Référence multimedia du sénégal
.
Google

Touba France Aulnay : Le Magal comme au Sénégal

Article Lu 13907 fois


La communauté mouride de France a célébré le Magal dans la ferveur la plus totale. Fait inédit cette année, la presse française s’est largement fait écho d’une manifestation religieuse qui prend de plus en plus d’ampleur dans l’Hexagone.

Paris. Le collectif des Mourides de France n’a pas dérogé à la règle, en organisant en grande pompe, les festivités du Magal dans la capitale française. A Aulnay sous bois, 11 place Mercure, dans la partie nord de la région parisienne, trône majestueusement Keur Serigne Touba. Le site abrite une grande bâtisse de couleur ocre, créée et inaugurée par Serigne Mourtala Mbacké en 1996.

Depuis, la communauté mouride de France y a installé ses quartiers. Ce mardi jour du Grand Magal, l’endroit dénommé Touba France Aulnay n’a pas désempli. Dès les premières heures de la matinée, les Khassaïdes ont commencé à fuser. Une équipe de TF1 (chaîne de télévision privée française) est trouvée sur les lieux. Renseignements pris, l’équipe dirigée par le journaliste Tristan Waleckx, est venue s’imprégner davantage des réalités d’une communauté dotée d’une immense richesse et d’un sens de l’organisation hors du commun. « Ces Sénégalais ont quitté leur pays mais ils sont restés fidèles à leur culture et sont très fiers de la transmettre », ajoute le confrère de TF1 ému par l’accueil royal qui lui a été réservé. « Ici, c’est la maison de l’Islam », poursuit pour sa part Insa Fall, secrétaire général du collectif des Mourides de France. Au-delà de la récitation du Saint Coran, le site fait office de Daara pour les enfants des émigrés mais aussi de centre culturel pour toute la communauté musulmane d’origine africaine basée en France.

Cette année, la célébration du Magal s’est déroulée sous le signe du recueillement avec le décès au Sénégal d’Ibra Ndiaye, chef du parc automobile à l’ambassade du Sénégal en France, un illustre membre de la communauté, connu ici pour sa piété et son attachement viscéral aux idéaux de Khadimou Rassoul. Keur Serigne Touba de Paris a fait des émules en France et dans d’autres pays d’Europe avec l’installation d’autres maisons de l’Islam du même genre à Rouen, Marseille, Lyon, Caen, Madrid ou Brescia.

Le Dahira des femmes dirigé par Sokhna Fatou Thiam, a mis les petits plats dans les grands en servant des mets appétissants aux Talibés. Le crépuscule tombe sur la capitale française et l’Imam Mboussobé Bousso peut diriger la prière. Toutes affaires cessantes, les fidèles forment les rangs pour sacrifier au rituel religieux conformément aux recommandations du Tout Puissant.

Source: Le Soleil

Article Lu 13907 fois

Jeudi 28 Février 2008





1.Posté par Serigne Saliou Diouf le 28/02/2008 18:29
Que dieu bénisse tous les croyants et nous donne la force de faire triompher les idéaux de l'islam dans la piété, la paix et la fraternité.
Mes remerciements à toute la communauté mouride du Sénégal, aujourd'hui dispercée par delà le monde.
Mes remerciements de talibé à tous les frères et soeurs toujours actifs pour la célèbration de cette grande manifestation religieuse si chère à notre vénéré Cheikh Ahmadou Bamba. Que dieu lui accorde ses graces ainsi qu'à notre prophète Mouhamed Salahou Tala Aléhi Wassalam et à tous nos défunts y compris Ibra Ndiaye.
Que dieu nous couvre de ses bienfaits.
Alla oummah amine.

2.Posté par Famille Ndiaye le 01/06/2008 17:32
Nous tenons à remercier ici parents, amis, connaissances, collègues de travail qui ont partagé avec nous la peine de la perte d'Ibra Ndiaye dans la nuit du 24 Février 2008.
Son épouse Aby, ses enfants Rose, Maissa, Ndeye et Awa.

3.Posté par fatou ndom le 19/06/2008 03:40
Toutes mes condoléances à cette famille qui est vraiment la mienne car je suis la fille de feue fatou fall la soeur de meissa fall; tata aby qui a toujours penser à ma mère.à chaque voyage à thiadiaye je revois le cadeau de ma mère que vous vous etes ja mais lasser. fatou depuis Tours.

4.Posté par Laurent Roth le 19/03/2009 10:47
Bonjour,
Je suis scénariste, j'écris un film qui se passe dans le 18ème à Paris, l'un de mes personnages est mouride et vient de décéder: comment se passe le rapatriement de son corps ? Est-il possible qu'il soit enterré à Touba ? Est-il possible d'être enterré près de Cheikh Ahmadou Bamba ? Y'a-t-il encore de la place , et combien coûteraient toutes ces formalités ? La confrérie mouride aide-t-elle financièrement les familles à rapatrier les corps ?
Merci à tous ceux qui pourront m'aider dans ma recherche.
Je suis blanc et chrétien, mais je sais grâce à vous que l'esprit de Dieu a plusieurs visages et qu'il parle plusieurs langues.
Laurent - 01 60 19 12 75

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State