Référence multimedia du sénégal
.
Google

Tenue du sommet de L'OCI : Pas de périls en la demeure

Article Lu 1477 fois

Les chantiers de l’Anoci font certainement partie des sujets les plus médiatisés parmi les grands travaux du dernier septennat de Wade. Ils continuent encore de l’être en ce début de quinquennat du chef de l’Etat. Ils suscitent moult interrogations de la part de l’opinion, relatives notamment à la transparence dans l’exécution des travaux ainsi que le respect des délais fixés, par rapport à mars 2008, date prévue pour la tenue du sommet de l’organisation de la conférence islamique à Dakar.



Tenue du sommet de L'OCI : Pas de périls en la demeure
Tout semblait pourtant se dérouler comme sur des roulettes pour le duo Karim-Baldé, jusqu’à ce qu’en juin 2006, des accusations soient proférées à l’endroit du directeur exécutif de l’Anoci sur de prétendus pots-de-vin qu’il aurait reçus dans le cadre de l’octroi des marchés de la corniche Ouest. Les preuves n’ont jamais pu être fournies par l’accusateur, Malick Ndiaye, déjà discrédité par la fausse identité d’étudiant en 4eme année de droit à l’université, Robert Schuman, de Strasbourg dont il s’est prévalu. Il sera finalement inculpé par le Doyen de juge. Le dossier sera pourtant loin d’être clos du fait de ses ramifications politiques.

L’affaire Pape Malick Ndiaye, le corbeau, n’était en fait que la partie visible d’un schéma orchestré depuis les plus hautes sphères du Pds pour barrer la route à la "Génération du concret", devenue un slogan politique dans la bataille de positionnement pour la succession du président Wade. C’est l’erreur commise par Karim et Baldé. Ils n’ont pas su opérer une nette rupture entre le succès connu dans l’exécution des chantiers de l’Anoci et leur programme politique. Ainsi, "Génération du concret" est-elle devenue un mélange de genres, qualifiant autant la réussite d’une mission confiée par l’Etat qu’une nouvelle vision politique. D’où les crocs-en-jambes de la part de responsables libéraux qu’une telle ambition politique pourrait gêner. A un moment où le Pds est en pleine recomposition dans la perspective de l’après Wade.

Mais peut-on pour autant occulter le travail réalisé par une agence dont le mérite se situe à deux niveaux. Elle est d’abord parvenue à diversifier les sources de financement du Sénégal en captant des investissements en provenance de pays arabes et, ensuite en s’investissant dans l’édification de nouvelles infrastructures pour un pays qui en avait tant besoin.

Dans une interview accordée à l’hebdomadaire sénégalais, Nouvel Horizon, le représentant résident du Fmi au Sénégal, Alex Segura, tout en dénonçant la floraison d’agences dans notre pays, donne un satisfecit à l’Anoci et à l’Apix. "Nous avons constaté, par rapport à ces deux agences même si cela peut être surprenant pour les citoyens sénégalais, ou le bailleur de fonds qui a toujours eu du souci par rapport à ces agences, nous avons en fait été assez impressionnés par le travail dans ces agences", a-t-il déclaré.

On peut se fier aux assurances des techniciens des chantiers de l’Anoci par rapport au respect des délais d’exécution. S’ils reconnaissent devoir procéder à des rectificatifs au niveau de l’architecture de certaines infrastructures, notamment au niveau de la corniche Ouest, il n’en demeure pas moins que les travaux suivent leur cours. Le tunnel prévu à Soumbédioune, qui semblait jusque-là être le casse tête des entrepreneurs du fait de sa proximité avec la mer, est en bonne voie."Tous les forages ont été réalisés, alors que 90 pour cent du terrassement de la dalle intermédiaire sont effectué", a expliqué, à l’Aps, l’ingénieur de Génie civil responsable des travaux du tunnel, Omar Tall.

Restent les sites d’accueil dont certains ne pourront, à coup sûr, être livrés avant mars de l’année prochaine. D’où le recours au centre de conférence de l’hôtel méridien dont la réfection est déjà engagée. L’hôtel « Terrou bi », d’autres sites détectés au niveau de la station balnéaire de Saly (70 km de Dakar) ainsi que des bateaux hôtels sont également sont en réhabilitation avancée, pour loger les convives de Wade.

Cela semble suffire aux 34 000 invités, dont 7 000 journalistes qui n’ont pas, du moins pour le moment, exprimé d’inquiétude par rapport à leur présence à Dakar. Et puis, le Sénégal n’est-il pas déjà assez outillé pour accueillir un sommet dont la durée n’excède pas 72 heures ?

B. D
Source: African Global News

Article Lu 1477 fois

Jeudi 16 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State