Référence multimedia du sénégal
.
Google

SOUPCONNEE DE VOL: La footballeuse Diawandou Diop du championnat national sauvagement torturée

Article Lu 11076 fois

Soupçonnée d'avoir participé à un plan pour dérober le sac de la gérante d'un télécentre sis à la Sicap et contenant la somme de 500 000 F et une chaîne en or, Diawandou Diop, footballeuse, sociétaire du club des «Aigles» de la Médina, a été sauvagement lynchée par le mari de la victime et ses amis. Son malheur ne s'arrêtera pas à cela puisqu'elle a été déférée au parquet en attendant son Jugement. Son principal tortionnaire a été auditionné et libéré.



La footballeuse Diawandou Diop qui se dit être sociétaire du club «Les aigles» de la Médina a t-elle porté aide et assistance à un monsieur non encore identifié et qui, selon Fatma Guèye, gérante d'un cybercafé sis à la Sicap liberté I, a dérobé son sac contenant 500 000 F, une chaîne en or et son certificat de mariage ? Si, pour la victime, cela ne fait l'ombre d'au­cun doute, il n'en demeure pas moins que cette question centrale sera au coeur des débats d'audience du procès entre ces parties, que le Tribunal des flagrants délits va prochainement appeler à sa barre. Ceci, parce que sur cette nébuleuse affaire de complicité de vol retenue à l'encontre de Diawandou Diop, flotte un voile à lever.

Tout est parti du 13 novembre dernier. II est environ 10 heures lorsque la sociétaire des «Aigles» de la Médina, «accompagnée d'un monsieur de taille courte et de teint noir» fait irruption dans le cybercafé sis à la Sicap Liberté I, que gèrent Fatma Guèye et son frère j B. Guèye. Comme tout bon client, raconte la gérante du cyber, «elle (Ndlr : Diawandou) a pris un ticket de 200 F Cfa équivalant à une connexion de 30 minutes et s'est installée devant un ordinateur, pour surfer en compag­nie de son accompagnateur». Seulement, ren­seigne la gérante, à peine installée, Diawandou l'a interpellée sous prétexte qu'elle avait du mal à se connecter. Sur ce, Fatma Guèye soutient avoir vérifié, depuis son poste, l'état de la connexion de la machine de la foot­balleuse sans déceler le moindre problème, mais, devant l'insistance de celle-ci, elle s'est déplacée pour voir de plus près les problèmes qu'elle rencontre. Mais elle ne décèle rien d'anormal après vérification.
Seulement, précise-t-elle, alors qu'elle était auprès de la footballeuse, le compagnon de celle-ci a vidé les lieux sur la pointe des pieds pour ne plus revenir. C'est alors que, de retour sur son poste de travail, la gérante constate la disparition de son sac à main qui contenait la somme de 500 000 F, dont 350 000 F représentant sa recette, une chaîne en or et un certificat de mariage. Fatma fait aussitôt la relation entre la disparition soudaine et sus­pecte de l'homme qui accompagnait la foot­balleuse et «le faux problème de connexion» soulevé par cette dernière, qu'elle qualifie de simple stratagème pour faire main basse sur son bien. Et lorsqu'elle s'en ouvre à la foot­balleuse, celle-ci dégage en touché. La gérante du cyber alerte le voisinage, avant de joindre au téléphone son époux qui rapplique sur les lieux. Fatma en profite pour confier la foot­balleuse à son mari, le temps pour elle de se rendre au commissariat de Dieuppeul.
A son retour, elle soutient avoir constaté que la cliente très spéciale avait été lynchée par un groupe de gens. «J'ai vu qu'elle saignait, j'ai demandé à ses bourreaux d'arrêter de la tabasser», souligne-t-elle. Par la suite, Fatma révèle avoir conduit la footballeuse au commis­sariat central, mais qu'en cours de route, celle­-ci a proposé un règlement à l'amiable, en vain. Des allégations formellement balayées d'un revers de main par la footballeuse qui, après avoir révélé été dans le passé épinglée par la 2e section des moeurs de la Sûreté urbaine pour prostitution clandestine, a nié avoir été de mèche avec son compagnon fantôme. «Alors que je surfais, le monsieur en question a pris place à mes côtés, mais est reparti à peine 10 minutes après. Par la suite, la gérante m'a accusée de complicité de vol et a ameuté le voisinage qui s'est rué sur moi, avant d'alert­er son époux qui a rappliqué», souligne-t-elle aux enquêteurs. «Par la suite, son mari m'a rouée de coups de poing à la bouche. Il m'a ensuite ligoté les pieds sur les grilles de la fenêtre du cyber, j'étais suspendu et avais la tête penchée vers le sol. Avec ses copains, ils m'ont battue, il a par la suite tenté de coincer ma main contre la porte du cyber, en vain. C'est après qu'il a brûlé mes gris-gris et une partie de ma chevelure à l'aide d'un allume gaz», révèle-t-elle. Des aveux corroborés par les constatations des limiers qui ont noté la présence de plusieurs égratignures et blessures à différentes parties du corps de la prévenue, qui plus est boitillait.

Ces constats faits et en raison des indices concordants retenus à son encontre, Diawandou Diop a été placée en garde-à-vue, avant d'être conduite au parquet au terme de sa détention légale. L'époux de la victime a été auditionné, sans être placé en garde-à-vue.

Source: Le Populaire

Article Lu 11076 fois

Mercredi 21 Novembre 2007





1.Posté par MBAYE le 21/11/2007 12:16
C'EST UNE HISTOIRE INVENTéé la foot ballaleuse n'a rien fait car en ecoutant les faits comment elle peut savoir que la gerante avait de l'argent dans son porte monnai elle qui se trouvé a son coin jusqu'en venir avec quelqu'un pour lui joué un mauvais tour ensuite la gerante c'est elle meme qui est venue avec la somme a coté du serfeuse ensuite revenir pour parler de disparution pourait- elle pas boufer largent pour s'innoncenter elle accuse d'autre son mari con qu'il est il n'a écouté qu'une seule version pour juger comment peut-on agir de se sort a une fille d'autant plus qu'on pas de preuve tangible lui aussi il devait etre arreter

2.Posté par LE SERERE le 21/11/2007 14:00
LE MARI AURAIT DU ETRE INCULPE POUR COUPS ET BLAISURES.
DEUX POIDS DEUX MESURES
PAUVRE SENEGAL

3.Posté par fama le 21/11/2007 14:44
Cher journaliste, on dit un home de petite ou grande taille, courte taille n'est pas du français, c'est de la traduction voire du mot à mot du woloff au français.

4.Posté par cheikh le 21/11/2007 16:21
fama depuit quand les journalistes parlent le francais.


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State