Référence multimedia du sénégal
.
Google

Souleymane Jules Diop présente ses excuses acceptées par Syndiéli Wade

Article Lu 13478 fois

Souleymane Jules Diop, journaliste sénégalais vivant au Canada, a officiellement ‘’présenté ses excuses’’ à Sindiély Wade qui les a acceptées et a décidé de retirer sa plainte pour diffamation, a-t-on appris lundi enfin d’après-midi de source présente au procès.



Souleymane Jules Diop présente ses excuses acceptées par Syndiéli Wade
Souleymane Jules Diop ‘’s’est en outre engagé devant le juge André Prévost à publier ses excuses dans les médiats nationaux sénégalais et internationaux’’, a précisé de même source qui a ajouté que l’audience a eu lieu à la Cour supérieure de Montréal. ’’D’entrée de jeu Souleymane Jules Diop a présenté ses excuses acceptées par Mme Wade et le juge a ordonné la publication de la lettre d’excuses dans les médiats nationaux et internationaux’’, a indiqué la source.

Dans un article publié dans son blog, en 2005, Souleymane Jules Diop s’en était pris à Sindièy Wade dans sa vie privée et professionnelle.

Le journaliste exilé a été défendu par l’avocat camerounais Gérald Tchakoumi, alors que Mme Wade avait confié sa défense à Marie-José Hogue.

Pour ce qui du procès entre Karim Wade et Souleymane Jules Diop, il devrait se dérouler juste après la pause observée à l’issue du procès entre le journaliste et Sindiély Wade.

Souleymane Jules Diop, ancien conseiller en communication de l’ancein Premier ministre Idrissa Seck, avait accusé Karim Wade d’être impliqué dans un trafic de devises.

Source: APS

Article Lu 13478 fois

Lundi 12 Janvier 2009





1.Posté par pape le 12/01/2009 22:24
jule diop le roi des menteur ndiak diom

2.Posté par pape le 12/01/2009 22:26
Il a présenté ses excuses donc????????

3.Posté par Cheikh_String le 12/01/2009 22:31
Si vous avez écouté l'émission Dégg Dëgg de Souleymane Jules de mardi dernier; il avait clairement dit avoir regretté parler de la vie privé de Sindjéli.
Il l'a toujours dit.
Il avait parlé des aventures sentimentales et sexuelles de Sindjéli et d'un des "Lions" ( un Rasta).
Par la suite il l'avait regretté, c'était dans son blog qu'il animait

4.Posté par seye le 12/01/2009 22:40
wakh kateyi wakhatilene ce menteur de naissance fils de thiere ak mew .il a haine dans son sang on le connait a la sicap dieuppeul,nite kou bonela. tu moura comme ca .les gens avance ... RFM un grand complice on sait tous.

5.Posté par BUJUMAN le 12/01/2009 22:43
NEST CE PAS LE MEME JULES DIOP QUI AVAIT DECLARE LE PRESIDENT WADE MORT EN 2005 MONTRE DES PHOTOS DE L'AVION QUE LE PRESIDENT AVAIT ACHETE PRETENDU QUE LE PRESIDENT AVAIT VENDU LES MOTEURS REFECTIONNES DE SON AVION INSINUE APRES L'ELECTION PRESIDENTIELLE QUE DANS TROISS MOIS LE SENEGAL SERA EN BANQUEROUTE ET NE POURRA PLUS PAYER SES EMPLOYES .
SACRE MENTEUR CE JULES

6.Posté par macouba le 12/01/2009 22:57
JULES DU COURAGE TU ES UN BRAVE HOMME.TOUS CEUX QUI DORMAIENT SE SONT REVEILLES TU NOUS A OUVERT LES YEUX SUR CES GRANDS BANDITS DE LA REPUBLIQUE QUI NE PENSENT QU'A LEUR POCHE..LA PREUVE IDY EST DE RETOUR AU GATEAU DU PALAIS DE LA PRESIDENCE.JE T'ENCOURAGE VIVEMENT.

7.Posté par pierre le 12/01/2009 23:19

eh ben .........on aura tout vu au Senegal.....J.Diop l'homme qui attaque tout le

monde ...donc tout cela n'etait que des bobards ( definition de BOBARD :

mensonge , tromperie , canular......etc etc )....

