Référence multimedia du sénégal
.
Google

Tension en vue aux Parcelles assainies : Demba Dia entend s’installer par la force à la mairie

Article Lu 11539 fois

Demba Dia s’est autoproclamé maire des Parcelles assainies. Selon lui, il est sorti vainqueur avec 7 mille 212 voix contre 6 mille 705 pour la coalition Sopi 2009. De ce fait, il ira s’installer à la mairie, de gré ou de force. ‘On verra ce qu’on a jamais vu au Sénégal’, prévient-il.



Tension en vue aux Parcelles assainies : Demba Dia entend s’installer par la force à la mairie
Le chanteur Demba Dia alias Rock Mbalax persiste et signe : il a remporté les élections municipales de dimanche dernier aux Parcelles assainies. Et par conséquent, il ira s’installer à la mairie, de gré ou de force. En conférence de presse hier, à Rock City, son domicile, sis à l’Unité 7, le chanteur qui dit avoir gagné les élections par 7 mille 212 voix contre 6 mille 705 pour la Coalition Sopi 2009, affirme, en effet, que le moment venu, il prendra sa place de maire parce que c’est lui que les populations ont élu. ‘Les gens sont en train de dérouler leur plan A, ils font ce qu’ils veulent. Nous allons sortir notre plan B et en ce moment, on verra ce qu’on n’a jamais vu au Sénégal. Le moment venu, vous serez surpris. J’irai m’installer à la mairie. Je n’ai pas besoin des résultats du tribunal pour savoir qu’on a gagné les élections’, martèle le candidat du Mac. Ce dernier affirme que, déjà, partout où il passe, les gens l’appellent ‘Monsieur le maire’. Et même s’il affirme qu’il n’incite pas à la violence, le secrétaire général du Mac indique néanmoins, qu’il ne peut pas maîtriser la furie des populations des Parcelles assainies qui l’ont élu et dont on a confisqué la victoire. ‘Actuellement, ce n’est plus le Mac ni Demba Dia, mais c’est la population qui demande à ce qu’on lui restitue sa victoire confisquée’, dit-il, convaincu que le pouvoir a truqué les résultats du vote. D’après lui, les libéraux ont profité du gap séparant le vote de la proclamation des résultats pour truquer le scrutin et confisquer la volonté populaire. Et, poursuit-il, ‘il n’est pas normal qu’on mette pratiquement une semaine entre le vote et la proclamation des résultats. Pendant ce temps, tout est possible. Les gens du pouvoir qui détiennent les résultats peuvent faire tout ce qu’ils veulent avec’. Et cela, il l’a dit au chef de l’Etat lors de leur entrevue de mercredi dernier. ‘J’ai tout juste affirmé à Wade que nous avions remporté ces élections et en tant que gardien de la Constitution, il était de son devoir de juger’, révèle-t-il. Et d’ajouter : ‘J’ai dit à Wade qu’en 2000 il n’avait pas attendu tout ce temps pour fêter sa victoire’.
Demba Dia qui souligne que tout le monde reconnaît sa victoire, refuse de cautionner les résultats ‘fabriqués’ par le tribunal. En plus, ajoute-t-il, si ses adversaires avaient gagné, ils auraient sorti les résultats bien avant. Ainsi pour le cheikh-rocker, le pouvoir, après avoir perdu toutes les communes d’arrondissement de Dakar, cherche à s’accrocher aux Parcelles, par la fraude. Et pour preuve, il affirme que des bureaux fictifs ont été découverts dans les unités 7 et 17. En plus, soutient Demba Dia, le vote a été prolongé, dans certains bureaux de vote, jusqu’à 19 heures 30 alors que la loi électorale dispose que le scrutin doit s’arrêter à 18 heures.

