Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



SUIVI DU PROCESSUS ELECTORAL, PERCHOIR, CUMUL DES MANDATS : Les «vérités» de l’Alliance Jëf Jël



SUIVI DU PROCESSUS ELECTORAL, PERCHOIR, CUMUL DES MANDATS : Les «vérités» de l’Alliance Jëf Jël
L’Alliance Jëf Jël est favorable à la volonté et l’engagement exprimés par le régime de Macky Sall de consolider le système démocratique sénégalais «à travers la mise en place d’une commission cellulaire chargée de réfléchir pour l’institution d’un cadre permanent de dialogue et de concertation entre les acteurs du processus électoral».

Pour la formation politique fondée par Talla Sylla, aujourd’hui dirigée par Papa Ameth Keita, une telle initiative vient corroborer la proposition de l’Alliance Jëf Jël relative à la création d’un « Cadre Autonome de Concertation, de Veille et de Suivi du Processus Electoral».

L’information est contenue dans un communiqué en date d’hier, dimanche 16 juin 2013. Se faisant plus précis, les membres de Jëf Jël ont fait remarquer qu’une telle décision confirme la pertinence de la recommandation de pérenniser le Comité de veille et de suivi du processus électoral, déjà formulée par les observateurs. Il n’empêche que l’Alliance Jëf Jël a vivement regretté dans son texte que, « cette fois-ci, ni la classe politique ni la société civile ne soient associés à la réflexion».

Concernant les réformes envisagées au niveau institutionnel comme politique, le Bureau politique de l’Alliance Jëf Jël a réitéré son adhésion à une réforme en profondeur et « non escamotée » du mode d’accession au pouvoir local et à la limitation du cumul à deux mandats électifs. « Mais la fonction de chef de l’exécutif d’une collectivité locale devrait être rendue incompatible avec celle de membre du gouvernement ou de membre du bureau de toute autre institution de la République », a néanmoins affirmé la formation politique. Et de préciser par ailleurs que, « dans le souci de mieux garantir la sérénité dans le fonctionnement de l’institution, le Président de l’Assemblée nationale devrait être élu pour toute la durée de la législature ». En tout état de cause, notent Papa Ameth Keita, Ndiaga Sylla et cie, il est urgent de finaliser et de mettre en œuvre les réformes institutionnelles.

Pour cause, argueront-ils, « ce sont des préalables non seulement pour entamer les changements promis, mais aussi le respect du calendrier électoral en dépend ».

Moctar Dieng
Source Sudonline.sn

Lundi 17 Juin 2013



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés