Référence multimedia du sénégal
.
Google

TROU NOIR dans le dernier voyage de WADE AU CANADA: Moussa Konté se volatilise dans la nature canadienne

Article Lu 13024 fois

Encore un coup de semonce sur nos maigres ressources ! En effet, lors du dernier voyage de Wade au Canada, Moussa Konté, un libéral, qu’il avait amené avec lui, s’est fondu dans la nature. Si certains disent que le ministre de la Jeunesse a été sévèrement tancé par Wade, Mamadou Lamine Keita dégage en touche et jure qu’il n’en est rien. Toutefois, en plus de ce fait insolite, le successeur de Aliou Sow devra vaincre un autre signe indien : la petite rébellion qui sévit dans les rangs de l’Ujtl.



TROU NOIR dans le dernier voyage de WADE AU CANADA: Moussa Konté se volatilise dans la nature canadienne
À coup sûr, dans l’avenir, avant de voyager avec des jeunes à l’étranger, le président de la République va fouiller, beaucoup fouiller même dans les rangs de son Parti, le Pds, et pour cause. En effet, Moussa Konté n’a rien trouvé de mieux à faire que de se volatiliser au Canada, où il était avec Wade. Comme il est de coutume, à l’occasion de chacun de ses déplacements à l’étranger, le chef de l’Etat emmène certains jeunes pour leur permettre de découvrir les pays occidentaux. Et l’occasion faisant le larron, le fugitif, choisi par le ministre de la Jeunesse, Mamadou Lamine Keita, n’a pas cherché midi à quatorze heures, pour prendre la poudre d’escampette, quand l’heure de rentrer au bercail a sonné. Joint au téléphone, le ministre de la Jeunesse soutient que son vieux compagnon dans le Mouvement des élèves et étudiants libéraux n’avait pas embarqué à bord du même avion que celui du locataire du Palais. « Moussa Konté, qui faisait partie d’un groupe de jeunes coptés pour prendre part à la cérémonie, avait voyagé dans un avion privé », déclare-t-il. Et d’ajouter : « c’est seulement une fois de retour au Sénégal qu’on m’a dit que Konté avait décidé de rester jusqu’à épuisement de la date de validité de son visa (3 mois) au Canada ». Mamadou Lamine Keita de révéler qu’il était au Canada dans le cadre du Diaspora des affaires du Meds. « Je suis parti avant eux et je suis revenu avant eux », précise-t-il, pour dire qu’il n’a aucune responsabilité dans cette affaire. Mais, estime le ministre de la Jeunesse, « tel que je le connais, je suis persuadé que Moussa Konté va revenir. D’autant qu’il a ses affaires ici à Dakar ».

Le ministre de la Jeunesse : « le Président ne m’a jamais parlé de cette affaire » A-t-il été tancé par le Chef de l’Etat ? Mamadou Lamine Keita rigole et se désole : « c’est grave comment les gens euvent raconter des histoires. Dieu m’est témoin, le président de la République ne m’a jamais entretenu de cette affaire. Je ne sais même pas s’il est au courant. Il a tellement de choses à faire… » À ceux qui jurent que Konté n’est pas dans le fichier de l’Ujtl, le patron des Jeunesses libérales dément : « on a milité à la base de Bignona ».

Bureau de l’Ujtl Togola, Souahibou Ndiaye et Ndiaga Fall « claquent la porte »

C’est à croire que le cas du fugitif n’est pas l’unique signe indien que doit vaincre le patron des Jeunesses travaillistes libérales. Pour cause, hier, lors du renouvellement du bureau de l’Ujtl, certains de ses camarades ont craché sur les postes à eux affectés. Il s’agit particulièrement du Conseiller technique de Wade, Pape Djibril Togola qui a craché ses vérités avant de quitter la salle en pleine réunion. Madiop Bitèye qui a « émis des réserves ». Souahibou Ndiaye n’a pas voulu du gâteau qu’on lui a servi. Autre libéral ayant déchiré la liste conçue par Mamadou Lamine Keita et cie : Ndiaga Fall. Secrétaire administratif adjoint de l’ancienne Ujtl, il voulait une « promotion ».