Charles Gaïky DIENE

Source: Walfadjri

Article Lu 11539 fois

Samedi 28 Mars 2009





1.Posté par mob le 28/03/2009 11:52
ne te laisse pas faire

2.Posté par sekhou serif le 28/03/2009 13:12
si tu veux etre maire des parcelles enleve tes rastas les rastamane n'avanceront pas les pays

3.Posté par amazone le 28/03/2009 14:08
sekhou cherif toi tu dors ou quoi demba dia n'est plus rasta man il les a enlevé depuis qu'il est cheikh cette photo n'est pas récente

4.Posté par nicola mbaye le 28/03/2009 14:26
courage demba moi j etais de tout coeur avec toi mais ta perdu election yui amoul sathie il faut etre democrate la vie contunue ta population t aime soit avec elle et attends d autres echeances c est tout sino l etat va t humulier avec l aide ds sa police qui sait violenter

5.Posté par Djaraaf le 28/03/2009 14:27
Monsieur le maire,il faut reconnaitre que vous etiez le candidat le plus faible dans cette competition(faible du fait que vous etes le plus novice dans une telle bagarre).Ce qu'à sorti le tribunal,c'est vrai on peut en douter car dans ce pays tout est possible,c'est lui meme le president wade qui vous a reçu dernierement qui a manigance tout ceci,c'est sur qu'il vous a barratiner lors de votre audience avec lui,si vous etiez demandeur de l'audience avec le president,dites vous bien que votre erreur est venue de là ,il ne fallait pas y aller à cette audience,si par contre c'est lui qui avait demande à vous voir pour parler des resultats des elections il fallait là aussi refuser radicalement ,sachant qu'il peut se faire juge et parti dans ce senegal sans que personne ne leve le petit doigt.Là il a choisi le maillon le plus faible(par son manque d'experience)pour faire son cinema.Pourquoi,au depart vous n'aviez pas negocier avec l'opposition pour aller ensemble dans ces joutes electorales,en vous faisant inscrire tete de liste,vous avez manque l'occasion de vous faire proteger par l'opposition qui a un capital d'experience et une certaine capacite à s'opposer à wade si le meme cas de trucage des resultats se serait produit sous leur gouverne.Alors que tout ceci est maintenant derriere nous,je vous conseillerais de les laisser diriger la mairie,sans faire d'histoires qui n'honorent ni wade ni vous meme,faire des problemes à l'heure actuelle aux parcelles de votre part,c'est vraiement detruire la bonne graine que vous avez seme,donc il n'est pas trop tard de rejoindre l'opposition pour se preparer à detroner wade lors des prochaines elections.Ils se sont imposes par la force,rien que pour se sauver la face devant l'hecatombe qu'ils ont subi,mais nous populations des parcelles en particulier et du senegal en general nous sommes convaincus que wade avec quelque soit la personne qu'il tirera de sa coalition pour diriger les parcelles ne reussira jamais,car ils sont tres eloignes des realites des personnes,OR MAI,COME DICHENO I ITALIANI

6.Posté par mbouba le 28/03/2009 14:57
demba reste tranquille moussa sy n est pas ton egal en rien

7.Posté par lairana le 28/03/2009 15:02
ne te laisse pas faire prend ta place de force ou de gres;il faut s imposer comme barthelemy; montre toi cheikh

8.Posté par sekhou serif le 28/03/2009 15:27
moi je dors donc

9.Posté par hummm le 28/03/2009 15:45
demba dia finira par fricoter avec le regime qui sait que ce farfelu saltimbanque est un arriviste qui traine quelques casseroles qui lui ont permis de s'enrichir spontanément. D'aucun disent qu'il est aussi le bras armé (la marionnette) d'un certain dignitaire (Béthio) en désamour avec wade et qu'il serait utilisé pour faire chanter ce dernier. C'est parce que le bonhomme est louche (selon les R.G) que wade a essayé de le mettre de son côté sinon de le discréditer aux yeux de l'opinion. Quoi qu'il en soit l'opposition doit se méfier de demba dia qui ne mène pas le même combat républicain qu'elle.
Demba Dia finira par tomber dans les bras du pouvoir wadien. wait and see. Car ils sont du même acabit.

