Référence multimedia du sénégal
.
Google

SPORT L’accès de la tanière est trop facile

Article Lu 1358 fois

Les frontières de la tanière sont devenues si poreuses qu’entre qui veut. De la courte histoire du football sénégalais, on n’a jamais été confronté à un problème aussi sérieux de niveau en équipe nationale. Un débat que les techniciens évitent plus par solidarité de corps qu’autre chose. L’accès de la tanière est devenue très facile. Tous les joueurs qui évoluent à l’extérieur disent systématiquement qu’ils aspirent à intégrer la tanière. Qu’ils viennent pour jouer les premiers rôles…etc. Il faut arrêter. Dans l’équipe nationale actuelle, ils sont nombreux, les joueurs qui n’ont pas le niveau international. Et cela se traduit par les résultats que nous savons. Tous ces jeunes qui intègrent la sélection sans avoir fait leurs preuves ici ou ailleurs nous cause beaucoup de tort.



Certes, il faut penser à la relève. Il faut injecter à petite dose les jeunes dans le bain. Il faut voir et revoir les comportements les capacités d’intégration. Il y a des jeunes intéressants. Mais, il faut d’abord le niveau. Et des critères de performances valables pour tout le monde. Loin de nous l’idée de mettre en doute les compétences des membres du staff technique. Mais, il y a un problème de fond latent. Que tout le monde fuit. Faut-il sélectionner un joueur sur la seule base d’une discussion au téléphone ? Peut-on connaître la valeur réelle d’un joueur à partir d’une seule supervision ? Les jeunes ont certes de la qualité, mais n’ont pas encore le niveau international. Aussi dur que cela puisse paraître mais c’est la réalité. Ils doivent fourbir leurs armes dans la sélection des espoirs pour acquérir le mental et l’expérience des grandes expéditions. Il y a trop de déperdition. Lors de la dernière coupe d’Afrique en Egypte, il y a des jeunes qui étaient du voyage qui aujourd’hui ont tous les problèmes du monde pour confirmer leur statut d’international. Il y a un problème de maîtrise des effectifs. La tanière ne doit pas ouvrir ses portes au premier venu. Au Sénégal, maintenant, tout joueur qui prend l’avion ou qui signe un tout petit contrat dans un bled en Europe commence à tenir des discours du genre à réclamer une place dans le groupe. Et, Kasperczak qui a ouvert les vannes doit vite se ressaisir. Sinon, il passera tout son temps à chercher une équipe qu’il ne trouvera jamais. Il doit travailler à partir d’une ossature qui garantit l’exécution de son projet de jeu avec des jeunes ayant un niveau international certain et un talent indéniable. Mais, on ne peut passer tout le temps à renouveler l’effectif. Le temps presse. Il y a des jeunes joueurs qui doivent se battre chez les espoirs avant de déposer les baluchons chez les A.

Alioune Badara FALL
Source: L'observateur

Article Lu 1358 fois

Mercredi 27 Juin 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State