Référence multimedia du sénégal
.
Google

SORTIR DE DAKAR: Un vrai calvaire pour les chauffeurs

Article Lu 1638 fois


SORTIR DE DAKAR: Un vrai calvaire pour les chauffeurs
Sortir de Dakar avant ou après la fête est devenu un vrai casse-tête pour les chauffeurs qui ont l’habitude de servir les populations des régions de notre pays. Nous avons fait ce constat avant et après la fête en nous rendant dans la région de Kaolack qui est à une centaine de kilomètres de Dakar. Pour sortir de la capitale sénégalaise, il faut avaler beaucoup de poussière et surmonter des heures d’embouteillage…



Ceci date de longtemps et les chauffeurs des transports en commun ne me démentiront pas en ce qui concerne la sortie difficile de la capitale pour se rendre à Mbour, Kaolack, Saint-Louis, bref dans toutes les régions de notre pays. Cette situation se fait sentir quand il y a fête ou pas dans le pays. Notre capitale n’a qu’une seule porte d’entrée et de sortie vers les autres villes. Selon ce chauffeur de Ndiaga Ndiaye qui d’ailleurs nous conduisait : « L’Etat devrait d’abord agrandir la porte de Dakar avant de se précipiter sur les routes intérieures. Depuis des années, nous sommes victimes d’embouteillage quand il s’agit de rallier les autres grandes villes. Parfois, il nous arrive de faire des déviations inutiles dans les rues de Rufisque et de Thiaroye ». Par ailleurs, l’impatience de certains passagers se fait sentir.
Ces derniers n’ont que leurs états d’âme à dévoiler à la face du monde. Dans tous les cas, ces passagers sont obligés de supporter cette situation en attendant l’achèvement des grands travaux de notre Etat. De l’avis d’un passager assis à côté du chauffeur « Il faut que les pouvoirs publics multiplient les voies de sorties sinon ça ne va pas du tout. Parfois même, si j’ai envie de quitter Dakar, l’embouteillage auquel je serai confronté, hante mon esprit. Actuellement, regarde les voitures, rien ne bouge pendant des heures, c’est grave ». En outre, la population n’est pas la seule victime de cette situation. Les autorités aussi subissent elles-mêmes ce problème. L’échange entre notre pays et les autres voisins notamment le Mali, le Burkina se fait aussi par la route. Achever l’axe Tamba-Kaolack donnerait un nouvel élan à notre économie.

Source: Le Matin

Article Lu 1638 fois

Vendredi 28 Décembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State