Référence multimedia du sénégal
.
Google

TYSON FACE A LA PRESSE: «C'était Yékini ou Bombardier»

Article Lu 12150 fois

Face à la presse hier, Tyson est revenu sur les raisons de sa retraite forcée et sur son retour volontaire, 35 mois après sa suspension. Le leader de la génération Boul Faalé est également revenu sur le choix porté sur Yékini et son avenir dans l'arène.



TYSON FACE A LA PRESSE: «C'était Yékini ou Bombardier»
«Mon retour dans l'arène obéit à un challenge personnel. Je n'avais pas demandé à être mis hors du circuit de la lutte. J'étais un lutteur qui faisait son métier avec beaucoup de passion. J'étais déterminé à relever tous les défis qui se dresseraient sur mon che­min. Lors de mon combat face à Bombardier, à cause d'un fait, les responsables qui ont en charge la lutte m'ont mis dehors. J'ai observé un recul pour me conformer à leur déci­sion. J'étais sous le coup d'une sanc­tion. Donc je devais le respecter sans piper mot. Même si le problème a été finalement résolu pour que je puisse revenir dans l'arène.

«Il ne faut jamais oublier que cer­taines bonnes volontés ont oeuvré pour que je revienne dans l'arène. En tant que leader d'un groupe, je devais être réceptif par rapport à leur aspiration. Et puis, rien n'empêchait mon retour, car la sanction a été finalement levée. Je devais revenir afin de reprendre mon métier. Je n'ai jamais dit que je quittais définitivement la lutte ou que je prenais ma retraite. C'est sur un concours de circonstan­ces qu'on m'a imposé cette décision de ne plus mettre mes pieds dans l'a­rène.

«Aujourd’hui, l'histoire me donne raison. Ce sont ces mêmes gens qui ont facilité mon retour. Lorsqu'on m'a sanctionné, je suis resté sur une dyna­mique de constance. J'ai gardé mon sang-froid malgré toute la pression qui s'était emparée de cette situation. Les gens ne comprenaient pas ma réaction et ma démarche. J'avais convoqué un point de presse pour éclairer la lanterne de l'opinion col­lective. Pas de ceux qui m'ont ren­voyé de l'arène. Dans la mesure où ils ne m’ont jamais permis de me défen­dre. Donc, je n'avais rien à leur dire. La dernière fois que je me suis expri­mé publiquement, c'était le 11 janvier 2007. Depuis lors, personne ne m'a entendu parler à propos de ma sanc­tion, des affaires concernant mon écu­rie et même ce qui concerne les autres lutteurs. Je n'ai pas voulu réveiller les passions. Je suis un leader d'opinion. Facilement, je peux influencer une certaine frange de la population. Pour ne pas être un risque pour le sport en général et la lutte en particulier, je me suis enfermé dans un mutisme. Je ne voulais plus devenir le bouc émissaire de certaines forces tapies dans l'omb­re qui ne cherchaient qu'à me nuire. Maintenant, tout est rentré dans l'ord­re. Je fais mon retour par la grande porte.»

Retour par orgueil

«Je ne pense pas que je sois revenu parce que je suis orgueilleux. Je suis quitte avec ma conscience. Je n'ai de compte à rendre à personne. Je n'ai pas de reproche à me faire. On m'a­vait mis à l'écart, pour que je sois absent pendant trois ans. Si je suis de retour, c'est parce que c'est eux qui l'ont voulu. Je n'ai rien demandé à personne. Les gens qui voulaient que je revienne ont tous fait pour que je sois là. Je n'ai jamais demandé une grâce. Et pourtant, ce n'est pas l'op­portunité qui a manqué. Il y a une cer­taine pression qui me recommandait de faire appel. Mais j'ai refusé en per­sistant dans ma logique. Les respon­sahlrs de la lutte m'ont sanctionné sans me donner la possibilité de don­ner mon avis sur la raison de mon comportement. Dans toutes les juri­dictions sportives, on ne condamne jamais un sportif sans l'écouter au préalable. L'exemple le plus patent est lors du Mondial-2006 entre la France et l'Italie. Matterrazi a donné un coup de tête à Zinedine Zidane. L'action avait fait le tour du monde.

L'action avait fait le tour du monde. Avant de pouvoir le sanctionner, la plus grande instance du football l'a convoqué dans le but de statuer sur son cas. Ce n'est pas le cas pour moi. Ils m'ont suspendu sans demande d'explication. En plus de me soutirer une partie de mon cachet. Alors que je me suis battu pour avoir cet argent. Face à cette situation, j'ai préféré lais­ser tomber la lutte.»

Déclaration du 11 janvier 2007 soutenant ne plus remettre les pieds dans l'arène

«Je n'ai pas de honte à revenir dans l'arène. Au cours de cette déclaration dont vous faites allusion, j'ai expliqué le sens de ma décision. Lorsque je venais au point de presse, personne ne pensait que j'allais abandonner la lutte, après tous les sacrifices que j'ai faits pour la lutte. En toute humilité, je ne méritais pas d'être poussé vers la sortie. C'était, à la limite, une injus­tice dont j'étais victime. Sincèrement, au-delà de cette grâce, ils ont lavé mon honneur. L'injustice a été répa­rée. A partir de cet instant, c'est un honneur pour moi de revenir. Ce n'est pas une honte pour moi. Si je croise ces gens-là, je ne baisserai pas mes yeux. J'ai eu raison sur eux.»

Risque d'un retour après 35 mois d'absence

«Je suis un sportif de haut niveau. Ma morale sportive et mon éthique ne font pas l'objet d'un doute. Mais pour le moment, il est un prématuré d'ent­rer dans ce détail. Pour l'instant, je me dirige vers un combat. Je souhaite qu'au soir du 4 avril prochain, vous puissiez vous-mêmes juger de mon état physique. Je ne veux pas verser dans des considérations qui me porte­ront préjudices. J'aurais cinq mois devant moi, pour montrer aux ama­teurs et à mes sppporteurs mon niveau physique. Il ne faut pas vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué. Je m'en tiens à cette sagesse.»

Gestion du statut de cheikh dans l'arène

«Je suis un fervent musulman. Ma dévotion et ma piété à l'islam ne sont plus à prouver. Ma religion, c'est un domaine privé que me concerne. Je n'ai pas à communiquer ­là-dessus. Mon statut de cheikh n'a rien à voir avec person­ne. Toutes les décisions que j'ai eu à prendre sur ce domaine sont du ressort de mon marabout, de ma famille et des disciples. Je préfère ne pas parler de cela. Je suis un lut­teur. C'est l'aspect sportif qui doit être au centre du débat. Quand on fait référence à ma modeste person­ne, c'est parce que je suis un athlè­te dans l'arène. Mon titre de cheikh n'a rien à voir avec mon statut de lutteur.»

En cas de défaite devant Yékini

«Je prends les choses comme elles arrivent. Je viens d'effectuer mon retour après trois ans d'absence. J'ai toujours pris les choses avec philoso­phie. Actuellement, j'ai en ligne de mire ce combat qui pointe à l'hori­zon. Je me concentre sur cela. L'actualité de mon retour est entéri­née. Maintenant, place est faite au combat. Je ne veux pas brûler les éta­pes. Mais quoi qu'il puisse arriver au terme de ce combat, je resterai digne. La lutte est un sport de vertu. Je suis un vecteur. Jamais je ne vais détruire mon image pour un quelconque résultat. Même dans la défaite, il faut savoir perdre dans la dignité.»

Choix de Yékini comme prochain adversaire

«Je n'avais pas à choisir sur ce plan-là. J'étais disposé à affronter tous les lutteurs. Mais c'est le pro­moteur qui m'a donné une four­chette d'adversaires dans laquelle se trouvaient Bombardier et Yékini. Dés l'instant que j'avais donné mon accord de principe, il n'y avait aucun problème, vis-à-vis de ce combat. Finalement, c'est Yékini qui a eu la palme.»

Propos recueillis par Boubacar NIANG
Source Walf Sport





Article Lu 12150 fois

Dimanche 8 Novembre 2009





1.Posté par hotmax le 08/11/2009 07:34
te mort mon ami....en cas de defaite la meilleur chose a faire serais de partir en france..........yekini est a l'est ,l'ouest , le nord et le sud....tu na po ou passer......tu va devoir faire comme moustafa gueye....fuiiiiirirrrrrr!!!!

2.Posté par ndangane diaw le 08/11/2009 10:57
En tant que "sportif de haut niveau", il fallait te conformer la decision de l'arbitre lors de ton combat avec Bombardier. Un sportif doit être discipliné; apparement la discipline n'est pas de tes qualités. L'on se rappelle que tu avais demandé Eumeu sene d'arreter son combat face à Khadim Ndiaye aprés quelques minutes; ce qui lui a d'aileurs porté prejudice. Cependant, c'est une bonne chose que tu sois revenu, qu'on le veuille ou non tu es une star de l'arene et ton apport à la lutte peut être benefique. Bon retour grand!

3.Posté par valda le 08/11/2009 11:34
cet homme est un renegade ,il n'est pas sportif et il ne sait pas perdre donc ce n'est pas la peine qu'il revienne dans l'arene sans affronter le lutteur qui l'a battu c'est a dire bombardier, il est entrain de bruller les etapes .gaston est un fumier d'autant plus qu'il lui devait proposer les autres lutteurs , wa salam

4.Posté par niang le 08/11/2009 13:39
JE SUIS COMPTANT DE VOS AFFIRMATION ET JE PENSE KE LES RAISONS DE VOTRE RETOUR SON BIEN FONDÉES ..............................je vou souhaite bonne chance

5.Posté par gueye le 08/11/2009 13:53
il faut se plier au verdict des arbitres pour le respect des arbitres du sport des spectateurs et telespectateurs partout a travers le monde entier .on aime voir un combat avec un vinqueur et un vincu .se qui rare dans les grand combats .toujours se termine en queue de poisson c est regrettable .esperont que cette saison il y aura moins de resultats polemiques vassalame.

6.Posté par azout le 08/11/2009 14:54
tyson vraiment tu as tord de retourner dans l arene il faut savoir ke yekni et bombardier sont plus fort ke toi mai surtou ne fuie pa cette foie tu sais tu as un faible devant ces jeunes mai du courage les defaites il faut preparer a l habituer

7.Posté par BT le 08/11/2009 19:47
je te souhaite la bienvenue a nouveau dans larrene maintenant c'est a toi de prouver que t'es toujours en forme en faisant le tout ton possible pour faire tomber yekini qui est un homme que j'apprecie beaucoup.jattire l'attention des senegalais sur le fait que son retour releve de sa volonté, personne ne la poussé, sa decision est murement reflechie.avt qu'il etait cheikh il etait deja lutteur donc je vois de probleme que ces deux fonctions soient cumulées.

8.Posté par SENEGAL le 08/11/2009 23:26
BONNE CHANCHE MIKE AU MOIN TU AS EU LE COURAGE DE REVENIR

9.Posté par wade le 09/11/2009 18:30
susu t la pour la maille donc fe se que ta fe e bar toi disi que d jaloux dans notre bled tyson je te kiffe mec t le meillieur boul fale com tu le di hagar b1 yekenie

10.Posté par bara le 09/11/2009 19:19
BOY TU NE NOUS APPRENDS RIEN DE NOUVEAU SINON ENCORE UNE FOIS TU N'AS PA RESPECTE LES REGLES DU JEUX.POUR ZIDANE,IL A ETE SANCTIONNÉ IMMEDIATEMENT APRES SA FAUTE...VA REVOIR TA COPIE ET SACHE QUE LE C.N.G A EU RAISON SUR TOI.UN PEU D'HUMILITÉ NE TE FERA QUE DU BIEN...WA SALAM

11.Posté par secka le 13/11/2009 22:58
Ce qu'il faut connaitre d 'abord avant de mettre les pieds dans l' arène TYSON c'est le règlement établi et d'ailleurs c 'est inconcevable de voir un lutteur qui ignore cela . On devait meme faire des examens écrits portant sur le règlement.EN CE Qui concerne ton retour dans l 'arène ce n'est rien qu'un manque d'argent.Vu ce que tu as gagné durant ces 35mois est très très négligeable devant ce que tu reçois après un combat.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State