Référence multimedia du sénégal
.
Google

Sans-papiers de Lille : Les grévistes de la faim suspendent leur mouvement

Article Lu 1431 fois


Sans-papiers de Lille : Les grévistes de la faim suspendent leur mouvement
Après 75 jours de grève de la faim pour réclamer leur régularisation, les sans-papiers de Lille ont suspendu leur mouvement. Cette suspension faite suite aux propositions du préfet de Lille, M. Canépa, de régler le problème au cas par cas. Mais le Comité des sans-papiers de Lille prévient que ce n’est pas pour autant la fin du mouvement.

(Correspondant permanent à Paris) - Avant-hier vendredi, les ‘sans-papiers’ de Lille en grève de la faim ont suspendu leur mouvement de grève, suite à la proposition du préfet de Lille qui a promis d’examiner leur dossier de régularisation au cas par cas. L’annonce a été faite par le porte-parole du Comité des ‘sans-papiers’ de Lille, Roland Diagne lors d’une manifestation qui se tenait tous les jours depuis le déclenchement de la grève de la faim.
Ainsi, cette suspension met-elle fin à une diète de 75 jours, la grève ayant débuté le 15 juin dernier. Pour arriver à ce résultat, le Comité des ‘sans-papiers’ de Lille (Csp 59) a remis aux grévistes de la faim, sous forme de lettre, les propositions de sortie de crise du préfet. Il leur revenait de se prononcer, en toute connaissance, par rapport à ces solutions quant à la suite à donner au mouvement de grève. Sur les 56 grévistes de la faim, les 51 ont accédé aux propositions de l’autorité préfectorale lilloise. Même les 13 Guinéens et Marocains, rapatriés récemment, ont été sollicités pour voter parce que le comité des ‘sans-papiers’ exige leur retour en France. Ce qui entraîne, non pas la levée du mot d’ordre, mais la suspension de la grève. ‘Nous suspendons la grève de la faim et nous saisissons l'opportunité d'une proposition, certes insatisfaisante par rapport à notre revendication de départ, mais nous n'avons pas le choix’, explique le porte-parole du Comité des ‘sans-papiers’ du Nord (Csp-59), Roland Diagne qui est Sénégalais. Il a précisé à votre serviteur qu’il y a une dizaine de Sénégalais parmi ceux qui se battent à Lille pour être régularisés, mais ils n’ont pas jugé nécessaire d’entreprendre la grève de la faim.

Si le comité des ‘sans-papiers’ souligne qu’ils n’ont pas eu le choix, c’est parce qu’il exigeait que les régularisations soient faites concomitamment à l’arrêt de la grève de la faim. Ce que le préfet n’a pas accepté. Mais pour Roland Diagne qui est l’un des porte-parole du Csp 59, ‘la lutte n'est pas terminée, y compris celle de la régularisation des grévistes. Ce qu'elle donnera dépendra de notre capacité à créer un rapport de forces après la grève de la faim que vous avez décidé de suspendre’.

La veille de cette suspension, c’est-à-dire jeudi, une grande manifestation a été organisée à la Place de la République de Lille en soutien aux ‘sans-papiers’ grévistes de la faim. Une manifestation à laquelle ont participé les eurodéputés représentés par Hélène Flautre, présidente de la sous-commission des droits de l’homme du Parlement européen et Pierre Jonckheer, Vice-président du Groupe des Verts au Parlement européen. Ces deux représentants ont réclamé la résolution ‘rapide et juste de cette crise’. ‘Il est plus qu’urgent que les autorités françaises fassent enfin une proposition de sortie crise juste, avec la perspective de la régularisation du séjour de tous les grévistes. La proposition de la Préfecture, qui est aujourd’hui sur la table, si elle va dans le bon sens, n’est clairement pas acceptable en l’état. Il est inadmissible que plus de la moitié des grévistes soient exclus de cette proposition de réexamen bienveillant des dossiers’, soutenait Mme Hélène Flautre. Avant de marteler : ‘A quelques encablures de Lille, à Bruxelles, de nombreux parlementaires européens sont choqués par cette situation. Ils expriment à travers cet appel leur solidarité avec les ‘sans-papiers’ et leur volonté de voir les autorités françaises trouver une solution juste et respectueuse de leurs droits’. Dans une déclaration, les Parlementaires européens expriment leur ‘vive inquiétude pour l’état de santé des personnes ‘sans-papiers’, en grève de la faim à Lille depuis plus de 70 jours’. Et de rappeler que la France n’est pas à ‘la hauteur de ses engagements quand elle bafoue la dignité et les droits de chacun d’entre eux’. ‘Devant le traitement dégradant qui leur est réservé, nous sommes solidaires de leur cause et dénonçons la situation dont ils sont victimes’, souligne la déclaration. Avant de saluer ‘la détermination et le courage de ces personnes’ et rappeler que ‘leur volonté de vivre et travailler en France est en premier lieu une chance pour les Européens’.

D’autres orateurs ont pris la parole tels que la représentante des avocats des grévistes et d’autres associations, comme le Réseau Education sans Frontières, venues les soutenir.

Avant qu’un concert de solidarité ne soit organisé par des jeunes rappeurs du Ministère des Affaires publiques (c’est le nom de leur groupe), une procession a été organisée de la Place de la République à Lille à celle du Général de Gaulle. Plusieurs milliers de personnes ont assisté à la marche qui a emprunté respectivement la rue Richebé, celle de Berthune où est nichée la boutique de Lille Olympique club sur laquelle est affichée une grosse photo de Tony Sylva et deux de ses coéquipiers, puis la rue Neuve avant d’atteindre la Place du Général de Gaulle.

A la place de la République, appelée également le parvis des Droits de l’homme de Lille, on découvrait plusieurs photos et affiches des grévistes de la faim sur lesquelles on dénonçait, par des slogans, la situation des ‘sans-papiers’ dans la ville. Entre autres, on lisait ‘Police partout, justice nulle part’, ‘M. le préfet, nous ne sommes pas dangereux, mais nous sommes en danger’, ‘M. Canépa (le préfet, Ndlr) veut-il la mort ?’ Ou encore cette citation de Gandhi, l’apôtre de la non-violence, que les manifestants ont fait leur : ‘D’abord ils vous ignorent, ensuite ils vous raillent, ensuite ils vous combattent et enfin vous gagnez.’ Il y a également en caricature le président Wade peint sous les traits d’un policier français et Sarkozy sous les traits d’un gendarme. Et sous forme de légende, on pouvait lire : ‘Dakar : accord historique et sans précédent : le président Wade et Sarkozy ont levé les malentendus sur l’immigration choisie. Pour eux, il n’est pas question de partager les richesses du Nord et celles du Sud, mais principalement de redistribuer les rôles et casquettes dans la répression des migrants africains, la sécurisation de l’Europe-forteresse et l’approvisionnement de la métropole en flux tendus de main d’œuvre taillables et corvéables à merci’. La compagnie Royal Air Maroc en a pris aussi pour son grade puisqu’elle est qualifiée ‘de charters de la honte et de compagnie criminelle’.

Moustapha BARRY
Source: Walfadjri

Article Lu 1431 fois

Samedi 1 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 23:56 En Allemagne, la police roule... en Ford Mustang

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State