Référence multimedia du sénégal
.
Google

TENDANCES DE LA RENTRÉE SCOLAIRE 2007/2008 LE CHIC GAGNE À TOUS LES COUPS

Article Lu 1622 fois

On y est ! L’école a ouvert ses portes. Les élèves ONT regagné les classes. Pupitres et tables-bancs retrouvent leurs occupants. C’est aussi l’ère des bonnes affaires pour les confectionneurs d’uniformes et autres tenues scolaires. Qui se frottent les mains. Même si ce n’est pas une religion dans toutes les écoles de Dakar. Où les élèves sont laissés à eux- même dans le choix du port vestimentaire. Et dans ce cas- ci, bonjour le libertinage. Les tenues sexy font leur apparition même si elles sont moins osées. Indétrônable au fil des années, le jeans refait surface dans les gardes robes des élèves. A côté des uniformes et des blouses, bien sûr. Les cartables aussi ne sont pas en reste et s’arriment au train de la mode.



C’est la rentrée scolaire pour les potaches. Les élèves retrouvent le chemin de l’école. Les tendances scolaires refont leur apparition et sont mises au goût du jour et de l’époque. Roses, bleues ou mauves, les blouses réapparaissent. Les uniformes aussi entrent dans la danse. Nouveauté! Pour cette année- ci, le port de l’uniforme fait son entrée dans les gardes robes des « Kennediennes». En phase d’expérimentation pour l’année 2007/08, le port d’uniformes ne s’appliquera qu’aux débutantes c’est-à-dire aux élèves en classe de 6e. Il sera échelonné aux autres classes et cela se fera progressivement dans les années à venir. Au coût de 6.000 Fcfa l’unité, les uniformes seront de couleur rose et rouge bordeaux. Donc pour les élèves de 6e, le casse-tête ne se posera pas en matière d’habillement mais plutôt en termes de comment faire pour récolter de bonnes notes en classe. Et ce sont les confectionneurs qui vont y gagner surtout si la commande est importante. Du côté des «grandes», l’avis est tout autre. Ce sera jeans et body avec tout au plus, la blouse rose en dessus. Une blouse qui se limite juste à l’enceinte de l’école. Car dès qu’elles sortent, vlan, elles ôtent la blouse pour laisser la place aux jeans moulants et autres « près du corps ». A quelques jets de pierre du lycée Blaise Diagne l’heure est aux inscriptions. Les quelques rares élèves trouvés çà et là, dans la cour de l’école devisent calmement. . On discute de tout mais aussi de nouvelles matières. Côté vestimentaire, pas de détours, le jeans fait légion. Ici pas de blouses, donc, les filles s’habillent comme elle le sentent. Les garçons eux ne se formalisent pas en complication vestimentaire. Une paire de jeans «Jungle» et de gros tee- shirt feront l’affaire. Du côté de l’institution Notre Dame, la couleur bleue est la dominante. Parées de leur blouse bleue, les filles sont surprises en plein cours. Ici, l’on ne se formalise pas trop pour la tenue vestimentaire. «On s’habille simple en dessus mais cela ne veut pas dire que l’on est « old fashion ». Il faut quand même que l’on reste soignée sans pour autant paraître trop fringante et tape-à-l’oeil» témoigne Bijou, élève à l’Institution.

Et que dire des cartables, des cahiers et autres accessoires d’études? Eux aussi suivent le rythme et se parent selon l’actualité du moment. Avec des couvertures plus variées les unes que les autres. Attardons nous, pour exemple sur les cahiers Topic. Leur slogan, «Topic, les cahiers qui tombent à pic» n’est pas un vain mot et n’est pas le fruit du hasard. Eh oui, les cahiers suivent l’ère du temps. Avec des thèmes aussi diversifiés qu’actuels. Et pour ces demoiselles, fini les cartables ou sacs à dos. Ce temps est révolu, banni. Maintenant, on va à l’école avec un sac à main ou une simple sacoche. «Cela fait plus classe» explique Maty. «En plus, on a dépassé la tétine et on n’est plus au primaire donc, il faut faire comme les grandes, «xar dafay wéessü mbote (l’agneau est appelé à devenir un jour un mouton)» lance t-elle sur un ton coquin. Les cahiers et autres manuels scolaires victimes des caprices de ces jeunes demoiselles sont tout bonnement rangés dans un classeur ou dans une chemise.

Et pour ceux qui mettent des lunettes et veulent coûte que coûte rester à la mode, les opticiens ont conçu pour eux les lunettes «slim» qui font leur apparition. Très pratiques, elles donnent à celui qui le porte une allure d’intello. Tout en restant branché. Et quand les stylos, critériums et crayons, s’y mettent c’est carrément style. Habib, élève au lycée Seydou Norou Tall de Dakar ne dira pas le contraire. «Dès que l’école ouvre ses portes, je cours m’approvisionner au magasin «Chez mon ami». Là-bas, je peux trouver les derniers stylos et cahiers, sacs ou classeurs à la mode». Quid de la cherté? Habib s’en tape. «Qu’importe le coût. Ce sont mes parents qui déboursent» rétorque t-il. L’essentiel pour lui est d’avoir vaille que vaille des manuels et accessoires scolaires chic et smart. Alors entre matériels classe ou fashion, uniformes, blouses et jeans, les élèves ont fait le choix. Qui est résolument celui de rester branché. En toutes circonstances.

Source: L'observateur

Article Lu 1622 fois

Dimanche 21 Octobre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State