10.Posté par mixou le 28/03/2009 16:43
UN GROUPE D' UNIVERSITAIRES DES PARCELLES ASSAINIES VIVANT EN EUROPE( ANGLETERRE ,ESPAGNE, FRANCE , ITALIE, USA) DESIRE SE METTRE EN CONTACT D' URGENCE AVEC LE MAC DE DEMBA DIA .PRIERE DE NOUS ECRIRE AU MAILS SUIVANTS :
mixou_35@hotmail.com , m_parcelles@hotmail.com

merçi

11.Posté par rooooof le 29/03/2009 04:15
affaire de mbidouuu leu!!!! dic mongui lay khar à la mairie... dinaniou leu bipini ba sa yaram noyyyy. barké boum boum boum

12.Posté par bechirwade le 29/03/2009 07:32
nous avons fini d'enqueter sur l'affaire des parcelles assainies le noeud du probleme est autour des 6 milliards qui ont ètè dètournes et l'arrivèe de demba dia allait mettre au jour que le projet n'etait pas bloquè mais ce sont les 6 milliards qui sont perdus dans un coin à la presidence et c'est la seule raison que wade tient bec et oncle sur la mairie des parcelles assainies.
concernant les resultats ,les pv ont ete falsifies et le representant de dia a ete corrompu.

13.Posté par alain le 29/03/2009 09:25
demba dia oublie.............en dernier recour...........il y a la loi applicable pour tout un chacun................

14.Posté par diallo le 29/03/2009 11:00
je crois que tu n'as pas ta place ici demba dia , s'il te plait retourne au studios

15.Posté par FABINETOU le 29/03/2009 15:59
vous navez pas vu ke la coalition sopi a bien perdu et kils ont voler kme dab ces elections mais on ne se laissera pas faire
FANESTA@HOTMAIL.COM

16.Posté par capa le 29/03/2009 20:29
Moussa Sy ou le destin d’un militant atypique

Parmi les noms qui vont marquer les élections municipales, régionales et rurales qui viennent de se dérouler au Sénégal, il y a celui de Moussa SY, député-maire de la commune d’arrondissement des Parcelles Assainies et candidat à sa propre succession.
Pur produit des milieux associatifs et sportifs dans lesquels il s’est fait remarquer par son leadership, son esprit combatif et sa clairvoyance, il entre en politique comme simple militant chargé, à ses débuts de convoyer le courrier adressé aux différents responsables politiques du parti démocratique sénégalais de sa localité. C’est une tache qu’il prenait à cœur et avec tellement de conviction qu’il n’hésitait pas à arpenter les rues sablonneuses des Parcelles Assainies pour remplir sa mission. De fil en aiguille, il a gravi les échelons pour devenir d’abord Conseiller municipal à l’occasion des élections municipales de 1996 puis Député avec l’avènement de l’alternance et du Président Abdoulaye Wade à la tête du Sénégal. Depuis, en plus d’être Conseiller municipal, il préside la commission Education, Jeunesse, Sports et Loisirs à l’assemblée nationale. En sa qualité d’adjoint au maire de Dakar, il est aussi chargé du personnel, de la Jeunesse, de l’Education, des Sports et de la Culture.
Il s’est singularisé en associant son nom à un amendement portant sur un projet de loi qui a fait grand bruit à l’époque. En effet, le 21 novembre 2001, Moussa SY, jeune député de la majorité parlementaire, décide de bouleverser le cours de l’histoire des collectivités décentralisées en proposant un amendement du projet de loi prorogeant le mandat des élus locaux qui devait expirer dans les trois prochains jours. Cet amendement qui a été soutenu et voté permettait désormais aux délégations spéciales de gérer les conseils régionaux, municipaux et ruraux, en lieu et place des élus locaux jusqu’aux élections locales du 12 mai 2002. Sur un autre registre, Moussa SY, habitant des Parcelles Assainies à l’unité 11 depuis 1982, s’est également beaucoup investi dans le social mais aussi dans la lutte pour la sauvegarde du cadre de vie dans sa commune. Les opérations set sétal et autres actions à caractère collectif qu’il a initiées sont nombreuses. Son opposition à son prédécesseur est de notoriété et a souvent fait les choux gras des quotidiens de la place. En effet, fort de sa fonction de Conseiller municipal, il s’est toujours mis en rempart des déviations de celui-ci sur la gestion des biens de la collectivité locale des Parcelles Assainies.
Ce n’est donc pas par hasard que le choix de Monsieur le Président de la République s’est porté sur lui pour conduire les destinées des Parcelles à la faveur de l’éviction par décret de son prédécesseur. Il lui revenait alors la lourde tache de remplacer le maire sortant qui n’avait plus la confiance du chef de l’Etat du fait de sa gestion désastreuse de la commune, très souvent décriée par les populations. Bien que le choix du Président se portât sur lui, Moussa a souhaité que les choses se passent suivant les règles définies par la loi. En effet, le maire est élu parmi les Conseillers municipaux à l’issue d’un vote démocratique.
Dès son installation, il a entrepris de redresser la barre pour ramener la commune dans la bonne direction. Il a défini de nouvelles règles de gestion transparentes et surtout entrepris de reprendre langue avec les habitants de la commune qui avait perdu toute confiance en leurs élus. Sa tache s’avérait d’autant plus difficile que son installation s’est faite à quelques trois mois des élections locales fixées au 22 mars 2009. Seulement, il importe de savoir que Moussa n’a pas attendu d’être maire pour commencer à œuvrer pour sa commune. Les témoignages sont nombreux pour l’attester. Toutefois, ses premières actions à la tête de la mairie ont été de rétablir la confiance avec les fournisseurs en réglant les factures en souffrance, de fournir des subventions aux ASC, des fournitures scolaires aux écoles et daaras, d’apporter l’appui de la collectivité aux institutions et personnalités religieuses, de procéder au désensablement de certaines artères, de réhabiliter les abords des marchés, de procéder à l’enlèvement des ordures qui s’amoncelaient dans les points de collecte et qui mettaient en péril la santé des commerçants et des habitants, etc.
Tête de liste majoritaire de la coalition Sopi pour les élections locales du 22 Mars dernier, il s’est investi, corps et âme, pour défendre un programme ambitieux et réaliste pour le développement de la commune. Durant toute la campagne, avec ses proches et l’ensemble des candidats investis sur les listes de la coalition Sopi, il n’a ménagé aucun effort pour, jusqu’à des heures tardives, faire des visites de proximité aux identités remarquables de la cité, aux personnes âgés, aux femmes, aux jeunes, aux opérateurs économiques, aux sportifs, bref, à tous les acteurs de la vie communale afin de les convaincre de la pertinence de son programme et solliciter leur soutien et leurs prières.
Bien que sa tache fût difficile dans un environnement marqué par la récession économique et par ricochet les difficultés auxquels les populations sont quotidiennement confrontées, il a eu l’intelligence de parler honnêtement à ses interlocuteurs. Il a surtout pris des engagements personnels pour achever de les convaincre qu’il était le meilleur candidat sur qui ils pouvaient placer leur confiance.
Huit listes étaient engagées dans la lutte pour la conquête de la mairie. La bataille s’avérait d’autant plus serrée que des ex camarades de parti étaient présents dans l’arène sur des listes concurrentes. Malgré tout cela, Moussa SY est resté calme, confiant. Il exhortait ses militants à redoubler d’efforts et à privilégier le travail sur le terrain, le porte à porte. Tel un soldat, il arrivait le premier à son directoire de campagne pour en repartir le dernier après avoir laissé des instructions. Il était animé d’un tel courage et d’une telle foi qu’il lui était facile de manœuvrer ses troupes, de les canaliser afin de les conduire sur le chemin de la victoire.
Le verdict des urnes est tombé, sans appel. La liste conduite par Moussa SY a gagné de hautes luttes. Il vient de gagner là où beaucoup prédisaient sa défaite dans la conquête de la plus grande commune du Sénégal avec près de 300.000 habitants. Ce n’est pas rien. Cette victoire relève des travaux d’hercule si l’on tient compte que la coalition Sopi a disposé de peu de moyens et qu’il lui a fallu mettre la main à la poche afin de mettre toutes les chances de son côté. Avec cette victoire, Moussa SY permet à la coalition de garder la tête hors de l’eau et de ne pas sombrer dans le naufrage comme certains grands ténors dans leur localité. Le député-maire a gravi ainsi un échelon qui le place au rang des grands responsables du Pds à Dakar et qui lui octroie, de facto, une envergure nationale. Nous osons espérer que le premier responsable du Parti Démocratique Sénégalais, en l’occurrence Maître Abdoulaye Wade, saura tirer les leçons de ces dernières élections à la lumière des résultats des uns et des autres. Malgré la déception de certains échecs cuisants, ces élections auront eu comme avantage de débusquer ceux-là qui ne mouillaient pas le maillot et qui passaient leur temps à vivre loin de leurs bases respectives et aussi à se complaire de gloires passées. Le militantisme politique est un sacerdoce. Il est fondé sur un travail continuel de formation, d’information et de renforcement des liens avec ceux-là qui vous ont investi de leur confiance et qui attendent en retour que l’on réponde à leurs attentes.
Moussa SY l’a si bien compris qu’en militant discipliné, il continue, vaille que vaille, à rester disponible pour les militants PDS de sa localité et pour ses nombreux sympathisants, toujours à la disposition de son parti et de son chef, le Président, Maître Abdoulaye Wade. Cette constance, cette détermination, cette fidélité à toute épreuve ne méritent-elles pas une récompense ? Le Président Abdou Diouf ne disait-il pas que « kou def lou rey am lou rey » ? La question mérite d’être posée. En attendant, Moussa assume son destin et a le regard fixé sur l’autre rive où l’attendent d’autres combats.

17.Posté par sow le 29/04/2009 12:15
b[si on ne sait pas de quoi on parle il faut mieux se taire. Je m'adresse à ceux qui cautionnent l'usage de la force que veut mettre en place monsieur dia. On a tous vu récemment ce qui s'est passé en guinée et franchement toutes les conditions sont réunies pour qu'il y' ait pareille chaos au Sénégal, et j'espère vraiment que ce n'est pas ce que les sénégalais souhaitent voir chez eux.
Même s'il n'y a pas vraiment de démocratie avec Monsieur WADE, le Sénégal reste tout de même un pays démocratique et il faut respecter les résultats des urnes ou les décisions de justice. Il y' a d'autres façons de changer les choses sans avoir à user de la violence.
Aussi j'en profite pour dénoncer ce qui est entrain de se passer dans ce pays. Aujourd'hui au Sénégal, Monsieur tout le monde peut devenir maire, député, ministre ou même conseiller du président. Les gens s'en foutent de la qualification et des compétences politiques du moment où on leur donne un petit quelque chose en retour.
J'ai grandi aux parcelles assainies et actuellement je vie à Vancouver, et d'ici, je trouve ce spectacle triste car ce sont ces genre d'instabilités politiques, qui n'engagent pourtant pas la population réelle, qui font que les expatriés instruits, entrepreneurs etc... ne veulent pas rentrer investir leurs moyens financiers ou intellectuels chez eux.

!!!!!les mentalités doivent changer!!!!!

en vous rappellant que ceux qui ont applaudit le discours de sarkozy à dakar sont les mêmes à avoir applaudit le discours de ségolène royal... C'est honteux pour nous quand on nous demande nos origines....

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State