Référence multimedia du sénégal
.
Google

Sans salaires depuis des mois : Les vacataires de l'Université interpellent le chef de l'Etat

Article Lu 1995 fois

Depuis plus de deux semaines, les enseignants vacataires de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar courent derrière le paiement de leurs arriérés de salaires. Mais, en vain. Les multiples promesses des autorités universitaires n'ont jamais été tenues. Devant cette impasse, les vacataires interpellent directement le président Abdoulaye Wade de retour de vacances sur cette question précise, ainsi que sur les autres relatives à leur situation.



Quand est-ce que les enseignants vacataires de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar seront-ils payés ? A cette question, personne ne semble connaître la réponse aussi bien au niveau de l'agence comptable, des autorités rectorales que des concernés eux-mêmes. Le seul espoir pour les vacataires de se faire payer leurs arriérés de salaires reste le président de la République. C'est la raison pour laquelle, ils n'ont pas manqué de l'interpeller vivement, hier, au cours d'un point de presse tenu devant le rectorat. Lequel a été précédé d'un sit-in devant l'agence comptable de l'université où la même rengaine leur a été servie : ‘la situation n'évolue pas’. ‘ Il n'y a que l'autorité suprême qui peut régler notre situation. Nous interpellons directement le président de la République. Il revient de vacances en pleine forme, mais nous lui disons qu'ici, à l'université, il emploie de jeunes docteurs sans les payer depuis des mois. Nous plaçons notre espoir en lui’, a lancé le porte-parole des vacataires, Omar Niasse. Ajoutant que ‘chose curieuse, on ne nous sert que des discours. On voit nettement que la solution n'est pas à leur niveau’. Le Dr Amadou Diao, président des doctorants et jeunes docteurs ne dit pas autre chose. ‘Aujourd'hui, après plusieurs démarches restées vaines, nous interpellons les autorités gouvernementales et politiques, mais surtout le président Wade pour une solution rapide à nos problèmes’, dit-il. La racine du mal, les vacataires la connaissent parfaitement bien. ‘ Ce retard est dû à des problèmes de trésorerie’, observe le Dr Omar Niasse. C'est pourquoi, la promesse tenue par les autorités rectorales de les payer en même temps que les salaires au début du mois de septembre n'est pas encore suivie d'exécution. Pour lui, les vacataires vivent, de manière récurrente, les retards de paiement de salaire.
C'est pour éviter de vivre la même situation des années passées que les vacataires ont choisi de poser sur la place publique les maux de l'institution et qui ont pour nom :’abandon de l'université’, retards des salaires, sans oublier le problème de leur statut. ‘Les vacataires n'ont aucun statut. Les autorités n'ont rien fait pour statuer sur notre situation comme c'est le cas avec les enseignants de l'enseignement moyen secondaire’, fulmine Amadou Diao, président des doctorants et jeunes docteurs. ‘Notre statut dépend du bon vouloir des chefs de département qui vous maintiennent en fonction selon leur bon vouloir’, renchérit Amadou Diao. En écho, Omar Niasse, le porte-parole des vacataires estime qu'au regard du travail qu'ils abattent pour faire les cours et faire fonctionner les laboratoires, les vacataires méritent une amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Ce ras-le-bol largement partagé se justifie, selon le porte-parole des vacataires par le fait qu'‘on est en train de jouer avec (leur) avenir’. ‘ Il y a des gens qui sont des cultivateurs de misère’, accuse Senghane Mbodji. Et les vacataires de se poser des questions sur les ‘dépenses de prestige’ de l'Université au moment où elle manque de tout. ‘On dit que l'Université Cheikh Anta Diop fête son cinquantenaire, on dépense de l'argent, alors que ses travailleurs ne sont pas payés. Avouez que ce qui se passe à l'Université est déplorable’, se désole Omar Niasse. Dr Amadou Diallo de la faculté des Lettres abonde dans le même sens. ‘Quand, il s'agit de faire des dépenses, on trouve facilement de l'argent’, fait-il remarquer. Et de révéler que des ‘rumeurs’ font état de 350 millions qui ont été utilisés pour les vacances citoyennes de l'Université, différentes de celles du ministère de la Jeunesse.

Par ailleurs, les vacataires ont déploré ce qu'ils appellent l'abandon de l'université. Pour un vacataire qui totalise plus d’une dizaine d'années de vacation et qui a préféré taire son nom ‘la situation des vacataires est à l'image du pays’, faisant remarquer, au passage qu'au moment où ‘les chantiers de la Corniche engloutissent des milliards, nous ne réclamons rien d'autres que des centaines de milliers francs’. Pour lui, tout se passe comme si à ‘l'Université à Cheikh Anta Diop de Dakar, on abandonne le savoir qui est l'avenir des jeunes’. Selon toujours notre interlocuteur, ‘l'abandon dans lequel est l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar est grave’ et ‘ nous allons payer les conséquences dans dix ou cinquante ans’. D'ailleurs pour cet enseignant, vacataire à ses heures perdues, l'enseignement d'il y a cinquante ans n'est plus le même qu'aujourd'hui. ‘J'ai été encadré, mais ce n'est plus la même chose’ regrette-t-il simplement.

Mamadou SARR
Source: Walfadjri

Article Lu 1995 fois

Jeudi 6 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 5 Décembre 2016 - 11:48 Le Gamou célébré le Dimanche 11 Décembre

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State