Référence multimedia du sénégal
.
Google

Safiétou THIAM à Saint-Louis : ‘Nous allons accentuer la lutte à Touba pour venir à bout du choléra’

Article Lu 1400 fois


Le ministre de la Santé et de la Prévention médicale a mis à profit un Crd spécial consacré à l'épidémie de choléra qui sévit à Saint-Louis pour laisser entendre que des mesures hardies seront prises pour stopper la progression du vibrion cholérique.

(Correspondance) - Si à Saint-Louis où elle a présidé un Crd spécial, le ministre de la Santé et de la Prévention médicale s'est félicité de l'efficacité des stratégies de lutte, Safiétou Thiam a fait noter que le scénario n'est pas identique partout. A l'en croire, des localités comme Touba devraient s'inspirer des bons points de Saint-Louis pour espérer juguler le mal. ‘Il y a également le cas particulier de Touba où l'épidémie est en train de flamber en prenant une allure qu'il convient de stopper nécessairement. Toutes les épidémies ayant un cycle de vie, notre rôle est de raccourcir le cycle de vie de celle qui sévit à Touba. Tous les efforts sont déployés pour qu'elle atteigne le plus vite son plateau de stabilisation afin de faire baisser la courbe. Nous allons intensifier la lutte au niveau de Touba et nous y avons déployé plus de moyens que dans les autres régions’, a annoncé le ministre de la Santé et de la Prévention médicale. Mme Safiétou Thiam a aussi mis en exergue le fait que ‘les agents du service d'hygiène de Thiès et Fatick iront renforcer le dispositif déjà en place à Touba. Nous avons demandé l'affectation de citernes aussi pour l'alimentation en eau potable de la ville sainte comme cela se passe à l'occasion du grand Magal de Touba’, précise-t-elle.
Dans la foulée, le ministre de la Santé et de la Prévention médicale a rappelé que, ‘depuis 2004, notre pays enregistre, chaque année, une épidémie de choléra. Cette année, l'épidémie s'est déclarée le 3 août et nous avons noté dans l'ensemble du pays 1 554 cas, dont 2 décès. Et c'est la région de Diourbel, notamment à Mbacké et à Touba, qui est la plus touchée avec plus de 80 % des malades déclarés. La région de Louga arrive en deuxième position, suivie de celle de Saint-Louis où l'épidémie a été très vite maîtrisée et où l'on ne recense plus en moyenne que deux à trois cas par jour. La riposte de la région a permis de venir à bout de l'épidémie de choléra’, argumente-t-elle. A Saint-Louis, depuis la survenue du choléra, le 18 septembre dernier, 47 cas ont été recensés pour aucun décès enregistré. Mais après une accalmie notée ces dernières 48 heures, la maladie a repris son cours normal.

Dans la croisade contre le vibrion cholérique, Mme Safiétou Thiam de préciser, par ailleurs, que son département a mis en place un plan-programme pour venir à bout du choléra. ‘D'abord, à l'échelon national, nous avons mis en place un comité de gestion de l'épidémie qui est pluridisciplinaire et dont les membres se retrouvent hebdomadairement pour faire le point et définir les orientations concernant la lutte contre la maladie. Il y a aussi une cellule de veille restreinte, composée des trois plus grandes directions du ministère qui se retrouvent tous les matins en cellule de crise pour faire face. Au niveau des régions, nous avons prépositionné du matériel de prise en charge, mais aussi des brochures d'informations et les services ont démarré la sensibilisation pour conduire à un changement de comportements pour limiter la propagation du mal. Le système d'alerte a été maintenu même dans les zones qui n'ont pas été touchées’, selon le ministre de la Santé et de la Prévention médicale.

Prise en charge des malades mentaux : Lutter contre la discrimination par une approche sociale

Interrogée, à l'issue d'un Crd spécial consacré à l'épidémie de choléra qu'elle a présidé, sur la journée mondiale de la santé mentale célébrée, hier, le ministre de la Santé et de la Prévention médicale a précisé que ‘la santé mentale est un problème important de santé publique. Pendant longtemps, les malades mentaux ont été discriminés et les services de santé mentaux ont toujours également été discriminés. De même que les professionnels de santé qui s'occupent de santé mentale’, s'est-elle désolée. Ainsi, dans la nouvelle approche qui sera expérimentée au Sénégal, un nouvel état d'esprit visant à mieux assurer l'insertion sociale des malades mentaux sera de mise.

‘Dans notre approche, nous pensons qu'il faudra décentraliser la prise en charge de la santé mentale. D'abord, il faut banaliser les problèmes mentaux et les considérer comme des problèmes médicaux. Et décentraliser les services de santé mentale au niveau des services de santé publique pour qu'un patient qui a un problème psychique puisse être pris en charge au niveau de toutes les structures de santé’, fait noter Safiétou Thiam. Ce faisant, le Sénégal va cadrer sa stratégie de prise en charge des malades mentaux à la politique déclinée par l'Organisation mondiale de la santé (Oms) ainsi que l'a notifié le ministre, lorsqu'elle fait noter que ‘nous allons suivre les recommandations de l'Oms qui demande à décloisonner les grands hôpitaux psychiatriques, ne plus enfermer les malades. Je sais qu'à Dakar, ce qui est en train de se faire est déjà très bien. L'hôpital psychiatrique est ouvert et tout le monde a accès aux services de soins’, souhaite Mme Safiétou Thiam.

Gabriel BARBIER
Source: Walfadjri

Article Lu 1400 fois

Jeudi 11 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State