Référence multimedia du sénégal
.
Google

TAMBACOUNDA: Les femmes expriment leur courroux face à la recudescence des violences et viols.

Article Lu 11160 fois

Ce samedi à Tambacounda les femmes regroupées au sein d’un vaste mouvement d’ensemble ont tenu à signifier face à la presse que la coupe est pleine. Les violences dont elles sont victimes et les viols se multiplient, et elles ont donné de la voix pour intimer que cela cesse pour de bon.



TAMBACOUNDA: Les femmes expriment leur courroux face à la recudescence des violences et viols.
Quand elles ont rendu visite au centre hospitalier régional de Tambacounda à la dame Sira Biès violée puis sauvagement agressée au point qu’elle a failli perdre un oeil, les femmes de Tambacounda n’ont pu contenir leur courroux, tellement que l’état de la pauvre lingère est grave.

Membres du collectif régional de lutte contre les violences faites aux femmes ou encore du réseau « Siggil Jigeen », de la Fafs, des Gpf, de la Cfdt, du Dirfel ont dans un bel élan de solidarité apporté à la victime un réconfort moral et un appui financier pour permettre à sa famille de faire face aux problèmes d’ordonnance et autres petits détails. « Les cas de violences se multiplient de façon incroyable et le comble, c’est que les coupables, s’il arrive qu’ils soient arrêtés, ne sont pas durement sanctionnés pour dissuader quiconque voudra s’amuser en en faire un credo » s’exclamera Mme Diamé née Oumou Sakho, coordinatrice régionale du comité de lutte contre les violences faites aux femmes. Mme Diamé de rappeler qu’en l’espace de deux mois il y a eu près d’une vingtaine de cas de violences faites aux femmes et que des peines jugées peu coercitives sont infligées aux auteurs connus. Des plans d’action sont entrain d’être déroulés dans des établissements scolaires surtout, parce que l’intime conviction des femmes est qu’il ne faut pas attendre que l’irréparable se produise pour ne faire que constater les dégâts. Dans la batterie d’activités déployées, les femmes ont inscrit en bonne place la sensibilisation des autorités administratives, judiciaires, policières et autres, afin qu’ensemble les auteurs de ces actes odieux puissent réfléchir par deux fois avant de s’aventurer à les commettre.

Pour rappel, la dame Sira Biès a été violée aux abords de la vallée du « Mamacounda » entre les quartiers Gourel et Quizambougou, et son bourreau aurait voulu lui arracher les yeux. Cette femme est connue pour être quelqu’une, à l’instar de toutes les autres de la communauté Bassari, comme étant une battante ne vivant que de la sueur de son front.

Boubacar Dembo TAMBA
Source SudQuotidien

Article Lu 11160 fois

Lundi 23 Février 2009





1.Posté par papi le 23/02/2009 06:46
11111 bizarrement tout se passe a tambacounda lou léne diot...

2.Posté par alain le 23/02/2009 13:26
c est la faute au regime........de wade...................qui n arrive pas gerer le pays..................... c set le chaos.............total dans le pays...........

3.Posté par djiba le 23/02/2009 14:40
Il faudra k cela cesse. l'Etata du sénégal doit réagir afin de mettre les femmes de tamba en sécurité

4.Posté par nom le 23/02/2009 14:47
monsieur le journaliste quelqu'une ne se dit point

5.Posté par boubacar le 23/02/2009 17:47

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State