Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



SON SALAIRE COUPE DEPUIS SA MORT La famille de Mamadou Diop réclame justice

Dans une dizaine de jours, (le 31 janvier), cela fera exactement un an jour pour jour que le jeune Mamadou Diop, originaire de Mbour, a été mortellement fauché par le camion dragon de la police à la Place de l'Obélisque. Mais en attendant ce premier anniversaire, la famille de la victime continue de réclamer justice pour ce «martyr», décédé l'ors d'une manifestation du Mouvement du 23 juin (M23) contre la candidature de l'ancien président Me Abdoulaye Wade aux présidentielles de février-mars 2012.



SON SALAIRE COUPE DEPUIS SA MORT La famille de Mamadou Diop réclame justice
Mortellement fauché par le camion dragon de la police à la Place de l’Obélisque le 31 janvier 2011, Mamadou Diop, alors étudiant en master à la Faculté des lettres et sciences humaines de l'Université Cheikh Anta Diop de Dakar, était aussi professeur contractuel au Collège d’enseignement moyen (CEM) Mame Yelli Badiane de Pikine. Tout juste ares sa mort tragique, son salaire a été coupé «sans aucune explication. Une autorité du ministère de l’Education d’alors rencontré nous avait demandé de fournir un certain nombre de dossiers, mais le temps de les rassembler, ce responsable a quitté le ministère», a souligné Mama Diop, le père de la victime, précisant que l’avocat de la famille poursuit la procédure.

En attendant, «depuis sa mort nous n’avons reçu aucune aide de l’Etat», a-t-il martelé. Or, l’enseignant contractuel a laissé derrière lui une veuve (sa femme) et deux fillettes âgées respectivement de 5 ans et d’environ 1an et demi «totalement sans ressources». Suffisant pour que la société civile en appelle à «au moins une prise en charge de la famille de ce martyr» en attendant le règlement définitif de l’affaire.

Néanmoins, Alioune Tine, le coordonnateur du M23, a rappelé que les autorités saisies de la mesure d’arrêt du salaire de Mamadou Diop ont informé que la décision a été prise conformément aux textes en vigueur, mais que «cela prend du temps avant de le rétablir». Par contre, précise le Président de la RADDHO, le ministère la Justice mis au courant, a «montré de bonnes dispositions» quant à l’issue du dossier.

Toutefois, s’est§il empressé d’ajouter, «il faut des moyens pour enclencher une procédure pénale et une procédure civile. C’est cette procédure civile qui devrait permettre qu’il y ait des indemnisations». Seulement, «il faut parer au plus pressé, réagir au plus vite, car il s’agit d’une veuve et des orphelins totalement sans ressources», a lancé Alioune Tine.
Volontaires et vacataires régis par une mutuelle

Les textes régissant les fonctionnaires de l’Etat, notamment les enseignants, sont clairs. Selon le «Guide pratique sur la carrière de l’enseignant», édition 2003 du ministère l’Education, dans sa rubrique «Les avantages sociaux: Capital décès», «les ayants droit de tout fonctionnaire en activité, disponibilité ou détachement, bénéficient, au moment du décès de celui-ci du paiement d’un capital décès, quels que soient l’origine, le moment ou le lieu du décès.

Le capital décès est égal au traitement indiciaire annuel du dernier grade plus une majoration pour les orphelins. En cas de décès d’un volontaire, d’un vacataire ou d’un enseignant contractuel, la Mutuelle des volontaires de l’éducation verse 100 000 FCFA aux ayants droit».
Donc pour le cas des volontaires «les frais du volontaire ne sont ni à la charge de l’Etat ni à la charge du Projet. Pendant la durée du volontariat, le volontaire bénéficie des prestations de la Mutuelle des volontaires de l’éducation mise sur pied par les volontaires eux-mêmes à laquelle il doit obligatoirement s’affilier».

Seulement, «pour chaque génération de volontaires, l’Etat verse directement dans le compte de la Mutuelle 40.000 francs par volontaire. Chaque volontaire cotise 10.000 francs par an (en deux mensualités) afin de bénéficier (lui, sa femme et cinq de ses enfants) des prestations suivantes: hospitalisation: 100% des frais; analyses, radios et ordonnances: 40% des dépenses. La Mutuelle assure également la prise en charge médicale des maîtres et des professeurs contractuels».


Sud Quotidien Ibrahima DIALLO

Mardi 22 Janvier 2013



Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés