Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



SOUVENT PRIS A PARTIE PAR DES DETRACTEURS : Pourquoi Saër Seck dérange

Saër Seck, le président de Diambars Fc dérange. Il indispose même nombre d’acteurs du football (dirigeants entraîneurs et supporters). Pourquoi ? Peut-être par son professionnalisme, son sens de l’ouverture et son esprit de compétitivité. Peut-être. Analyse.



SOUVENT PRIS A PARTIE PAR DES DETRACTEURS : Pourquoi Saër Seck dérange
Dire que Diambars Fc joue bien au football, est une lapalissade. Que le montage du projet (sportif et financier) du club va ou pourrait servir au développement du football sénégalais, en est encore une autre. En moins d’une dizaine d’années d’existence, Diambars dont la première pierre a été posée en 2003, a fait éclore des talents : Idrissa Gana Guèye, Pape Ndiaye Souaré, Kara Mbodji, Saliou Ciss, Ousmane Mané…, font rêver. Ils constituent le groupe de jeunes «Lions» sur qui repose l’espoir du football sénégalais. Diambars dispose de cinq terrains de football : deux pelouses naturelles et trois synthétiques. Diambars est aussi le seul club sénégalais qui reçoit ses adversaires, à domicile, sur sa propre pelouse. Avec tout ce «bon» projet, Diambars Fc fait-il des jaloux ? En tout cas, Saër Seck, son président est souvent pris à partie. Malgré son statut de président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (Lsfp), on l’accuse de n’œuvrer que pour le «rayonnement de son équipe et de ses joueurs».

Mais bien qu’il soit attaqué de partout, en bon sportif, il joue dans le fair-play. En mi-janvier dernier, répondant à une question relative à la polémique née de la promotion de Pape Boubacar Gadiaga (entraîneur de Diambars) au poste d’adjoint des «Lions» du football, Saêr Seck avait fait dans l’humeur. De tout sourire, le président de Diambars Fc a laissé entendre qu’il ne peut pas passer tout son temps à apporter des précisions et des démentis, dans la presse. «J’en suis vraiment fatigué». C’est la réplique qu’il a apportée à ceux qui insinuent que c’est lui qui a «pistonné» Gadiaga. Que c’est lui qui a fait un «lobbying intense» pour qu’Alain Giresse (sélectionneur des «Lions» porte son dévolu sur (son) entraîneur.

Face à de telles accusations qu’il a trouvées «très graves», Saër Seck s’en était écœuré. Il a même eu le cœur gros, plein d’amertume. Mais, en bon compétiteur, il a préféré encaisser les coups. Au fait, Saër Seck avait tout simplement refusé de plonger dans une autre polémique. «Je suis vraiment fatigué d’apporter des démentis», avait-il encore seriné. Saêr n’était toutefois pas au bout de sa peine. La peine et les coups, il continue à les encaisser.

L’affaire Gadiaga, l’autre point noir

En effet, bien que promu au poste de sélectionneur national adjoint des «Lions», Pape Boubacar Gadiaga a exprimé son souhait de garder son poste d’entraîneur de Diambars. Il s’en serait ouvert à Alain Giresse qui n’en aurait trouvé aucun inconvénient. Le patron des «Lions» a plutôt, souffle-t-on, donné sa «bénédiction». Un ouf de soulagement pour Saër Seck qui a aussi exprimé son désir de garder son coach. Ceci, malgré l’existence de textes qui interdisent aux sélectionneurs des équipes nationales, de toutes catégories confondues, de continuer à coacher des clubs.

Ne mâchant pas sa langue et avançant avec le courage de ses idées, il a invité les autorités compétentes à revoir ces dits-textes. «Parce qu’ils ne favorisent pas l’émergence des techniciens locaux, encore moins le développement du football local». Pire, Saër Seck a fait noter que ces techniciens n’ont que trois à quatre matches à jouer avec leurs sélections respectives au cours d’une année. Donnant l’exemple de (son) coach Gadiaga, il fera remarquer que ce dernier n’a que les matches du 23 mars prochain contre l’Angola et celui de septembre prochain contre l’Ouganda. Il faudrait peut-être y ajouter deux à trois matches amicaux en perspective. Peut-être. Avec sa position, Saër Seck s’est fait brocarder. Ses détracteurs ont pointé du doigt son jeu de «yoyo». «Il rejette aujourd’hui des textes qu’il avait acceptés et encouragés, hier», gronde un des dirigeants. Le débat continue.

Le comble, le week-end dernier, à l’issue du match Uso-Ngb, l’entraîneur du dernier club nommé a justifié la défaite de son équipe par le truchement des arbitres qui cherchent, vaille que vaille, à faire «gagner le titre de champion du Sénégal» par Diambars Fc. Pire, il l’a traité «de corrupteur d’arbitres». (Sic). Pourtant, malgré des «accusations aussi graves», Saër Seck n’a pipé mot. Au fait pas encore. Ses proches soufflent qu’il en a même ri. Une nouvelle fois. Il continue ainsi à encaisser les coups en bon sportif.

CAN 2015 - Le Sénégal versé dans le chapeau 2 des éliminatoires

L’équipe du Sénégal figure dans le chapeau 2 pour le tirage au sort de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2015 qui aura lieu le 10 mars prochain. Selon ces sites, les «Lions» partagent ce chapeau avec l’Egypte, la Libye, l’Algérie, le Cameroun, la Guinée, la Sierra Leone, le Gabon, l’Ouganda, le Congo et la République Centrafricaine.Cela veut dire que les Lions, absents de la Can 2013, ne rencontreront pas ces sélections pendant les éliminatoires pour la phase finale de Maroc 2015. La Confédération africaine de football (Caf) a prévu quatre (4) chapeaux de 11 équipes chacun. Et les pays qualifiés après la compétition rejoindront le Maroc, qualifié d’office comme pays hôte de la Can 2015.Pour être au rendez-vous de la 30e édition de la grande fête du football africain, les «Lions» doivent finir en tête de leur groupe éliminatoire ou faire partie des quatre meilleurs deuxièmes des quatre groupes en présence.

(Aps)

COMPOSITIONS DES CHAPEAUX :

Chapeau 1 : Nigeria, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Togo, Mali, Afrique du Sud, Cap-Vert, RD Congo, Zambie, Tunisie, Ghana.

Chapeau 2 : Egypte, Libye, Algérie, Sénégal, Cameroun, Guinée, Sierra Leone, Gabon, Ouganda, Congo, République centrafricaine.

Chapeau 3 : Ethiopie, Bénin, Angola, Niger, Zimbabwe, Guinée Equatoriale, Mozambique, Malawi, Burundi, Liberia, Soudan.

Le quatrième chapeau (4), sera composer des équipes issues du tour préliminaire avec les sélections les moins bien classées dans l’indice international.

Walfadjri Mamanding Nicolas SONKO

Jeudi 21 Février 2013



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Septembre 2014 - 17:39 Mondial 2014 : les Lions classés 16e sur 24








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés