Référence multimedia du sénégal
.
Google

SITUATION À L’UNIVERSITÉ DE ZIGUINCHOR : Pierre Goudiaby Atépa remet gentiment les bretelles à Farba Senghor

Article Lu 11149 fois

«La politique n'a pas sa place à l'université de Ziguinchor. Que ceux qui essaient de politiser cet antre du savoir arrête leur pratique ». Cette déclaration est de Pierre Goudiaby Atépa qui condamnait ce week-end à Ziguinchor, les huées essuyées par le ministre Moustapha Sourang lors de son intervention le vendredi dernier à l'université de Ziguinchor.



SITUATION À L’UNIVERSITÉ DE ZIGUINCHOR : Pierre Goudiaby Atépa remet gentiment les bretelles à Farba Senghor
Il faut rappeler que M. Sourang s'était rendu à Ziguinchor pour calmer la tension qui a prévalu ces derniers jours à l'université de Ziguinchor et dans laquelle Moustapha Bassène, un des répondants de Farba Senghor, dans le cadre de la recherche de la paix en Casamance, s'est mêlé, montant certains étudiants grévistes contre l'administration de l'institution. Du moins c'est ce qu'ont laissé entendre des voix concordantes sur place qui révèlent que « Bassène a même osé menacer le recteur, Amadou Tidiane Bâ », indiquant que « ce dernier sera relevé pour incompétence suite à son refus d'accepter la médiation de Farba Senghor ».

M. Pierre Atépa Goudiaby, affichant une mine de désapprobation, indique : « J'ai été mis au courant des perturbations qui ont eu lieu au cours de l'intervention du ministre Moustapha Sourang, lors de sa récente visite à l'université de Ziguinchor. Il a tout mon soutien ». Et de poursuivre : « Farba Senghor est un ami que je vois régulièrement, contrairement à ce qu'on dit, nous ne sommes ni à couteaux tirés ni confrontés à des difficultés personnelles. Seulement, nous sommes en République, et une République a des règles. Je n'ai pas aimé la manière dont un autre de ses collègues en l'occurrence le professeur Moustapha Sourang a été reçu à l'université de Ziguinchor. Je n'ai pas aimé la manière dont des perturbateurs qui se réclament de lui ont infiltré l'université pour perturber l'arrivée du ministre Sourang qui s’est beaucoup investi dans cette institution.

Il a eu la sagesse de dire contre vents et marées, contre la volonté de feu Oumar Lamine Badji, l'ancien président du conseil régional, celle de Youba Sambou, de l'ancien président des parents d'élèves et des organisations syndicales, on ouvre l'université avec des difficultés et l’on fera face aux problèmes ». L’architecte d’affirmer : « Je lance un appel à mon ami Farba Senghor pour qu'il ne mêle pas l'université de Ziguinchor dans les affaires politico-politiciennes. Cet établissement supérieur doit être un lieu d'excellence ». Il a aussi lancé ce même appel à Moustapha Bassène, considéré comme étant l'agitateur qui a incité un groupe d'étudiants non identifiés à huer Moustapha Sourang. « Que les chauteurs comme Moustapha Bassène arrêtent.

Tout le monde sait que c'est un repris de justice, s'il veut, il n'a qu'à porter plainte contre moi pour diffamation. Que ces gens arrêtent de perturber l'université ». De l'avis d’Atépa, le gouvernement du président Wade a besoin d'un peu plus de cohésion. « Je pense qu'il faut un peu plus de cohésion dans ce gouvernement-là. Que l’on arrête que certains ministres viennent casser du sucre sur le dos d'autres ministres. Je pense qu'il faut que le président Wade essaie de demander aux autres ministres une meilleure cohésion.

