Référence multimedia du sénégal
.
Google

TCHAD : “Arche de Zoé” : le procès s’ouvre le 21 décembre

Article Lu 1460 fois


L’affaire de « l’Arche de Zoé », l’association française qui a tenté de transporter 103 enfants du Tchad en France, devrait connaître son épilogue à la fin de l’année avec le procès de ses dirigeants qui s’ouvre le 21 décembre devant la Cour criminelle de N’Djamena.

N’Djamena - Moins de deux mois après qu’elle a éclaté le 25 octobre à Abéché, la plus importante ville de l’Est tchadien proche de la frontière soudanaise, les principaux protagonistes vont se retrouver devant la Cour criminelle à N’Djamena convoquée en session extraordinaire. Six Français membres de « l’Arche de Zoé », trois Tchadiens et un Soudanais, se sont vu officiellement notifier jeudi la date de leur procès qui débutera le 21 décembre. La durée du procès n’est pas fixée, mais elle "ne devrait pas excéder une semaine", selon une source judiciaire.

La Chambre d’accusation avait renvoyé mercredi devant la Cour criminelle les dix accusés. Cette Chambre a mis en accusation les six Français "pour enlèvement d’enfants tendant à compromettre leur état civil, faux en écritures publiques et grivèlerie".

Les Trois Tchadiens et le Soudanais comparaîtront pour "complicité" d’enlèvement d’enfants. Les dix accusés encourent des peines allant de 5 à 20 ans de prison...

A la sortie du Palais de justice, le président de « l’Arche de Zoé », Eric Breteau, qui a toujours proclamé son innocence, a simplement déclaré : "La parodie continue, apparemment c’est pour le 21 (décembre), alors on y va".

Dans une lettre dont l’Afp a eu copie hier à Libreville, M. Breteau estime que l’instruction a été "truquée et mensongère" et qu’elle "ne respecte pas les principes élémentaires du Droit tchadien".

La défense des Français, qui a dénoncé à plusieurs reprises la "célérité" de l’instruction, a, une nouvelle fois par son avocat tchadien Me Abdou Lamian, indiqué qu’elle allait "introduire un pourvoi en cassation auprès de la Cour suprême" pour le renvoi devant la Cour criminelle.

"Cet éventuel pourvoi ne devrait pas avoir d’effet sur la procédure en cours", a indiqué une source judiciaire. Cette affaire avait suscité de vives tensions entre la France et le Tchad quand le président français Nicolas Sarkozy, après être venu à N’Djamena, le 4 novembre, pour rapatrier des inculpés libérés, avait lancé deux jours plus tard, qu’il reviendrait "chercher" les autres "quoi qu’ils aient fait".

Cette déclaration tonitruante avait suscité l’ire des autorités tchadiennes, notamment celle du président Idriss Deby Itno. Depuis, Paris et N’Djamena ont baissé le ton. Samedi, en marge du sommet Ue-Afrique de Lisbonne, MM. Sarkozy et Deby "ont exprimé leur volonté commune de dénouer la situation", selon l’Elysée.


AFP

Article Lu 1460 fois

Vendredi 14 Décembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 3 Décembre 2016 - 18:11 Trump se risque à un bras-de-fer contre la Chine

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State