Référence multimedia du sénégal
.
Google

SOUPçONNÉ D’AVOIR AGRESSÉ UNE DEMOISELLE Le procureur requiert 6 ans ferme contre le prévenu

Article Lu 1405 fois


Six ans d’emprisonnement ferme, c’est la peine requise, hier, par le procureur de la République contre Mamadou Lô, poursuivi pour vol en réunion et détention d’arme blanche. Un réquisitoire jugé particulièrement sévère par les avocats de la défense qui estiment que l’imputabilité des faits à leur client pose problème. L’affaire est mise en délibéré.
Selon le prévenu Mamadou Lô, les faits se sont déroulés à l’avant-veille de la Tabaski dans les artères de Yoff. Revenant de son chantier, il entre dans une boutique vers les coups de 13 heures pour des achats. À sa sortie, il voit une femme crier au voleur. Une foule se forme aussitôt et prend une direction. «Très solidaire», le jeune homme s’associe à la course-poursuite pour rattraper le voleur, si l’on s’en tient à ses propos. Mal lui en a pris, cependant, quand un jeune dans la foule l’interpelle pour lui demander pourquoi il détenait une arme. Tout le monde s’est alors tourné vers lui. Il a ainsi été mis aux arrêts et conduit au commissariat. Interrogé par les limiers, le prévenu âgé de 20 ans, jure sur tous les saints ne rien savoir des propos tenus par la plaignante, Mariama Bâ. Celle-ci, dans sa déposition à la police, a chargé le prévenu. Même si elle s’est dédite par la suite. «Je l’ai accusé dans la précipitation». Compte tenu du fait que Mamadou Lô avait déjà été placé sous mandat de dépôt, elle a écrit une lettre de désistement dans laquelle elle a présenté ses excuses au prévenu. Malgré tout, le parquet a maintenu l’accusation, convaincu que Mamadou Lô est coupable des faits qui lui sont reprochés. Il a ainsi requis contre le prévenu 6 ans ferme. Surpris par le réquisitoire du procureur, les avocats de la défense ont estimé que l’accusation ne repose sur rien et qu’il y a dans ce dossier un problème d’imputabilité des faits au prévenu. Selon eux, le droit pénal repose sur la certitude. «Même en Cour d’assises, on ne requiert pas une peine aussi légèrement», ont-ils déclaré. Sur la qualification, les avocats se sont posé la question de savoir où sont les autres malfaiteurs, si vol en réunion il y a. Concernant la détention de l’arme blanche, les avocats Mes Kayossi, Dieng et Djigo, ont rappelé qu’un arrêté ministériel a été publié dix jours avant la Tabaski, interdisant la répression et l’interpellation de toute personne détenant une arme blanche durant cette période. «Notre client avait acheté ce couteau le jour même pour sa mère», précisent-ils avant de plaider la relaxe pure et simple ou à défaut, la relaxe au bénéfice du doute. L’affaire est mise en délibéré. Le tribunal tranchera le 4 janvier prochain.

Source: L'observateur

Article Lu 1405 fois

Jeudi 3 Janvier 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State