Decidement les anciens liberaux ont decider de se serrer la main au nom du

capitalisme et du liberalisme a la sauce africaine........

Un homme de la trempe de Jules Diop qui ecrit des livres sur Obama me

surprend dans ses attitudes .....en ce qui me concerne attaquer Syndjeli aurait

ete la derniere que j'aurais fait meme si je ne supporte pas Wade...surtout

s'attaquer a la vie sexuelle des gens qui ne regarde personne je trouve cela

bas et mesquin....

IL aurait ete preferable de presenter ces escuses a Syndjeli avant d'aller devant un

tribunal .... je pense qu'il faut tourner 7 fois sa langue dans la bouche avant de

parler Mais bon heureusement que le ridicule ne tue pas

Quel sera donc la nouvelle demain ???? Jules Diop et Idy se reconcilie ?????

c'est encore le Senegal qui perd

Jules Diop a surement presenter ces escuses parce que Idy et Wade sont de

retour pour de nouvelles aventures au pays de la Teranga ....

Vite planquez votre khaliss les bandits de grands chemins sont de

retooooooooour



Je vous le dis depuis 8 ans Niasse rek mo ko yoooor


pierrebahsa@live.fr

8.Posté par abdou diop le 12/01/2009 23:27
bari ay wax xam ligay wax moo ko guen tu parle trops

9.Posté par gassama toronto le 13/01/2009 00:45
(SDJMOUTONS) ALORS ON DIT QUOI, QUAND QUELQU'UN EST PLUS FORT QUE TOI , NE LE PROVOQUE PAS.APPRETEZ VOUS A COTISER L'ARGENT POUR L' AMENDE QUE LA JUSTICE VA SANCTIONNEE VOTRE MENTEUR. POUR VOUS CONSOLEZ ALLEZ VOUS S' EXILE DANS UN AUTRE PLANETE CAR LA HONTE NE VOUS SUPPORTE PLUS. CORDIALEMENT

10.Posté par Malik le 13/01/2009 01:04
attendez d'entendre la version de SJD avant de vous acharner sur lui wa APS man doyou gnouma

11.Posté par domourewmi le 13/01/2009 07:32
Je suis senegalais vivant à Montréal et ayant assisté au procès toute la journée,
Avant le début du procès, les deux parties se sont entendus sur l'accord selon lequel Syndiély Wade renonce à sa demande de compensation financière en terme de dommages intérêts et Jules Diop de cesser de l 'attaquer par `` quel que média que ce soit.``selon même les termes proposès par le juge.
Pour ceux qui connaissent une procédure judiciaire c'.est extrêmement complexe et tous détails comptent.Jules a raison de retirer ses propos sur Syndiély car il perdrait ce procès d'office.L,atteinte à la vie privée surtout à celle d'une femme est sévèrement punie par la justice québécoise.Syndiély aussi a été compréhensive, polie et exemplaire.Présente au procès, elle n a pas témoigné et son attitude humble est tout de même à souligner.Maintenant sur l'affaire des traffics de dévises, Jules Diop n'a pas retiré ses propos mais a juste pris acte du document de la douane française ayant blanchi Karim Wade sur cette affaire.Mais Jules a continué tout de même à affirmer que de source venant de la lettre du continent, un journal parisien spécialisé sur l'afrique, Abdoulaye Wade aurait demandé à Dominique de Villepin alors premier ministre de demander la production de ce document.On voit que les choses sont complexes.Car l',acte de la douane française peut être digne de foi si on considère la transparence et l'Etat de droit en France.Mais aussi la diplomatie peut -elle réussir à obtenir quelque chose pas tout à fait dans les régle de l'art.Puisqu'aucun témoin de l'administration française n'était là pour en témoigner, vous comprendrez comment il sera difficile à Jules d'.apporter la preuve de cette interpellation de Karim à l'aéroport de Bourget.
Sinon pour le reste les plaidoiries se sont bien passées même si les moyens des protagonistes et disproportionnéées.
Je m'en arrête là car j,ai pas l,intention de commenter ce procès encore en cours, mais juste pour illucider certains faits.Je ne suis encore une fois d'aucun des parties protagonistes, mais simplement un citoyen libre.

