l'analyse et ne pas couvrir sa plaie mr le soi-disant premier ministre de wade car tout le monde sait que le numero est viviane et le numero troix est karim.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State