Référence multimedia du sénégal
.
Google

TRADITIONS - « OBLIGATION MORALE » : Le « sukaru koor » hante le sommeil des femmes

Article Lu 11657 fois

En ce mois béni de ramadan, des couples font plaisir à leur belle famille, à travers le traditionnel « sukaru koor » (sucre du ramadan). Les investigations faites par nos reporters leur ont permis de dire qu’une telle pratique, « érigée en obligation morale », hante le sommeil de certaines femmes. Surtout en ces temps de vaches maigres...



TRADITIONS - « OBLIGATION MORALE » : Le « sukaru koor » hante le sommeil des femmes
Au Sénégal, c’est une coutume de voir, pendant le mois de ramadan, la belle fille apporter du sucre et des dattes à sa belle famille. Un acte bien salué et apprécié. Mais, depuis quelques années, ce qui était une coutume « bien appréciée » « fait place à des actes démesurés ». Ainsi, le « sukaru koor » perd sa dimension culturelle pour gagner « un champ matériel ».

Le sociologue Djiby Diakhaté en donne les éclairages suivants : « dans les pratiques originelles, le sukaru koor était un acte qui participe à cimenter les relations entre la femme mariée et sa belle famille ; Ce système de don permet à la femme de rechercher l’estime et une certaine position de choix qui peut consolider sa présence au sein de la belle famille ».

Aujourd’hui, le « sukaru koor » devient une obligation morale. Il hante le sommeil de bon nombre de femmes mariées. Il semble que le sukaru koor est même devenu une pratique dont le non-respect peut participer à la déstabilisation et à la fragilisation de la femme.

Ce qui, selon Djiby Diakhaté, « peut pousser une femme à avoir des pratiques peu orthodoxes pour faire plaisir à sa belle famille ». Ainsi, le « sukaru koor », au lieu d’être un simple geste de reconnaissance, va constituer une surcharge pour les femmes qui veulent satisfaire à tout prix leur nouvelle famille. Mme Mariama Sidibé, une femme mariée, pense qu’il est dans l’ordre normal des choses d’offrir le « sukaru koor » à sa belle famille. Car, pour elle, « c’est une tradition que l’on perpétue pour faire plaisir à la nouvelle famille et obtenir sa bénédiction ».

Mais, de l’avis d’El hadj Maodo Faye, journaliste-islamologue, cette tradition n’existe ni dans le Coran ni dans la « Sunna » (pratiques du prophète (Psl). Mais, il précise que l’islam recommande aux fidèles de donner l’aumône pendant le mois de ramadan, surtout aux nécessiteux. C’est pourquoi « le fait de donner du sucre à sa belle famille n’est pas en soi une mauvaise chose, mais si celle-ci n’est pas dans le besoin, il serait préférable que cet aumône revienne aux nécessiteux », explique l’islamologue.

« Dans mon cas, j’habite avec mes belles filles. Il arrive parfois que l’une d’elles m’offre du sucre ou du lait. Et je pense que c’est une bonne chose. Mais, si elles ne me donnent pas du « sukaru koor », je ne vais pas leur en vouloir, surtout avec cette conjoncture économique difficile », souligne mère Rokhaya Ndong. Selon Mariétou, sa belle-fille, pour jouir d’un profond respect à l’égard de la belle famille, « on est obligé de respecter ces choses. Mais il ne faut pas verser dans l’excès. Tout doit se faire avec mesure », déclare-t-elle.

Des tissus, des bijoux précieux, de l’argent. Tels sont les nouveaux éléments qui constituent de plus en plus le « sukaru koor ». Souvent, certaines femmes versent dans le folklore à l’image de ce qui se fait dans les cérémonies familiales.

Par ailleurs, on remarque que, de plus en plus, de nouvelles mariées vont préparer le « ndogou » (repas de la rupture du jeûne) dans le domicile familial du mari.

Certaines femmes interrogées expliquent que c’est « un moyen particulier de fuir les cérémonies festives qui ont lieu quand une femme nouvellement mariée rejoint son domicile conjugal ; les hommes disent « emprunter » leurs épouses, mais le plus souvent, celles-ci ne reviennent plus au domicile de leurs parents ».

Source: le SOleil

Article Lu 11657 fois

Lundi 15 Septembre 2008





1.Posté par monsieurs le 15/09/2008 09:55
Nga kham sa warougar défff ko ma kham sama warougar défff ko diabar diabar sama.

2.Posté par titi le 15/09/2008 11:47
ya des belles familles qui sont oportunistes. C'est un bon acte mais il faut penser au jour où la vie est difficile comme ces temps çi, elles vont vous créer des problémes et auront affaire à d'autres qui leur satisferont leurs besoins

3.Posté par selim le 15/09/2008 13:48
J'ai peur de ne pas bien comprendre cette histoire de soukarou koor;
Prenons le cas où la femme mariée ne travaille pas et son mari soit un vrai gorgolou sénégalérien, comment la belle famille peut -elle s'attendre à recevoir quelque chose qui sortira forcément de la poche de leur fils fauché ???

4.Posté par titi le 15/09/2008 13:49
ya des belles filles qui font le petit commerce leur mari ne travaille pas.Elles satisfaient les besoins du mar, de la belles famille sans avoir la paix.
Qu'est ce que vous pensez de ça.Donnez mois vos idées.

5.Posté par RADINE le 15/09/2008 14:25
MOI COMME JE SUIS RADINE JE DONNE UN PAQUET DE SUCRE QUI COUTEB 600FCFA ET 300 FCFA DE DATE. ET C MON MARI QUI ME DONNE 2000FCFA . JE PARVIEN QUAND MEME A EPARGNER 1100 FCFA. POUR MES ENFANTS.


6.Posté par kkk le 15/09/2008 18:54
radine ta raison c'est des connerie ces histoire de soukarou koor mais radine un jour un type te bouffra tes tunes inchallah. un vrai escrot va te faire croire a beaucoup de chose il va te prendre tout tes biens. si tu le donne pa à ton mari qui va le bouffer?

7.Posté par manela le 15/09/2008 19:52
c des conneries tout ca . pkoi donner du soukarou koor a kkun sachant ke cette personne ne manke pas du tout de sucre et de datte alors ke toi pour lavoir c tout un chemin de pauvre gorgorlou
Au senegal on aime trop s attarder sur ds futilites koi

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State