Référence multimedia du sénégal
.
Google

TENSION DANS LES FINANCES PUBLIQUES ET AFFAIRE HABRÉ: Wade ouvre le feu sur Ibrahima Sarr et menace de renvoyer Habré au Tchad

Article Lu 11039 fois

Outre la crise financière mondiale, le chef de l’Etat pense que les tensions récentes notées dans le Trésor sénégalais ont un deuxième responsable : l’ancien ministre du Budget, Ibrahima Sarr. C’est le chef de l’Etat lui-même qui l’affirme dans une interview à paraître aujourd’hui dans le journal français « La Croix ». Dans la foulée, Me Wade revient sur l’affaire Hissène Habré pour dire que, si le Sénégal n’a pas les financements nécessaires pour la tenue du procès, il va le renvoyer dans son pays d’origine, le Tchad.



TENSION DANS LES FINANCES PUBLIQUES ET AFFAIRE HABRÉ: Wade ouvre le feu sur Ibrahima Sarr et menace de renvoyer Habré au Tchad
En France depuis dimanche, le chef de l’Etat a tenu à se prononcer sur l’actualité sénégalaise et internationale. Dans une interview à paraître aujourd’hui dans le journal français « La Croix », le chef de l’Etat, comme d’habitude, a dit ses vérités. Et l’ancien ministre du Budget, Ibrahima Sarr, n’a pas été épargné. En effet, le chef de l’Etat, qui a démenti toute cessation de paiement au niveau des Finances, a tenté d’expliquer les tensions au niveau du Trésor par les dépenses hors Budget autorisées par l’ancien ministre Ibrahima Sarr. Interpellé sur une éventuelle cessation de paiement, Me Wade affirme : « Si c’était le cas, les investisseurs ne continueraient pas à venir. Je viens d’inaugurer la seconde unité d’une usine de construction automobile au Sénégal, qui va produire mille voitures dès sa première année ». Avant d’ajouter : « Depuis que je suis à sa tête, le Sénégal a toujours eu des budgets à l’équilibre, avec les félicitations du Fmi et de la Banque mondiale. Seulement, l’année 2007-2008 a été problématique. Nous avons été frappés par la hausse des prix de l’énergie et des denrées de première nécessité. Au lieu de répercuter ces hausses, nous avons dit : non, les gens sont trop pauvres. Le gouvernement a donc pris cela sur lui. Cela a entraîné des coupes budgétaires et des projets engagés ont dû être arrêtés, ce qui a entraîné des pénalités ». Cela dit, pour le chef de l’Etat cette tension dans le Trésor trouve une deuxième explication : les dépenses hors Budget autorisées par l’ancien ministre du Budget Ibrahima Sarr débarqué et remplacé par Abdoulaye Sow. « La deuxième composante de cette crise budgétaire tient au fait que le ministre du Budget, que j’ai fait remplacer depuis, s’est permis de faire des financements hors budget, en permettant aux ministres d’engager des fonds qui n’étaient pas dans les caisses de l’État. L’ensemble de la dette au secteur privé ne représente que 174 milliards de francs Cfa (255 millions d’euros). Or, le budget de l’État est de 1 700 milliards de francs Cfa. Cela représente donc à peine 10 %, ce n’est quand même pas énorme ! », affirme Me Abdoulaye Wade. Hissène Habré , qui a récemment déposé une plainte au Sénégal, tiendrait à se tenir tranquille sous peine d’être renvoyé au Tchad où son successeur Idriss Déby se ferait un plaisir de le juger. Interpellé sur l’affaire de l’ancien Président tchadien, Me Wade affirme : « Sur ce dossier, le Sénégal est victime de sa bonne volonté. Ma conviction, c’est que des chefs d’État africains doivent être jugés par des Africains. Compte tenu de cela, j’ai accepté que le Sénégal juge Hissène Habré, à la demande de l’Union africaine. Nous avons modifié notre Constitution, afin de pouvoir le faire. Restait le problème du coût du procès. Nous avons fait une évaluation avec l’Union européenne et l’Ong Human Rights Watch. Nous sommes parvenus à un accord sur la somme nécessaire à la tenue du procès, en précisant que ce serait un trésorier ad hoc et non le Sénégal qui gérerait ces fonds. Mais personne ne donne un franc ! ». Le Président ajoute : « Je vais donc mettre en garde mes homologues, lors du prochain sommet de l’Union africaine prévu en janvier et, si des dispositions ne sont pas prises, peut-être renverrai-je Hissène Habré au Tchad. Mais, en tout cas, si le procès ne se tient pas, je ne le garderai pas encore longtemps au Sénégal ». Sur la crise au Zimbabwé, la conviction de Me Wade est que Robert Mugabé doit partir. « J’ai soutenu dans le passé le président Mugabe. Mais je ne suis pas loin de croire aujourd’hui qu’il constitue le problème du Zimbabwe. Personnellement, je pense qu’il faudrait qu’il parte. J’ai cru qu’il allait accepter de faire des concessions, accepter une transition douce, mais il refuse. Alors que l’opposant Morgan Tsvangirai, qui est un homme modéré, a fait d’importantes concessions ». Poursuivant, Wade menace : « Si je retourne au Zimbabwe, ce sera pour conseiller fortement à Robert Mugabe de partir. Toutefois, cet homme est une figure historique, il ne mérite pas d’être jeté par la fenêtre. Il faut lui aménager une porte de sortie et lui garantir qu’il ne sera pas poursuivi dans son pays. Beaucoup de chefs d’État ont refusé de partir par crainte de poursuites judiciaires ».

Cheikh Mbacké GUISSE

Source: L'as

Article Lu 11039 fois

Vendredi 19 Décembre 2008





1.Posté par professeur le 19/12/2008 22:34
"Les gens sont trop pauvres le gouvernement va prendre ça sur lui"?
Mais il faudrait dire à wade que l'argent que dépense d'une maniére dispendieuse le gouvernement vient de ceux qu'il dit trop pauvres.
Et l'avion réfectionné à des milliards cet argent vient d'ou?
Et les jets privés que sa famille utilise, si j'en crois à la presse, cela vient d'ou?
Et les terrains qu'il distibue à sa communauté cela vient d'ou?
Comment ce vieux peut nous parler des difficultés tout en promettant de construire des TGV et des usines d'avions?
Dire qu'il prétend être économiste.
Quémander de quoi boucler un budget et faire distribuer plus de 500 millions à l'approche de la tabaski par le maire de dakar, quelle irresponsabilité.
Quand à mugabé, il faut dire à ce wade que des crimes doivent être punis, et que personne sauf les victimes ou leur ayants droit ne peut agarantir une impunité, cette affaire est différente de celle du dioula, ici quelque billets ne régleront rien.
Mais d'ou sort de président sénégalais?

2.Posté par paul le 19/12/2008 22:40
"Nous sommes parvenus à un accord sur la somme nécessaire à la tenue du procès"
Il régle tout avec l'argent des autres celui là.
Il n'ya pas de justice au sénégal?
Si je comprends bien la justice sénégalaise peut juger les sénégalais, mais pas M; Habré?
ablaye wade n'est pas convaincant et je pense qu'il est plus intéréssé par l'argent qua par le reste.
Il faut juger les criminels.
Il faut les juger par les tribunaix des pays qui ne demandent pas d'argent pour faire fonctionner leur justice.
En parlant d'aménager une porte de sortie il pense certainement à lui même, mais c'est peine perdue.
Un criminel, africain ou pas ne peut avoir la paix dans ce monde.

3.Posté par Diouf F. le 20/12/2008 17:27
Pourqoi renvoyer Habré au tchad? Il n'y a qu à le déclarer persona non grata. Il me semble que Habré est un hameçon pour attirer des milliards alors on l'utilise comme moyen de chantage.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State