Référence multimedia du sénégal
.
Google

Sauvé par l'enquête de personnalité : Boubacar Diouf ne restera plus que 8 mois en prison

Article Lu 11211 fois

Ce fut le soulagement, hier, pour Boubacar Diouf jugé par la Cour d’assises pour homicide volontaire sur la personne de Matar Seck, le 14 novembre 1998. Sous mandat de dépôt depuis le 19 mars 2001, l’accusé n’a que huit (8) mois à passer en prison.



Pour sa troisième audience, la Cour d’assises de Dakar a statué sur un homicide volontaire commis par Boubacar Diouf né en 1954 à Dakar sur la personne de Matar Seck dit ‘Vieux’ à qui il a donné un coup de couteau, à la suite d’une bagarre intervenue le 14 novembre 1998 au quartier Lansar de Pikine. Tout en reconnaissant l’accusé coupable des faits qui lui sont reprochés, la Cour d’assises a, dans son délibéré, évoqué l’excuse de provocation et lui a également accordé des circonstances atténuantes compte tenu de l’enquête de personnalité qui le décrit comme un bon père de famille, calme et sans histoire jusqu’à ce fameux jour de novembre. La partie civile représentée par le frère de la victime ayant demandé le franc symbolique, la Cour d’assises n’a pas fixé de dommages et intérêts.
Le 14 novembre 1998, à la suite d’une bagarre intervenue au quartier Lansar de Pikine, Boubacar Diouf donnait un coup de couteau à Matar Seck dit Vieux. Evacué et admis en réanimation à l’hôpital Principal de Dakar, ce dernier décèdera des suites de ses blessures le 18 novembre 1998. Le frère de la victime, Amadou Madiop Seck dépose alors une plainte le 26 novembre 1998 contre Boubacar Diouf qui avait cessé de donner signe de vie depuis la commission des faits.

Le 19 mars 2001, accompagnés du frère de la victime, les éléments de la Brigade de recherches procèdent à l’arrestation de Boubacar Diouf à Darourahmane où il était installé avec sa famille. C’est dire donc qu’il a été arrêté 3 ans presque après la commission des faits.

Hier, devant la barre de la Cour d’assises, l’accusé Boubacar Diouf a déclaré dans sa déposition avoir accidentellement blessé la victime Matar Seck, qui, elle, était armée d’une grosse pierre. Selon toujours la version de l’accusé, la victime avait proféré des injures contre sa famille et s’était introduite dans sa maison. Mais dans leurs dépositions l’épouse de l’accusé et sa fille ont varié dans leur narration des faits - soutenant tantôt que les faits se sont déroulés dans la maison, tantôt hors de la maison - ainsi que sur le déroulement de la bagarre et des personnes présentes. Ce que l’avocat général n’a pas manqué de relever dans son réquisitoire. ‘Les différentes versions des faits qui ont été servies ce matin peuvent donner le tournis à plus d’un au regard des différentes variations de ces déclarations’, a fait remarquer d’emblée Félix Antoine Diome. Et de poursuivre en soutenant qu’ ‘il n’ y a pas de contraintes physiques et morales qui peuvent être retenues comme cause d’irresponsabilité. L’atteinte à l’honneur dans sa maison et la légitime défense adoptée comme système de défense par sa famille ne peuvent pas prospérer’. Aux yeux de l’avocat de la société, l’intention de donner la mort était manifeste compte tenu des circonstances du décès. Ainsi, a-t-il demandé à la Cour de qualifier les faits de ‘meurtre’ et a requis 20 ans de travaux forcés.

L’avocat de la défense, Me Pape Ndiaye a pris, lui, le contre-pied de l’avocat général demandant à la Cour d’assises d’ ‘avoir une autre appréciation sur la qualification de meurtre’. ‘S’il a pris le couteau, c’est qu’il était dans une situation de nécessité actuelle sans issue apparente et la contrainte de la légitime défense’, plaide-t-il. Par conséquent, il a demandé aux jurés et membres de la Cour d’acquitter son client car, selon lui, il n’y a pas de ‘préméditation’. Finalement la Cour a condamné Boubacar Diouf à 7 ans de prison ferme. Par conséquent, en mars 2008, l’accusé qui bénéficie d’une réputation d’honnête citoyen pourra rejoindre son épouse et ses quatre enfants.

Mamadou SARR
Source: Walfadji

Article Lu 11211 fois

Jeudi 19 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State