12.Posté par dia le 13/01/2009 08:34
mais franchement il devait pas faire passer à karim comme un hommo atravers ces acusations cela ne se fait pas...quelqu'un ne te plait tu l'accuse de pd pour le tuer.....et beacoup de gens ne peuvent pas le croire ..c est pas du tout juste vraiment je n ai rien contre jules mais y acertaines choses qui ne se font pas....

13.Posté par b le 13/01/2009 09:18
je lecoutais seulement pour passer le temps mais je ne lai jamais pris au serieux.
karim a declare hier marie et pere de 3 enfants. jules fait du theatre

14.Posté par amazone le 13/01/2009 12:10
vous les senegalais vous dormez toujours. Ceci n'est qu'un plan pour faire taire SJD avec le retour de Idy lui qui devait etre temoin et de prouver les magouilles. Mais sachez que SJD a bien fait c'est une bonne strategie.Cela lui permettra de continuer son combat. Meme sil ya des gens qui ne croient pas en lui parce qu-ils sont de faux types et hypocrites, il ya des gens à qui il a ouvert les yeux des gens comme moi qui ont été des militants du PDS. DEUG REK KAY MOUDIE Té YALLAH GNEUP LA FI NEKAL LE JOUR DU JUGEMENT SERA TRES DUR SOYONS CONSCIENT. LA VIE SUR TERRE FINIT TOT OU TARD ALORS QUE LA VIE LA HAUT NE SERA JAMAIS FINI ALORS VAUT MIEUX ETRE BIEN ET A L'AISE LA HAUT QUE DE L'ETRE ICI BAS.

15.Posté par Onel le 13/01/2009 14:24
@ Amazone tu viens de tout dire, tu étais militante du Pds et il t'a fait ouvrir les yeux.
Nous on n'a jamais été du Pds comme Idy, Macky, Jules et toi, donc les retournements de veste des gars du Pds on connait depuis longtemps.
A part ça, je n'ai rien contre Jules mais attaquer sur la vie privée, sur les orientations sexuelles c'est petit.
Pour Sindiely je ne sais pas, mais pour Karim il n'y a pas besoin. Jugeons le sur son travail, c'est à dire des milliards dépensés sans pouvoir construire une route digne de ce nom, des hôtels promis mais toujours attendus, une irresponsabilité en allant se cacher derrière papa pour ne pas rendre de compte (même le boutiquier doit rendre des comptes à son patron, ce qui est quand même la moindre des choses).

16.Posté par LAYE le 13/01/2009 14:36
Ce canard de Karim gagnera à coup sur ce procés, c'est une question de gros-sous, Le pauvre Jules DIOP n'a malheureusement pas les moyens de lutter cotre cette andoulle.

17.Posté par initié le 13/01/2009 14:50
les sénégalais qui se diesnt être des intellectuels sont les plus cancres. Le vrai intello analyse d'abord le ou les problémes sous différents angles essait de reconstituer les faits ,fouille dans le passé afin de refaire surface.ceci nécessite un véritable esprit de synthése pour ne pas tomber dans les piéges tendus par les acheteurs de conscience et les traficants d'affluence.si vous avez depuis longtemps écouté les émissions de jules diop vous vous rendrez compte qu'il y'a une part de vérité dans ce qu'il dit.L'exemple le plus patent et le plus récent c'est son émission sur l'existence de la société zam-zam .il avait prédit d'eventuels troubles qu'auraient à subir les pélérins.à cela s'ajoute les voyages de karim .Qui des usagers (villégiateurs) ou de l'aéroport de dakar peut affirmer avoir vu karim traversé le tarmaq à des heures normales c'est-à-dire avant une heure du matin. Qui peut dire que celle là est la femme de karim.mensonge.Les rois balisent toujours le chemins pour les princes.force est de reconnaitre que les sénégalais ont la grandississime erreur de réélir wade par et pour ses fameux projets pendant qu'aux tours et alentours il orchestre des nébuleuses en ce qui concerne le foncier et le financier.économiquement notre pays est terre."tout droit vers le sommet "avez-vous suffisament remuer les méninges pour savoir c'est où le sommet?refléchissez-y.Au moment où le père est entrain de semer la sisanie à l'intérieur de la classe politique, le fils lui, fait polir son image à l'extérieur. Le sénégal nous interpelle tous, il est bien vrai que le sénégalais aime le théâtre,mais cette théatrialisation des institutions gouvernementales et de l'Etat doit cesser

18.Posté par meusalih le 13/01/2009 16:43
POURQUOI TANT DE HAINE ? POURQUOI TANT D’ACHARNEMENT ? POURQUOI TANT D’AVEUGLEMENT ?


