Référence multimedia du sénégal
.
Google

TROIS QUESTIONS A M. MAMADOU SEYE APRES SA NOMINATION A LA TETE DE LA COMMISSION DE COMMUNICATION DU MAGAL DE TOUBA

Article Lu 1572 fois


M. Seye vous venez d’être nommé à la tête de la commission de communication du Magal, quelles sont vos premières impressions ?

Je dirai qu’il est vrai que c’est une innovation et je n’ai fait que répondre à l’appel des autorités religieuses de Touba, mais il faut bien le confesser, je suis un talibé et c’est principalement à ce titre qu’on a fait appel à moi.

Ce travail, je le ferai en parfaite synergie avec la presse locale ici représentée. Il s’agira pour moi, comme il est dit dans la note de nomination, de faire en sorte que les confrères puissent travailler dans les meilleures conditions possibles.

Je servirai d’interface avec la presse locale et étrangère comme il a été dit. Mais en tout cas, j’ai la conviction que je ne pourrai réussir ma mission si tous les confrères ne jouent pas un rôle particulier. Il est vrai que c’est une grande innovation ; je travaillerai à donner un contenu à cette fonction et je crois que cela participe de l’innovation globale qu’on a constatée pour l’organisation de ce Grand Magal.

Je lance un appel à tous les confrères impliqués pour qu’ensemble nous puissions relever les défis parce qu’il a été beaucoup question de communication au cours de ce CRD spécial consacré à l’évaluation des travaux préparatoires. Je compte sur tout le monde pour mener à bien ma mission

Comment comptez-vous travailler avec les confrères de la presse nationale et internationale ?

J’ai élaboré un rapport avec les autorités de Touba et je vais très bientôt vous en livrer le contenu parce que le Magal pointe a l’horizon.

Il s’agit essentiellement d’assainir une bonne partie de la logistique, de faire en sorte que les journalistes puissent travailler dans les meilleures conditions possibles, avoir accès aux sources et je serais un relais, un facilitateur, parce qu’il ne m’appartient pas, après avoir trouvé une presse locale qui a fait ce travail pendant très longtemps et venir en donneur de leçons. C’est plutôt le talibé qui est venu donner un coup de main à ce qui se faisait déjà. C’est comme cela que j’entrevois ma mission. J’y compte : parce que si les confrères ne viennent pas en appoint par rapport à cette mission , je suis sûr de mon échec.

Mais par contre, si les gens travaillent avec moi, la main dans la main, je pense à la grande satisfaction des autorités, nous réussirons un pari qui est finalement collectif.

Et par rapport au traitement de l’information ?

Cette ville sainte fait la fierté et la curiosité de beaucoup de monde et ce n’est pas un nationalisme étroit.

Ce n’est pas l’appartenance à une confrérie qui nous guide, non ! Je crois que les journalistes ne font que leur travail, ils sont à la recherche de faits, à la quête d’informations, et moi, mon rôle sera de faciliter cela.

Maintenant par rapport au traitement, je compte sur le professionnalisme de chacun étant entendu que je ne suis pas plus mouride que les gens.

Source: le Soleil

Article Lu 1572 fois

Jeudi 14 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State