Référence multimedia du sénégal
.
Google

TROIS «TABASKI» DANS UN MÊME PAYS Le Sénégal mérite-t-il d’organiser le Sommet de l’Oci ?

Article Lu 1743 fois


Chassez le naturel, il revient au galop. Ceux qui pensaient que les musulmans du Sénégal ont vaincu leur division légendaire doivent déchanter. La Tabaski, initialement prévue le vendredi 21 décembre, sera finalement, fêtée, comme d’habitude, en rangs dispersés. Un triste constat au moment où toute la Umma a les yeux braqués sur notre pays qui doit abriter, au mois de mars 2008, le Sommet de l’Organisation de la conférence islamique (Oci). Un événement qui, pourtant, a poussé nos religieux à une «union sacrée» autour du président de la République pour sa réussite. Allez savoir les arguments de Me Wade pour les ferrer !
Les vieux démons ont, encore une fois, refait surface. De quoi s’agit-il ? Rien d’autre si ce n’est qu’une partie des musulmans sénégalais a affirmé, vendredi dernier, son intention de célébrer l’Aïd El Kébir, c’est-à-dire la Tabaski, le jeudi 20 décembre au Sénégal. Oustaz Rawane Mbaye - imam de la mosquée de Mermoz, intellectuel d’obédience tidiane, ancien directeur de l’Institut islamique et ex-Commissaire général au pèlerinage - a annoncé que c’est à cette date que le sacrifice d’Abraham sera perpétué. Il l’a déclaré après la prière du vendredi, à la grande mosquée de Lamine Guèye, communément appelée Zawiya El Hadji Malick Sy, dont il est l’Imam Ratib. Prenant ainsi le contre-pied de la Commission nationale d’observation et de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc) qui a retenu la date du vendredi 21 décembre. Les membres de cette commission, dont les délibérations ont du mal à s’imposer à tous les musulmans du Sénégal, avaient avancé l’argument selon lequel le croissant lunaire n’a été aperçu nulle part sur le territoire national. Il s’y ajoute que certains de nos compatriotes vont célébrer «leur» fête du mouton mercredi. Ce qui fera, tenez-vous bien, pas moins de trois «Tabaski» dans un petit pays comme le Sénégal.

Religieux face à leurs responsabilités

En tout cas, avec cette nouvelle date du jeudi 20 décembre 2007, comme jour de la célébration de l’Aïd El Kébir, la communauté musulmane est partie pour fêter la Tabaski dans la division. Ce qui pose, pour la énième fois, le lancinant débat, maintes fois agité mais jamais tranché avec courage et lucidité, sur la nécessité pour les musulmans sénégalais de se réunir autour de l’essentiel. D’autres diront se départir de leur ego pour ne voir que leur appartenance commune, au-delà des clivages confrériques, à un unique Dieu ainsi qu’au Prophète Mohamed (Psl). Mais, il faudra, pour en arriver là, que les chefs religieux acceptent de se libérer du joug de leurs disciples qui leur font croire, avec une rare témérité, qu’ils sont les projections orthogonales du Tout-Puissant sur Terre. Dressant des barrières d’incompréhension et de méfiance entre eux. Un climat de suspicion qui débouche, malheureusement, sur ces fêtes religieuses célébrées à tout va, et qui, en définitive, donnent l’exacte mesure de la division qui mine la communauté musulmane sénégalaise. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, nombreux sont aujourd’hui, les observateurs qui pensent qu’au lieu de parler de dialogue islamo-chrétien, le Sénégal devrait plutôt s’atteler, avant que ce ne soit trop tard, à organiser les états généraux de la réconciliation des musulmans qui le peuplent. Bref, le moment est venu pour les chefs religieux sénégalais de prendre leurs responsabilités. En ne perdant pas de vue que l’Histoire les jugera, immanquablement, un jour.

Commission de toutes les controverses

En effet, il n’est plus un secret pour personne que ce qu’il est convenu d’appeler «la fracture confrérique» a atteint des proportions inquiétantes. C’est d’ailleurs là, et nulle part ailleurs, qu’il faut chercher les véritables causes de la grave léthargie qui a fini de plomber la Commission nationale d’observation et de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc). À telle enseigne que ses «avis» ne font plus l’objet de la considération qu’ils devraient mériter de la part de la communauté musulmane sénégalaise. Une telle situation découle de la volonté de cette structure, dès l’aube de l’Alternance, incarnée par le Mouride Abdoulaye Wade, de surfer sur les dogmes de l’Islam pour ne pas le frustrer. Composée essentiellement de Tidianes, la Conacoc a donc perdu, depuis 2000, toute crédibilité. Faut-il la dissoudre pour limiter les dégâts ? Va-t-on la maintenir, au risque d’aggraver la grave cassure constatée depuis longtemps dans la communauté musulmane sénégalaise ? C’est là une problématique capitale que les musulmans de ce pays ne pourront pas continuer à évacuer. La communauté mouride, elle, a choisi la date du vendredi 21 décembre. Comme les Tidianes. Quand on sait les effets néfastes de cette prolifération de «Korité» et de «Tabaski» sur l’économie nationale, force est de dire qu’une prise de conscience s’impose à tous les Sénégalais pour bannir ce mal. Curieusement, cette fête était célébrée à l’unisson pendant la colonisation. Alors que les «tarikhas», qui semblent être la pomme de discorde, avaient déjà pignon sur talibés. Faut-il en rire ou en pleurer ?

Les marabouts persistent, l'Etat se débine

Une partie des musulmans du Sénégal a donc décidé de fêter la Tabaski jeudi, c’est-à-dire un jour après La Mecque. C’est le cas de la famille Niasse de Médina Baye. Plus grave encore, l’autre partie de la famille, Léona Niassène, va célébrer la fête vendredi. Alors que du côté des grandes familles maraboutiques, notamment Touba et Tivaouane, on retient encore le vendredi. C’est également la date retenue par la commission nationale d’observation du croissant lunaire. Du côté de la famille Sy de Tivaouane, Serigne Abdou Aziz Sy Al Ibn soutient que la Tabaski sera effectivement célébrée vendredi par la communauté Tidiane de Tivaouane. Junior soutient que cette date est le fruit d’une large concertation menée avec des membres de la famille Sy qui sont à l’intérieur du pays, mais aussi à l’étranger. Et à ceux qui soutiennent que le Sénégal ne peut pas célébrer la fête 48 heures après La Mecque, le porte-parole de la famille Sy de Tivaouane a tenu à faire savoir que cet argument ne tient pas la route. Selon lui, la Tabaski peut même être célébrée le même jour qu’à La Mecque. Mais, souligne-t-il, il faut de larges concertations pour trouver un consensus afin d’éviter les célébrations dans la division. Rappelons que Rawane Mbaye a été le premier à dire que la Tabaski devait être célébrée le jeudi. Bien qu’il soit très proche de la famille Sy de Tivaouane, il n’est pas suivi par cette communauté dont le khalife Serigne Mansour Sy est absent du territoire national. Pour sa part, le Coordonnateur de la Commission de concertation sur le croissant lunaire (Conacoc), Mourchid Ahmed Iyane Thiam, a souligné que tous les critères prescrits par le Coran ont été respectés par la structure qu'il dirige. Et de fustiger le fait que des personnes fassent des déclarations contraires aux siennes "à quelques jours de la Tabaski". Il estime, cependant, que l’écrasante majorité des Sénégalais va prier vendredi prochain. Ce qui constitue à ses yeux "une victoire". Quant au gouvernement, il continue à faire du dilatoire, pour ne pas dire se débiner, face à un problème qui l'interpelle au premier chef. La Primature ayant jugé plus sage de ne pas se prononcer sur ce sujet éminemment sensible. Pourtant, la Tunisie a réglé cette lancinante question des fêtes religieuses. Par décret ... présidentiel. Ni plus, ni moins.

Source: L'observateur

Article Lu 1743 fois

Mercredi 19 Décembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State