C'est un citoyen sénégalais qui le lui demande. Je vois tout le travail que le président abat, tout ce qu'il fait pour que les choses se réalisent. Mais, elles ne se réaliseront pas si les ministres se mettent des bâtons dans les roues. J'en appelle à la sagesse du président Wade pour qu'on arrête cette vendetta entre ministres. Cela fait désordre », soutient-il. En outre, Pierre Atépa Goudiaby souligne que, quand on choisit des collaborateurs, il faut bien le faire. « Farba Senghor, dans ce cas précis, n'a pas bien choisi ses collaborateurs. On ne prend pas des gens comme Moustapha Bassène quand on veut régler des problèmes. On s'entoure de gens honnêtes et compétents. Encore une fois certainement Farba, j'en suis sûr, est bien intentionné. Il veut aider le président Wade à régler tous les problèmes. Seulement voilà, il n'est pas le seul à vouloir aider le président à régler les problèmes. Il faut qu’il respecte ses autres collègues », insiste encore M. Goudiaby.

Source: le Matin

Article Lu 11149 fois

Lundi 14 Juillet 2008





1.Posté par aicha le 14/07/2008 09:41
wouyay khasnako .je deteste farba seghor je le deteste foncierement

2.Posté par wakhdeug le 14/07/2008 11:09
Il est temps qu'on dise la vérité à ce con de Farba qui essaie de mettre dans tous les sauces. Faisons comme M. Atépa, Il faut que les gens soient clairs avec lui. Il y a +sieurs ministères il n'a qu'à laisser chacun régler d'abord ces problèmes. Il se prend pour qui pour semer le désordre comme ça la bande con chimmmmmmmmmmmm.

3.Posté par wakhdeug le 14/07/2008 11:10
Merci Pierre bien jouer

4.Posté par deug le 14/07/2008 12:39
bravo pierre bravo bravo bravo bravo ancore.

5.Posté par Jacquot le 14/07/2008 13:22
Si c'est bien ce qui se dit, ce Moustapha Bassene n'a qu'à s'arranger en touche. De grace la région de Ziguinchor n'a pas besoin encore de basbilles politiciennes. Les Ziguinchorois ne connaissent pas les coup basses et les ont toujours refuté.
Merci Attépa; car c'est bien dans ce sens que nous vous attendons - vous cadres de la région et non par votre silence complice. Bon courage. Je veux te dire que: tu ne dois rien craindre car tu as tout obtenu par la sueur de ton front. Si tu t'inscrit dans la voie de l'honneteté et de la franchise toi même tu sais bien que tu aura tout le soutien de tout tes frères casamançais que nous sommes et avons des raisons de l'être.

6.Posté par Bousem le 14/07/2008 15:13
Le pays doit retrouver un climat se rigueur et de solidarité, tel que celà s'est produit dans les grands Pays de cette planète. Il faudra surtout garder à l'ésprit le fait que la perfection des systèmes autant politiques que sociales n'est pas de mise, ce qui qui doit toutefois conduire la société dans son sens humanitaire à réagir instantanément contre tout ce qui peut constituer un frein à la paix et la justice. Ces conditions sont à mon niveau les avant-propos sans lesquelles nous Sénégalais, seront malheureusement contraints à accepter les suplices de l'enfer sur terre projettés de loin par Zeus, Dieu, Yalla, Kor, ou Yaveh aussi longtemps que nous nous perdrons dans le désir de la facilité, du matérialisme économique sans scrupule ou du mimetisme aveugle en politique, ou encore du Moumbaï social qui ne sauraient nous éclairer dans notre long et exigeant périple devant nous mener à l'étage de la sécurité alimentaire, matérielle et spirituelle, enfin pourrions nous avoir confiance en nos forces unies et indomptables pour le reste de ce voyage en train qu'est la vie qui certainement connaitra un arrrêt. Seulement nous devons être à l'image de Samouraï déterminés à marquer notre temps et ainsi protéger notre héritage constitué de charmes et de laideurs, mais que nous saurons améliorer pour la postérité.
Go les patriotes! Malheur aux vers de terre...

7.Posté par N'gom le 29/07/2008 11:42
Homme africain ne pense que les bêtises pas d'expérience pour se vivre en paix pour avancement d'Afrique, le gouvernement du Senegal crée toujours des problèmes des Difficulté,que les le Senegal ne peu avancer


Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State