Référence multimedia du sénégal
.
Google

Sénégalais et Tunisiens y croient plus que jamais

Article Lu 1304 fois

Tamale : Déçus mais pas amers ! Ainsi peut-on résumer l’état d’esprit des « Lions » au sortir de leur nul (2 buts partout) de mercredi face à la Tunisie. Un adversaire contre lequel ils avaient un vieux compte à régler, en passant au quart de finale perdu lors de la CAN 2004 chez les « Aigles de Carthage ». Un règlement de comptes forcément remis à plus tard. A quand ? Nul ne sait, même si, curieusement, Sénégalais et Tunisiens ont trouvé dans ce nul des raisons d’espérer et de croire en leur avenir dans cette 26è CAN.



Sénégalais et Tunisiens y croient plus que jamais
Les Nord Africains ont tellement jubilé, chanté et dansé dans leur vestiaire du stade de Tamale au coup de sifflet final de l’excellent arbitre japonais, M. Nichimura, que quelqu’un qui n’avait pas regardé le match les aurait pris pour les vainqueurs. En fait, ils pensaient simplement avoir fait le plus difficile en ne perdant pas contre le Sénégal. « Maintenant, nous visons la première place du groupe D », ont même soutenu certains joueurs tunisiens hier.

Et le Sénégal alors ? Déçu, mais ... rassuré ! « A condition, cependant, a tempéré le directeur technique national, Amsata Fall, que l’équipe monte en puissance ». En fait, selon le DTN, d’avoir dominé et maîtrisé les Tunisiens, favoris du groupe, est plutôt rassurant. « Malgré le nul, on est plein d’espoir pour la suite, car on peut mieux faire ». On attend de voir, dimanche contre les « Palancas negras » d’Angola si les « Lions » peuvent vraiment faire dans la constance, voire hisser encore leur niveau. Car, c’est surtout de cela qu’il est question de la part d’une équipe qui pratique le yo-yo à merveille. Comme lors de ses rencontres de préparation. Avec une nette victoire contre la Guinée (3 buts à 1) et une défaite encore plus nette face au Maroc (0 - 3). Et un jeu qui tantôt frise la perfection (comme en août dernier à Londres contre le Ghana) et tantôt flirte avec les pâquerettes (comme justement face au Maroc).

PROGRAMME DU JOUR GROUPE B (SEKONDI) 17H 00 : Côte d’Ivoire-Bénin

19H 30 : Nigéria-Mali

RESULTATS D’hier Groupe A (ACCRA) 17h 00 : Guinée-Maroc 3-2 19H 30 : Ghana-Namibie : 1-0

Ma CAN * Par Modou Sougou : « Une vraie récompense »

Tamale : A chaque fois que possible, nous nous proposons de vous faire vivre les moments intenses que Modou Sougou, l’attaquant international senegalais de Leiria [Portugal) vit au Ghana, lors de sa premiere CAN.

‘’Ma selection n’a pas ete a proprement parler une surprise pour moi. Car cela fait un moment que j’ai integre l’equipe. j’ai dispute le dernier match des qualifications et j’ai enchaine avec les rencontres de preparation. C’est dire que j’ai ete assez regulier sur la fin. Pour moi donc de figurer sur la liste des 23 joueurs appeles a disputer cette CAN, c’est une vraie recompense. Car ce n’etait pas evident vu le nombre de joueurs de qualite qui pouvaient pretendre etre selectionnes.La, je suis en train de vivre vraiment des moments forts avec tous mes camarades de la selection nationale.

Maintenant, je ne vais pas m’en contenter. Je travaille quotidiennement a l’entrainement pour saisir

ma chance lorsque le coach fera appel a mes services. Pour la suite de la competition, je suis tres confiant.

Le discours du coach est qu’il a besoin de tout le monde. Car, la CAN c’est une epreuve longue. Et

comme notre objectif est d’aller le plus loin possible, autant etre pret a relever le defi a tout moment’’

Propos de Technicien - Mandiaty FALL (PREPARATEUR DES GARDIENS DE BUT) : « Je maintiens ma confiance en Tony Sylva »

Tamale : La prestation de Tony Coly, avant-hier face à la Tunisie continue d’alimenter les commentaires. Surtout quant à sa responsabilité sur les 2 buts encaissés et plus spécialement sur le 2eme. Le préparateur des gardiens de but, Mandiaty Fall a bien voulu éclairer notre lanterne.

On estime qu’un gardien de la trempe de Tony Sylva n’aurait pas dû prendre ces deux buts. Comment vous avez apprécié cela ?

Je ne pense pas que cela soit le cas ; je ne suis pas d’accord par rapport à ça parce que quand on analyse les 90 minutes on sait qu’il n’était pas sollicité. A part la frappe qui est rentré les tunisiens n’ont pas eu d’autre occasions de s’illustrer. Sur le tir le joueur tunisien a bien frappé, c’est une frappe croisée qu’il a bien réussie. C’est le rôle de gardien de but qui est ingrat parce quand il sauve trois occasions de but et qu’ensuite il encaisse un but les gens oublient vite qu’il a sauvé trois fois l’équipe. Mais à part cette frappe il n’y a eu plus rien ; en deuxième mi-temps aussi c’est pareil. Donc je crois que la qualité de la frappe du joueur tunisien est pure ; Tony n’y pouvait rien. Et durant tout le tournoi on a vu des buts de ce genre.

Est-ce qu’il n’y a pas eu un problème de concentration, parce que à y regarder de prés il n’a pas été très sollicité donc il ne pensait voir venir le danger ?

Non je ne pense pas que ce but soit sujet à un problème de concentration. Il y a eu des erreurs au milieu du terrain le joueur a récupéré la balle et on n’est pas assez monté sur lui. Et le joueur tunisien a bien frappé.

Donc vous n’avez rien à reprocher à Tony ?

Non, c’est vrai qu’un gardien est dans sa cage pour prendre toutes les balles ; mais ca rentre il ne faut pas l’imputer au gardien.

Et vous lui maintenez la confiance pour le prochain match ?

Bien sur, bien sûr et pourquoi pas.

Sur la Sellette - Ibrahima Sonko, défenseur sénégalais : « Je suis dans les meilleures dispositions pour la suite »

Tamale : Tout le monde le voyait dans l’axe de la défense sénégalaise aux côtés de Souleymane Diawara au coup d’envoi de Sénégal - Tunisie d’avant-hier en ouverture des rencontres du Groupe D de Tamale. C’est que depuis qu’il a accepté d’intégrer la Tanière et de défendre les couleurs de son pays d’origine, dans la toute dernière ligne droite menant à la 26ème CAN, Ibrahima Sonko, le solide défenseur central de Reading (Premier league anglaise) avait toujours été titularisé par Henri Kasperczak. Contre la Namibie à Dakar, le 12 janvier dernier et quatre jours plus tard à Ouagadougou face au Bénin.

Mais, mercredi, Sonko a débuté et a fini le match sur le banc. « C’est le choix de l’entraîneur et ça ne se discute pas », a-t-il philosophé hier à la fin de la séance d’entraînement des « Lions » à l’annexe du stade de Tamale. Et c’est pour mieux dire qu’il est « à la disposition du coach et toujours prêt et fier de porter le maillot national ». Aucune amertume, pas le moindre dépit ne pointe de son discours. L’ancien capitaine de la sélection espoirs du Sénégal dit même être dans les « meilleures dispositions pour la suite de la compétition ». Depuis le banc des remplaçants, avant-hier, il déclare avoir vu « une bonne équipe du Sénégal » qui a su revenir au score et même mener avant de se faire rattraper dans les dernières minutes « sur un superbe but ». Les prochains matches de cette CAN, il espère bien les vivre de l’intérieur. Il se prépare pour et il promet d’être à la hauteur.

Bayal Sall : « Il faut plutôt nous encourager »

Tamale : Bayal Sall, l’imposant milieu de terrain des « Lions » a réussi son baptême du feu en CAN. Premier match, mercredi face à la Tunisie et premier but pour couronner une colossale prestation. Un but de la première importance puisqu’ayant permis au Sénégal de recoller au score à un moment psychologiquement important (45ème mn). Et un rendement général de qualité qui ne donne cependant pas la grosse tête au sociétaire de l’AS Saint-Etienne (L1 française). « C’est vrai que je suis très content d’avoir inscrit ce but. Mais, j’ai juste fait ce que l’on m’avait demandé de faire », se contente-t-il de répondre.

Malgré tout, Bayal Sall estime que le Sénégal avait les moyens de remporter ce match. Mais ne crachera pas sur le point du nul. Mieux, il est d’avis qu’il faut plutôt les féliciter, lui et ses coéquipiers. « Il faut nous encourager, d’autant que lors de la première journée, nous avons été la seule équipe noire africaine à n’avoir pas perdu contre les Nord Africains », même si, révèle-t-il sur la foi du comportement des Tunisiens à l’hôtel qu’ils partagent, « ces derniers avaient peur de nous et craignaient vraiment qu’on les batte ».

Ce ne fut pas le cas. Maintenant, il est temps de se tourner vers le deuxième match, dimanche à 17 heures à Tamale, contre l’Angola. Et à le remporter pour se positionner en attendant la dernière journée, le 31 janvier à Kumasi. Pour ce qui le concerne, Bayal Sall aimerait juste « faire (son) match. Et je prendrai tout ce qui arrivera comme un bonus ». Par exemple inscrire son deuxième but ? Ce ne serait qu’un encouragement à aller de l’avant pour ce « monstre du milieu de terrain » discrètement arrivé dans la tanière mais qui a réussi la grosse performance de reléguer sur le banc Bouba Diop.

Source: Le Soleil

Article Lu 1304 fois

Vendredi 25 Janvier 2008


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 11:15 Ligue 1 16ème journée : Nice reste leader

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State