Référence multimedia du sénégal
.
Google

Saraya: Péril fécal en vue à Sabodala et Madina

Article Lu 11153 fois

- Les contenus de fosses scéptiques d'une compagne minières terminent leur course dans une mare et un marigot

A Sabodala et Madina, deux villages des périmètres des compagnies minières « MDL » et « Oromin JVG », les communautés ne dorment plus du sommeil des justes. A l’eau du forage fortement suspectée de pollution, s’ajoutent de gros risques d’infection des eaux d’une mare et d’un marigot ayant accueilli, du fait des eaux pluviales, les contenus des fosses sceptiques du camp d’Oromin Jvg. Le chef de village de Sabodala avise. « Si les pouvoirs publics ne règlent pas dans les meilleurs délais cette situation, le monde entier nous entendra ! », martèlera-t-il.




C’est un chef de village de Sabodala très remonté contre les compagnies Mdl et Oromin Jvg que nous avons rencontré dans son domicile ce samedi, et d’entrée de jeu, il nous lançait cru ceci, « ce comportement des compagnies frise l’entendement humain et dénote d’un manque notoire de considération vis-à-vis des populations. Cette fois ci elles sont allées trop loin mais, elles nous trouveront sur leur chemin ». Sara Cissokho fait allusion au déversement de matières fécales tirées des fosses sceptiques, dit-il, des compagnies minières Oromin Jvg et MDL sur un site situé à un poil de la bête du village, sur une sorte de plateau.

« Je n’en revenais pas quand un des habitants du village est venu me rapporter un tel fait. J’avais l’habitude de voir passer un camion vidangeur, mais jamais il ne m’est venu à l’esprit l’idée d’un quelconque déversement de matières fécales sous notre barbe. J’ai moi-même été sur le site indiqué et vu de mes propres yeux ces matières. J’ai foncé tout droit à la base d’Oromin Jvg où je m’en suis ouvert aux responsables trouvés sur place et, qui ont dû rendre compte au directeur des opérations qui était en poste. Ce dernier est venu séance tenante me trouver à la maison pour reconnaitre les faits avant de me confier que cela n’allait plus se produire ». C’est clair comme de l’eau de roche, Oromin Jvg tout au moins, a fait ce que lui reprochent Sara Cissokho et les populations. Nous nous sommes rendus sur place et vu les traces de ces matières fécales. Dan Hicks, le directeur des opérations actuellement en poste nous l’a confirmé. « Mon prédécesseur Michel Marceau me l’a signifié. Il est vrai que nous payons les services d’un camion certainement loué par Mdl pour vider périodiquement nos fosses, mais nous n’avions aucune idée du site où il le déversait », expliquera-t-il. Le site en plein air situé tout juste derrière le camp même de la compagnie Oromin Jvg, est vidé de ces substances. Les eaux pluviales ont certainement drainé les matières fécales. Nous avons suivi le tracé de ces eaux, et elles ont pris deux directions, celle qui mène droit à un marigot qui passe devant le village de Madina, et la direction d’une petite mare située près de Sabodala et qui continue vers le village. Au marigot de Madina, des femmes faisaient le linge. Dans la petite mare de Sabodala, une belle génisse y étanchait sa soif, deux jeunes filles aussi lavaient leurs habits, des orpailleurs traditionnels y ont installé leurs quartiers. « Nos enfants s’y baignent, nous sommes sérieusement menacés, nous et notre cheptel », ajoutera le chef de village de Sabodala qui poursuivra en laissant entendre qu’il allait en informer cet après midi du samedi au sous préfet, afin que des mesures immédiates soient prises. En termes de mesures, Sara Cissokho dira qu’il faut que cela cesse immédiatement, et que tout soit mis en œuvre pour analyser dans les meilleurs délais ces eaux, afin de trouver des solutions urgentes, sinon, « nous allons croiser le fer avec ces compagnies, quoique puissent être les conséquences », avertira-t-il d’un ton suffisamment sérieux. Dan Hicks soutiendra saisir dans les plus brefs délais la société « SRK », chargée de conduire pour Oromin Jvg, les études d’impact environnemental et social, aux fins d’identifier un site qui ne saurait attenter à la santé des communautés au bénéfice desquelles nous nous déployons en mettant à leur disposition des infrastructures de santé, une ambulance, des sessions de formation, une politique de lutte contre le paludisme et les infections sexuellement transmissibles tout comme le Vih/sida, entre autres réalisations sociales ». Par rapport à la très probable infection de ces eaux, Mr Hicks dira saisir la direction de l’entreprise à Dakar pour faire analyser ces eaux et prendre au besoin les mesures qui s’imposent. N’empêche, Ithiar Bindia, le sous préfet de Sabodala qui soutiendra n’en être informé que par nos soins, laissera entendre saisir immédiatement la dite compagnie car, « nous ne saurons transiger sur la santé des populations et celle de leurs bétail tout comme les impacts négatifs des activités minières sur l’environnement », précisera-t-il. Des propos qui ont rassuré Moussa Cissokho, le président du comité inter villageois de surveillance des impacts miniers, une entité regroupant une dizaine de villages situés dans les périmètres miniers, mise en place par l’ONG « La Lumière », dans le cadre de son programme « Industries extractives », déroulé dans la contrée en collaboration avec Oxfam America. Les tentatives du géologue Lamine Sy, le chef de la Cellule de développement géologique et minier de Kédougou, tendant à nous faciliter l’accès à Mdl pour voir clair de ce côté aussi suspecté par les populations, sont restées vaines. Le chef du service de sécurité et la dame en charge des questions sociales étaient tous les deux absents de la zone. Ce sera certainement une partie remise.

Cette situation, il faut le souligner, est venue s’ajouter à celle déjà très compliquée de la qualité jugée mauvaise de l’eau du forage de Sabodala. Le chef de village dira que durant cette saison hivernale, il y a eu une flambée de maux de ventre dans le village, et ce serait lié à cette eau qui serait polluée. Une rencontre a eu lieu à cet effet, et des techniciens sont attendus pour tire au clair cet état de fait et indiquer la conduite à tenir. Mais, à en croire Sara Cissokho, l’attente commence à se faire très long.

Boubacar Dembo Tamba
Source Tambacounda.info

Article Lu 11153 fois

Lundi 5 Octobre 2009





1.Posté par sambou le 05/10/2009 10:00
cette partie du senegal est complement oubliee par le gourvernement de alternoce mais c la faute aux kedoviens on tire sur la population ;on pille vos ressources;mimieres la ville de kedougou est a l;etat primaire;on vend 800000hectares a un espagnole sans l;avale des population ;ses enfants sont exclus au sein de la fonction publique quel triste sort pour cette partie du pays :senegal oublie

2.Posté par bass le 16/01/2010 04:13
Le village de Sabodala a commencée a bruler cette nuit du vendredi au samedi

les firemen de la société ont vite maitrisé le feu sous l'oeil du sous préfet.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State