Le cas Tafsir Thioye

Un cas qui va faire couler beaucoup d’encre et de salive, celui de Tafsir Thioye. Ami de Aliou Sow, ce dernier a été proposé président de la « Commission Panafricanisme et questions internationales ». Absent à la réunion, du fait de son travail à l’Assemblée nationale, sa position est très attendue. Va-t-il ou non accepter le poste que lui a confié Keita ? les prochains jours nous édifieront.

Le bureau…

Mamadou Lamine Keita, en tant que président de la Commission de l’Ujtl, sera secondé par Ahmet Nasser, Boubacar Diallo et Fatou Mangara. Abdou Khafour Touré s’occupe de l’Insertion et de l’Emploi des jeunes, Mountaga Ndiaye est chargé de la Politique intérieure et de la vie des structures à la base, Bounama Sall est promu trésorier général, Khady Diédhiou, chargée des relations extérieures, Ibrahima Tob, ancien attaché de cabinet de Farba Senghor est le désormais… chargé de la mobilisation et de la propagande de l’Ujtl, comme son boss chez les adultes. Comme pour dire : qui s’assemble se ressemble.

Daouda THIAM

Source: L'as

Article Lu 13024 fois

Mercredi 29 Octobre 2008





1.Posté par fara fara le 29/10/2008 20:39

‘Egal accès des langues nationales à la Rts’, ‘Non à la discrimination culturelle et linguistique au Sénégal’, tels sont les slogans scandés par une centaine de Sénégalais qui manifestaient, ce samedi 25 octobre, à Paris. Les manifestants ont marché du Pont d’Alma à l’ambassade du Sénégal à Paris où les responsables de l’Association pour l’égalité et la promotion des langues nationales à la Rts ont remis une lettre de protestation au gendarme sénégalais en faction.

(Correspondant permanent à Paris) - Une marche pour l’égal accès des langues nationales à la Radiotélévision sénégalaise (Rts) a été organisée, le samedi 25 octobre, à Paris. Une centaine de personnes ont marché du Pont Alma jusqu’à l’ambassade du Sénégal à Paris. La procession réclame un égal accès des différentes langues nationales sénégalaises à la Rts. Les marcheurs, encadrés par la police française, scandaient des slogans dénonçant la prédominance, selon eux, de la langue wolof dans les médias officiels. Des slogans parfois violents ont été inscrits sur des pancartes et des banderoles comme : ‘Non à la ségrégation culturelle et linguistique au Sénégal’. Les manifestants ont été parqués derrière l’ambassade du Sénégal, non loin des rives de la Seine. Pendant plus de deux heures, microphones en main, ils ont dénoncé le temps d’antenne ‘insuffisant’ réservé aux autres langues par rapport à celui accordé au wolof par la Rts, sous la surveillance de la police française qui a barré toutes les rues qui mènent aux alentours de la bâtisse diplomatique sénégalaise. Les forces de l’ordre ont mobilisé au moins cinq cars. Et les agents de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs) s’étaient apparemment bien préparés, car ils avaient des gilets pare-balles.

L’ambassadeur étant absent, car c’est un jour férié, les manifestants ont remis une lettre de protestation au gendarme en faction, après la médiation de la police française. Dans un passage de la lettre, l’on peut lire : ‘Nous revendiquons l’égal accès aux médias de toutes les langues de notre pays. Nous resterons vigilants et mobilisés car, au-delà de cette revendication, c’est tout le problème de la démocratie et du respect de notre peuple que nous posons.’

Interrogé, le secrétaire général de l’Association pour l’égalité et la promotion des langues nationales, Demba Sow, souligne que ‘cette manifestation fait suite à de nombreux courriers envoyés aux responsables de la Rts pour les alerter sur le fait que nos concitoyens constatent - puisque les médias sénégalais sont accessibles à travers le monde - que beaucoup de langues de notre pays ne sont pas bien représentées dans le paysage audiovisuel sénégalais’. Pour l’illustrer, il estime qu’au niveau de la Rts, ‘quand un responsable sénégalais s’exprime en français, il le fait aussi automatiquement en wolof’. ‘Mais il y a d’autres langues nationales qui s’estiment lésées. Ils sont en droit de savoir ce que disent leurs autorités, leur président de la République, leurs ministres, leurs représentants. Ce n’est pas le cas. C’est pourquoi, nous revendiquons l’égal accès des langues nationales à la Rts’, explique-t-il.

Avant de poursuivre de plus belle : ‘Par rapport à la place du wolof à la Rts, les autres langues - je ne dirai même pas qu’elles ne sont pas représentées - mais elles sont quasi inexistantes. Le pulaar a une émission chaque jeudi. Les autres langues en ont également un jour de la semaine. Mais le wolof, c’est du 1er janvier au 31 décembre ; c’est du lundi au dimanche. C’est chaque jour, chaque heure, chaque mois, c’est chaque semaine. Mais toutes les langues doivent avoir la même programmation’.

Est-ce que cela ne s’explique pas par le fait que la plupart des Sénégalais comprennent wolof ? ‘Je suis d’accord qu’elle est la langue qui est comprise par la majorité des Sénégalais. Ici en France, la majorité des Sénégalais ne comprennent pas majoritairement le wolof. (…). Ils comprennent le français et leurs langues maternelles. Elles ont droit maintenant à la télévision sénégalaise qu’elles regardent tous les jours, alors que 98 % des programmes de la télévision sénégalaise sont en wolof. Elles se demandent ce qui se dit dans cette télévision. Nos enfants nés ici, en France, ne comprennent pas le wolof, mais leur langue maternelle. Ils nous demandent ce que l’on dit à la télévision’, répond Demba Sow, très en verve. Avant de dénoncer : ‘Même si le président Wade ou son ministre vont au fin fond du Fouta, il parle systématiquement en français et en wolof. Si le Peul parle en peul, on lui dit : ‘Wax ko ci wolof’. Mais si le wolof parle à Fatick ou Foundiougne, on ne lui dit pas : ‘Wax ko ci sérère’. C’est un fait. Je n’ai rien inventé. Et nous ne le comprenons pas et ne l’acceptons pas. C’est pourquoi nous demandons l’égal accès des langues nationales à la télévision et à la radio nationales’.

D’autres questions se posent encore à cause de l’écrasante majorité de la communauté peule parmi les manifestants. Cela ne donne-t-il pas l’impression qu’il s’agit d’un combat d’une communauté cotre une autre ? Ou d’une langue contre une autre ? ‘Je ne suis pas ethniciste (…), mais je constate que le wolof a une place quasi impérialiste au niveau des médias du Sénégal. Je n’en veux pas aux Wolofs. Tous ceux qui sont là ne sont pas contre les Wolofs et les Wolofs ne sont pas contre les Peuls. J’ai même des amis wolofs qui sont d’accord avec moi. Ils me disent qu’ils ne comprennent pas pourquoi quand un ministre parle français, on lui dit tout suite de parler wolof’, explique-t-il. Tout étant conscient que c’est un combat ‘difficile parce que cela peut paraître comme un combat ethniciste ou ségrégationniste, une population contre une autre, une langue contre une autre. Je l’admets en tant que démocrate. Je suis pour l’unité de mon peuple. C’est l’unité de mon peuple qui fait la force de mon pays. Nous sommes pour l’unité du peuple sénégalais et l’égal accès de toutes les langues nationales. On ne nous fera pas dévier de ce combat. (…)’, souligne Demba Sow. Pour se dédouaner, il indiquera que toutes les autres communautés sénégalaises en France ont été informées de la manifestation. Il soutient que son association a fait ‘tous les foyers, toutes les maisons et contacté toutes les associations’. Au final ? ‘C’est vrai qu’ici, il y a 98 % de Peuls, admet-il, mais ce n’est pas de notre fait si les autres composantes de la population sénégalaise ne sont pas là. Nous les avons contactées pour mener un combat unitaire. Ce n’est pas un combat entre Wolofs et Peuls, mais un combat pour la démocratie au Sénégal’, insiste le secrétaire général de l’association.

Les protestataires ne se suffisent pas de cette manifestation. Ils envisagent une autre ‘d’une plus grande ampleur’. ‘Nous voulons faire une manifestation concomitante au Sénégal, en France, en Belgique, en Italie, dans les pays d’Afrique’, avance Demba Sow. Et cela ‘même s’il y aura quatre ou dix personnes devant les différentes ambassades du Sénégal dans le monde’. M. Sow estime que son association va au-delà de la France parce qu’elle est représentée dans tous les pays d’immigration des Sénégalais. ‘Puisque la télévision sénégalaise est présente dans ces pays-là, cela fait que les gens se disent : ‘Je regarde cette télévision, mais je ne m’y reconnais pas parce que je n’y suis pas représenté. Il n’y a que le français et le wolof’. Cette manifestation sera organisée dans deux mois. ‘Parce qu’une manifestation se prépare. Il faut avoir l’autorisation de la préfecture. Il faut que les gens soient disponibles puisque ce sont des travailleurs. Il faut s’organiser pour être libre le jour de la manifestation’, se justifie-t-il.

2.Posté par oumar le 29/10/2008 21:21
Pere moussa, tu as un frere qui te cherche. please
oumar232@yahoo.com

3.Posté par pape le 29/10/2008 21:45
ahhh les toucouleurs , jalousie va vs tuer. espese d'aigri

4.Posté par rassixona le 29/10/2008 22:20
ce jeune n'a pas disparu! il a une mission! ALLER ELIMINER SOULEYMANE JULES DIOP. Celà a été planifié par RIMKA.

5.Posté par loup le 30/10/2008 01:06
N'est-ce pas WADE les emmène pour découvrir les pays occidentauxxxxxxxxxxxxx??????

6.Posté par quidam le 30/10/2008 13:45
Décidément les adversaires du Ministre Keïta ne savent plus quoi inventer pour le destabiliser. Cette affaire Moussa Konté dont ils font allusion n'en est pas vriament une. Konté n'est nullement un clandestin au canada. Il est parti là-bas en étant en règle avec les lois et règlements de l'immigration canadienne. ceux qui le présentent comme un clandestin ignore certainement sa situation professionnelle au Sénégal. C'est quelqu'un qui a ses affaires trés prospères au Sénégal. de quel droit ses contempteurs se prévalent-ils pour fustiger son séjour au canada. N'y est-il pas en règle. Franchement cette entreprise d'intoxication est honteuse et ne grandit nullement ses auteurs. Quelle lâcheté. mais bon, comme le dit la sagesse populaire :"le chien aboit, la caravaner passe!"

7.Posté par vérité le 30/10/2008 14:59
D'après ce que je viens de lire Mr KEITA n'est pas responsable dans cette histoire car il n'était pas présent au moment des faits. Les journalistes vous devez faire plus de recherche avant d'écrire, vous mettez des gros titres et ensuite une fois qu'on lit vos articles le titre et le corps du texte n'ont rien à voir.
En ce qui concerne le bureau de l'UJLT que vous voulez vous ils veulent tous une part du gâteau, il suffit de voir comment ils se battent au dessus (bureau du pds, assemblée, sénat...).
Mais comme la si bien dit quidam : le chien aboie, la caravane passe!"
Mais franchement les journalistes faites du bon boulot ou alors faites un autre job, des scoops qui à la fin s'avèrent être bof.

8.Posté par jissamay le 30/10/2008 23:41
Mes chers quidam et verité,attendez les dessous de cette affaire pour condamner les gens.Ce fameux Moussa Konté ne s'est pas volatisé au Canada seulement,mais il a empoché plus de 50 millions de pauvres citoyens,candidats à l'immigration espagnole.Et ceci,apparemment par le trichement de son ami le ministre.
Affaire à suivre alors....

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State