Entre la déroute de nos Lions à Accra, le départ de Macky Sall du Parti Démocratique Sénégalais et la tenue du sommet de l’OCI au Sénégal, l’année 2008 aura été riche en événements.
Mais elle aura été surtout marquée du sceau politique et médiatique de Karim Meissa Wade, Conseiller Spécial du Président de la République et patron de la Génération du Concret.
Il n’est pas exagéré de dire que rarement personnalité sénégalaise aura suscité autant de commentaires en un aussi court laps de temps passé dans la vie publique.
Des dizaines de milliers d’articles, de tribunes, d’analyses et de contributions ont été, en l’espace de quelques années, consacrées à Karim Meissa Wade.





Il ne s’est pas trouvé un seul sénégalais, du simple citoyen au journaliste en passant par les observateurs et acteurs politiques, qui ne se soit pas à un moment où l'autre, prononcé sur le phénoméne Karim Wade. L’homme est au centre de toutes les conversations.

Malgré cette médiatisation outrancière, KMW s’est toujours muré dans un mutisme assourdissant, ne distillant sa parole qu’à dose homéopathique.

Cette quasi - clandestinité médiatique n’empêche pas certains, à l’intérieur comme à l’extérieur du Sénégal de lui prêter beaucoup d’influence, de puissance et d’ambition.

Mais jusque - là, c’est un véritable mystère qui entoure les intentions de KMW. Peu de personnes au sein même de la « Karimie » semblent réellement connaître la destination politique du leader de la Génération du Concret.


C’est connu, la nature à horreur du vide et quand l'information est absente ou rare, c'est la rumeur qui fait foi.
Du coup, entre les prédictions les plus brouillonnes et les rumeurs les plus folles, le «futur» de KMW aura été tout au long de l’année 2008, l’épicentre de la vie politique et médiatique sénégalaise.
Karim Meissa Wade est devenu a lui tout seul une sorte de thriller politique balançant entre énigme et suspens dont certains attendent impatiemment le dénouement.

Pendant que d’autres, à coup d’intoxication et de manipulation et avec une redoutable furie, tentent de l’étrangler politiquement en le noircissant sans cesse aux yeux de l’opinion, avec l’espoir que les Sénégalais n’auront guère le choix que de détester, de haïr ou de rejeter Karim Wade à cause de tout ce qu’ils entendent ou lisent chaque jour dans la presse.

Ne revenons pas ici sur la dangerosité des stupéfiants propos récemment tenus sur lui par un musicien sénégalais. L’artiste en question, à la veille du sommet de l’OCI, a fait des pieds et des mains, donné de la voix aussi pour être reçu par Karim Wade.

Mais aujourd’hui, quels que puissent être nos clivages politiques et idéologiques, certaines déclarations irresponsables nous interpellent.

Pourquoi devrait-on, dès qu’on a le micro ou la plume, croire que nous pouvons tout dire et écrire, en ne respectant pas les codes et règles les plus basiques de la déontologie intellectuelle.

Pourquoi tant de Haine ? Pourquoi tant d’Aveuglement ? Pourquoi tant d’Acharnement ? Comme si certains sénégalais n’avaient d’autres ambitions pour leur propre patrie, que d’y construire un mur de séparation politique, confrérique confessionnel, ethnique, social, culturel et clanique.

Dans une tribune parue dans le Quotidien du mardi 26 novembre 2008, et intitulée « Karim Wade face aux sénégalais : les raisons d’un malaise,» Mouhamed A. LY, sociolinguiste de son état nous explique les raisons de son refus de cautionner la candidature de Karim Meissa Wade.
Suite à la lecture de son article nous avons plutôt été envahi par une déchirante interrogation. Mais d’où le «complexe politico-médiatique dakarois» tire t-il véritablement sa cascade de certitudes, faisant fi des opinions personnelles de la majorité silencieuse.

L’article de Monsieur Ly au demeurant bien écrit (même si j’ai trouvé sa plume par endroit un peu excessive) nous apprend que «...n’importe lequel d’entre nous peut interroger ses connaissances en Espagne (et pourquoi pas en Laponie ?) et au Sénégal et procéder à un décompte des réponses favorables et/ou défavorables à une éventuelle candidature de Karim Wade. Les réponses à ces «sondages» sont édifiantes. Les Sénégalais, dans leur écrasante majorité, jugent cette candidature ni souhaitable ni recevable… »
Lui et lui seul sait pourquoi il a précautionneusement encadrer le mot sondage par une solide escorte de guillemets.

Et voilà que sur la base de “son” sondage, il nous démontre avec une ferveur toute militante qu’une grosse majorité d’entre nous ne veut point de Karim Meissa Wade comme Président.




Loin de moi l’idée de défendre l’idée qu’il faille faire totale abstraction des sondages et de l’opinion.
Monsieur Ly a même bien raison qu’ «une élection présidentielle, c’est la rencontre et le dialogue, entre un homme et un peuple.»
Une bonne piqûre de rappel pour bon nombre d’entre nous journalistes comme observateurs politiques, qui s’étaient brillament «plantés» sur le résultat de l’élection présidentielle de 2007, parce que nous n’avions pas à l’époque, suffisamment pris en compte cette dimension dramaturgique qui caractérise une élection présidentielle « qui est surtout la capacité d’un homme à incarner à un moment le destin d’une nation »

Abdoulaye Wade fut réélu dès le premier tour alors que la quasi-totalité des analystes avaient pronostiqué sa défaite. Et c’est comme si nous n’avions pas retenu la leçon en refusant de nous interroger sur l’étendue de l’abîme qui peut y avoir entre nos certitudes d’élite et l’opinion des sénégalais.



Lorsque Monsieur LY évoque « l’écrasante majorité des sénégalais » pour dire qu’elle ne votera pas Karim Wade, il semble totalement ignorer que la politique obéit a une logique qui lui est propre et qui transcende souvent la froideur des calculs arithméthiques.

Qu’à cela ne tienne, retenons tout simplement que comme tentative d’explication « des raisons du malaise des sénégalais face à Karim Wade, » l’argumentaire de Monsieur LY est resté un peu court. Faut-il en déduire que tout cela n’est que tentative « d’antikarimisation » des esprits. Certainement pas, mais force est de constater que ça y ressemble fort.

Faudrait-il pour autant ranger Monsieur Ly dans le camp de ceux dont le seul ressort idéologique, se résume le plus souvent en un « antikarimisme » passionnel, parfois rudimentaire. Certainement pas. Mais lorsqu’en notre nom, il tente d’accréditer l’idée que « les sénégalais ne sont pas prêts à confier la direction de leur Nation à un garçon qui n’a jamais été chef de quartier…» vous en conviendrez certainement avec moi, que l’argumentaire manque un peu de solidité et de hauteur.

«Ce garçon qui n’a jamais été chef de quartier » travaille souvent et certainement comme vous Monsieur LY, plus de 18 heures par jour, sans tambour ni trompette parce qu’il nourrit une profonde aversion pour l’exhibitionnisme et l’ostentatoire. S’il y avait un Nobel de la paresse, de la prétention ou de l’approximation c’est sûrement pas à lui qu’il irait.

Dans un monde devenu turbulent et imprévisible, notre pays aura forcément besoin d’hommes qui en comprennent la complexité et les ressorts. Des hommes capables de décider et de trancher dans l’intérêt du pays. Ces atouts seront indispensables à tous ceux qui demain, veulent diriger le sénégal et ont le profond désir de le réformer.

N’en déplaise a Monsieur Ly, KMW incarne aux yeux de nombreux sénégalais, la jeunesse, la modernité, l’autorité, la compétence et l’audace.

Ce qui fait de “ce garcon qui n’a jamais été chef de quartier” un membre prééminent et incontestable du club très fermé des présidentiables sénégalais qui ont l’autorité et la compétence pour diriger Notre Nation.
Encore faudrait-il qu’il manifeste lui-même le désir d’en briguer démocratiquement la magistrature suprême, dans le respect absolu et total des règles du jeu démocratique.
Des règles du jeu démocratique, qui devront s’appliquer à chacun d’entre nous, car la pluralité des opinions est aujourd’hui entrain de disparaître du paysage sénégalais.


