Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Son nouvel album sur le marché - Goormak Niaxtu*

Le chanteur Gora Mbaye plus connu sous son nom d’artiste «Gormak» vient de lancer son premier album intitulé Niaxtu (Protester en Wolof). C’est un opus aux sonorités rap de dix-sept titres.



Son nouvel album sur le marché - Goormak Niaxtu*
Goormak de son vrai nom Gora Mbaye n’est pas très connu du public. Pourtant, il s’adonne au rap depuis 1995. Après un parcours sinueux entre groupes de rappeurs, le chanteur vient de sortir son premier album rap qu’il intitule Niaxtu (Protester en Wolof). A travers son produit cuisiné durant un an, l’auteur signale qu’il est parvenu à dire tout ce qu’il sentait. «Niaxtu, ce n’est pas un album révolutionnaire au vrai sens du terme, mais il s’agit de dire les choses de manière objective», affirme Goormak, ancien membre du groupe Way Kan Fippu de la banlieue de Dakar où il a fait ses premiers pas. Une formation qui a éclaté en 2000.

L’album Niaxtu, c’est aussi pour Goormak un partage. «La musique est quelque chose qu’on doit partager. C’est pour cela que j’ai fait beaucoup de featuring avec des artistes de la place», explique Gora Mbaye qui a participé en 2006 au festival Waga Hip hop avec le groupe de rap Wa Bmg 44. «Si je me focalisais sur des artistes déjà connus comme Xuman, Ndongo J Family et Matador, on penserait que je cherchais à me faire un nom. J’ai choisi aussi de tendre la main à d’autres artistes moins connus de la scène musicale sénégalaise à l’image de Diarihana, Dess, Game Kang, Sall Ngary…», explique le rappeur. L’artiste ouvert veut toujours faire quelque chose d’original et créer une richesse musicale. «C’est pour cela que j’ai eu à travailler avec beaucoup de personnes qui ont apporté chacune une touche particulière. Ainsi dans certains, on rencontre des rythmes saccadés ou tertiaires. J’ai fait tout pour donner le meilleur de moi-même dans cet album», argumente l’artiste qui a participé à l’enregistrement en 2010 du single Bayi ci Xel rendant hommage à Bourba du groupe Sen Kumpe, décédé la même année.

Sa nouvelle production est composée de 17 titres dont Niak weer (Ne pas être en bonne santé). Dans certains morceaux comme kaddu buur (La parole du roi), l’artiste fait appel à la kora. Il explique cela par le fait qu’il n’est pas complexé et pour lui ce n’est pas une obligation de suivre la voie déjà tracée par une autre personne. Invitant à revaloriser les instruments traditionnels africains, Goormak chante en wolof, en anglais et en français. Le morceau Niak weer signifiant en français «aucune santé» en featuring avec Ombrezion, traite de l’état de santé de la population sénégalaise. Interpellé sur la conception de la pochette de son album où l’artiste en tenue traditionnelle africaine, a son index posé sur la gâchette d’un fusil de chasse, Gormak laisse entendre qu’il fait le parallélisme entre les textes de l’album et l’engin. «Les balles, c’est comme les mots. Lorsqu’elles sortent du canon de fusil, elles deviennent incontrôlables comme le verbe», dit-il.

*Proteste

Walfadjri Baba MBALLOb[

Vendredi 16 Novembre 2012




1.Posté par karim le 18/11/2012 12:46
very high album!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés