Référence multimedia du sénégal
.
Google

Sans papiers de France : Le Pen fustige l’objectif ‘dérisoire’ de 25 000 expulsables

Article Lu 1424 fois


Sans papiers de France : Le Pen fustige l’objectif ‘dérisoire’ de 25 000 expulsables
La convocation, avant-hier, des préfets qui n’ont pas atteint leurs objectifs en matière d’expulsion des sans papiers a servi de prétexte à Jean-Marie Le Pen pour ruer dans les brancards. Pour lui, l’objectif de 25 000 sans papiers à expulser est ‘dérisoire’. Le Chef de l’extrême droite française parle même de ‘charlatanisme’.

(Correspondant permanent à Paris) - ‘On comprend qu’il s’agit de faire croire aux Français qu’on s’attaque au problème. Mais l’objectif de 25 000 reconduites à la frontière est parfaitement dérisoire en comparaison des masses d’immigrés clandestins qui campent sur notre sol. Surtout lorsqu’on sait que jusqu’à 60 % des reconduites à la frontière ne sont pas exécutées’. C’est la conviction de Jean-Marie Le Pen, exprimée dans un communiqué de presse publié, hier. Cette prise de position du leader de l’extrême droite française intervient au lendemain de la convocation, par le ministre Brice Hortefeux, des 19 préfets qui n’arrivent pas à atteindre les objectifs qui leur sont assignés en matière d’expulsion des sans papiers. Pour Jean-Marie Le Pen, ‘la réalisation d’un objectif chiffré est donc une obsession. Mais si c’est cela la politique de l’immigration, il n’y a pas besoin d’un ministère. La police et la gendarmerie suffisent’. C’est pourquoi il soutient que ‘les Français se rendront compte, d’autant plus vite qu’on l’aura davantage martelé, que le chiffre magique des 25 000 relève du charlatanisme’.
Parmi les préfectures qui n’ont pas atteint leur objectif, il y a Paris qui n’a expulsé que 1 479 sur 3 200 visés. La préfecture de Seine-Saint-Denis a renvoyé 392 sans papiers, mais l’objectif à lui assigné n’est pas rendu public. Peut-être à cause de la sensibilité du département où habite une partie de la communauté immigrée et où l’affaire des squatteurs d’Aubervilliers a occupé les devants de l’actualité. Sa voisine, la Seine-et-Marne a renvoyé 205 sur 392 réclamés. L’Essonne en a expulsé 563 sur 977. Le Val d’Oise, les Hauts-de-Seine, les Yvelines, le Val-de-Marne ont expulsé respectivement 277, 156, 201, 252, mais l’on ne sait pas combien ces départements doivent expulser au total avant la fin de l’année. Mais tous les préfets de ces départements cités, y compris ceux de la Seine-Maritime, des Ardennes, de la Gironde, de la Haute-Garonne, de la Loire-Atlantique ont été convoqués. Il y avait, également, ceux de la Maine-et-Loire, d’Ille-et-Vilaine, de Puy-de-Dôme, de la Loire, de l’Isère, du Gard, de la Corse-du-Sud, du Hérault, du Finistère et de la Manche. Cette rencontre avait pour but de faire le point et de recenser les obstacles à la réalisation des objectifs respectifs. Et aussi mettre la pression sur eux afin d’accélérer la cadence d’autant plus que la fin de l’année approche à grands pas. En tout cas, ce sont seulement 11 800 qui ont été expulsés de la France sur 25 000 réclamés par Nicolas Sarkozy. Soit moins de la moitié de l’objectif alors qu’on est à trois mois et demi de la fin de l’année.

Si Le Pen est monté au créneau, ce n’est pas seulement à cause de ses opinions réfractaires à l’étranger, mais c’est également un appel du pied lancé à ces militants et sympathisants qui ont voté massivement au premier et au second tour de la présidentielle française pour Nicolas Sarkozy.

D’ailleurs, c’est ce qui expliquerait l’autre communiqué qu’il a signé contre les squatteurs d’Aubervilliers qui ont défrayé la chronique depuis la visite de Rama Yade. Visite à la suite de laquelle un compromis a été trouvé entre la préfecture de Seine-Saint-Denis et les représentants des sans domiciles fixes dont certains sont des sans papiers. Pour Le Pen, ‘dans l’affaire des squatteurs d’Aubervilliers, les pouvoirs publics ont capitulé sans condition : la préfecture s’engage à trouver un logement aux Ivoiriens qui multipliaient les actions illégales sous la conduite des activistes gauchistes du Dal (Droit au Logement, Ndlr). Ces squatteurs de logements publics qui occupaient depuis deux mois un parvis d’école vont donc passer devant les 3 800 familles qui sont régulièrement inscrites sur les listes d’attente des Hlm d’Aubervilliers’. Avant de marteler, avec la rage, qu’on lui reconnaît : ‘Ce dénouement, qui est une insulte à ces familles françaises ou immigrées, et qui bafoue la justice et l’Etat de droit, montre que la politique du président de la République en la matière est bien celle qui a été exprimée par Rama Yade, ministre des passe-droits de l’homme étranger et hors-la-loi, lorsqu’elle est allée soutenir les squatteurs.’

Moustapha BARRY
Source: Walfadjri

Article Lu 1424 fois

Vendredi 14 Septembre 2007


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 11 Décembre 2016 - 00:40 Syrie: assaut surprise de l'EI à Palmyre

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State