Et en son lieu et place, une unanimité toute pré - fabriquée et toute dirigée contre le leader de la Génération du Concret. Car rarement un seul homme aura fait dans l’histoire de notre pays, l’objet de tant d’ostracisme, rarement un seul homme aura subi un aussi long état de siége médiatique.

Mais comme vous Monsieur LY, je pense aussi que l’essentiel est ailleurs. Je renvoie nos les lecteurs à la contribution publiée dans le Quotidien du vendredi 27 novembre 2008 (merci le Quotidien pour le respect de la pluralité des opinions) par Mouhidine A. SANOKO, chercheur à l’université Gaston Berger de Saint-Louis et intitulée « Pour le Sénégal, j’accuse les Sénégalais. » Je vous en livre un court extrait. « …J’accuse le Sénégalais pour son envie effrénée de vouloir escroquer et exploiter son prochain chaque fois que l’occasion se présente.

Je l’accuse pour sa tendance à appliquer partout, où il est promu responsable, une autorité injuste (associations, partis politiques, ONG, université, presse etc.)… Il urge de comprendre que le problème du Sénégal n’est pas une question de gestion étatique ou gouvernementale comme le crient beaucoup de compatriotes sur tous les toits, mais plutôt «une question de Sénégalais» qui risque de se reproduire et se perpétuer au niveau de toutes les générations à venir…

Le Sénégalais ne souffrirait de rien d’autre qu’exclusivement du «syndrome du Sénégalais… »




Un diagnostic dur et implacable, mais (hélas) vrai. Au lieu de nous regarder en face et oser une introspection collective, certains en sont encore à nous faire croire par tous les moyens, que Karim Meissa Wade constituerait à lui tout seul, l’ « axe du mal sénégalais.» Qu’il serait le seul et unique coupable de toutes nos indisciplines, de tous nos incivismes, de toutes nos incuries, de toutes nos incompétences et inconséquences,

Réveillons nous, descillons nous les yeux. « L’axe du mal sénégalais » ne se trouve pas à l’ANOCI, mais dans nos divisions, dans nos guérillas politiques sans fin, dans l’impunité qui a fini d’étendre son hégémonie partout dans le pays, dans la neutralisation systématique des meilleurs d’entre nous pour pouvoir encore et toujours niveler par le bas, dans l’instrumentalisation politique des difficultés économiques que traversent notre pays, dans nos vertigineux narcissismes qui nous empêchent de voir tels que nous sommes.
Nous sommes le peuple champion du monde toutes catégories du « masla et du grawoul. » Nous sommes passés maître dans l’art de nous battre entre nous et contre nous-même...
Aujourd’hui on se bat entre partis politiques, entre hommes politiques, entre ministres, entre confréries, entre corporations, entre patronats, entre syndicats, entre collègues, entre ethnies, entre télés, entre radios, entre journaux, entre artistes, entre sportifs. À se demander s’il y a encore quelqu’un pour se battre pour l’intérêt supérieur de NOTRE Sénégal.

Karim Meissa Wade comme certainement chacun d’entre nous, a la passion de son pays ancrée au fond de lui. Quelques esprits définitivement retors, haineusement partisans, irréversiblement idéologisés et politiquement formatés à l’«antikarimisme» ne manqueront pas de dater son patriotisme au soir de l’accession de son père à la magistrature suprême.

Et c’est justement là que se trouve la quadrature du cercle pour Karim Wade. Le fait est qu’il n’est pas toujours facile d’être le fils « du » Président dans quelque pays que ce soit, car le soupçon du népotisme plane toujours.
Il est vrai que son effacement conjugué à son extrême discrétion médiatique a fini par créer une distance entre les Sénégalais et le patron de la Génération du Concret. Ce qui risque d’entretenir, jusqu’au moment où les sénégalais découvriront qui est véritablement Karim Wade, le procès en « népotisme » contre le fils du Président.

Respectons le Peuple du Sénégal et laissons-le sans conditionnement, exercer son libre-arbitre.
Bonne année à toutes et à tous

Biram Ida SY
Journaliste








Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State