Référence multimedia du sénégal
.
Google

SIDY LAMINE TRAITE INDIRECTEMENT MADIAMBAL DIAGNE DE MEDIOCRE

Article Lu 11190 fois

C’est pour ne plus servir de ‘fusible’ que le Pdg du groupe Wal Fadjri s’est décidé à restructurer l’organigramme des supports audiovisuels de son entreprise. Sidy Lamine Niasse revient, dans la deuxième et dernière partie de notre entretien, sur les derniers départs d’agents du groupe et affirme sa volonté de ‘ressusciter’ le poste de directeur des Programmes de Walf Tv, en attendant d’arriver à ceux des directeurs de l’Information et de la Radio.



SIDY LAMINE TRAITE INDIRECTEMENT MADIAMBAL DIAGNE DE MEDIOCRE
Wal Fadjri : Le groupe Wal Fadjri a encore une fois été secoué par des départs, mais cette fois-ci ces départs semblent faire plus de bruit que d’habitude…

Sidy Lamine NIASSE : Le problème aujourd’hui, c’est la notoriété de Wal Fadjri. Ce qui fait que pour un rien, on parle. C’est une structure qui intéresse tous les Sénégalais. Ainsi, quoi qu’il advienne, le débat se pose. Mais un débat serait important si nous avions provoqué une rupture de contrat abusive. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. Nous sommes devant une situation où des agents, après avoir perçu leur dû, refusent de rejoindre leurs postes de travail. Nous n’avons renvoyé personne.

Wal Fadjri : C’est aussi valable pour Kouthia que pour Jules Junior ?

Sidy Lamine NIASSE : Ils ont agi de la même sorte. Je n’ai (jamais) donné ni lettre, ni avertissement à un de ces employés. Ils ont de leur propre chef choisi de rester chez eux et ils l’ont déclaré dans la presse. En un moment donné, Kouthia s’est présenté pour demander une réconciliation, mais nous lui avions bien signifié qu’il n’y avait pas lieu de parler de réconciliation. Parce qu’à notre niveau, il n’y avait pas de conflit. C’est sur cette base qu’il avait repris son travail… Dès lors, nous avons jugé nécessaire de mettre les bouchées doubles, pour qu’il n’y ait plus de vide en cas d’absence. Parce que nous avons estimé anormal qu’il n’y ait plus Sortie par exemple parce qu’Aïssatou Diop Fall est à La Mecque ni qu’il n’y ait plus Pencco parce que Pape Ngagne Ndiaye est en congé. Et c’est ainsi que nous avons pensé aux Invités du mois. Cela n’est pas une première à Wal Fadjri. Je peux citer, à titre d’exemple, l’émission Jakarlo ak askanwi, co-animée par Mamadou Ndiaye ‘Doss’ et Awa Diop Ndiaye ; il y a aussi Dinné ak Jamono avec Sidy Lamine Niasse et Babacar Niang. Et j’en passe. Dans le cadre de ces débats, nous avions, dès le départ, choisi de ne pas laisser une seule personne s’illustrer en One man show. C’est dans le même esprit que nous avons dit que du côté de l’animation, qui intéresse autant nos auditeurs que nos téléspectateurs, il fallait mettre les bouchées doubles. C’est face à cette nouvelle donne, que Kouthia a dit non. Il a fait comme si c’est à lui de décider de ce qui doit se faire. Encore une fois, ces agents nous ont mis devant le fait accompli.

Wal Fadjri : Aujourd’hui, peut-on parler de ruptures définitives entre Wal Fadjri et Kouthia ou avec Jules Junior ?

Sidy Lamine NIASSE : Ecoutez, tout ce que je peux dire est que tant qu’ils préfèrent rester chez eux… Parce que tout ce que je peux donner, c’est du travail. Mais je ne peux obliger personne à venir travailler. Je continuerai à donner du travail à qui le veut. C’est un principe. Je ne fais pas de distinguo sur ce point. On ne trouve dans le groupe Wal Fadjri ni mes parents, ni mes disciples. On retrouve des hommes et des femmes qui ont choisi de travailler avec nous. Ils sont venus avec leurs compétences, leur savoir-faire, leur volonté de prouver ce dont ils sont capables. Et nous partageons avec eux aussi bien leurs compétences que les moyens utilisés pour parvenir à un résultat. Nous n’excluons personne, mais aussi nous ne prenons personne pour indispensable.

‘Parmi les premières émissions (créées à Walf Fm), il y avait Ataya et Black Label. C’était en 1997. Donc, bien avant de trouver des animateurs, nous avions déjà travaillé sur le contenu des émissions’.

Wal Fadjri : Quel est le concepteur des émissions Ataya et Black Label, dont se réclame Jules Junior ?

Sidy Lamine NIASSE : A mon avis, les gens confondent souvent vitesse et précipitation. Une personne physique dans une entreprise, elle a comme moyens son savoir-faire et ses compétences. Le reste appartient à la personne morale de l’entreprise. C’est pour vous dire que ces émissions ont été conçues bien avant l’arrivée de Jules Junior. Quand il a fallu penser à une radio, nous étions quatre acteurs à y travailler. Il s’agit notamment de Mame Less Camara, de Reine Marie Faye, d’Abdoulaye Lam et de moi-même. Nous avons été autour d’une table pour discuter d’un programme qui se déroulerait de 6 heures du matin à 6 heures du matin. Avec notamment les rubriques Information, Religion, Divertissement et des émissions à proposer. Et avant de confier les émissions, nous avions préparé des synopsis pour chaque émission. Parmi les premières émissions, il y avait bien Ataya et Black Label. C’était en 1997. Donc, bien avant de trouver des animateurs, nous avions déjà travaillé sur le contenu des émissions. Aujourd’hui, le nouveau format (qui réunit sur un même plateau un politicien et un acteur culturel), proposé aux auditeurs et aux téléspectateurs, a été conçu par Aïssatou Diop Fall. J’avais demandé, à la suite d’une réunion de direction, à chaque responsable de la radio de me préparer des émissions relevant de son domaine. Ainsi, tout ce qui concerne l’animation a été préparé par Aïssatou Diop Fall. L’émission Ma Saaf Sénégal, c’est bien elle qui l’a préparé, en collaboration avec Tonton Mac… Wal Fadjri est déposé au niveau du Bureau du droit d’auteur international avec son contenu. Donc, tout ce qui passe à l’antenne est une propriété intellectuelle et morale du groupe Wal Fadjri et non d’un individu.

Wal Fadjri : Peut-on s’attendre à ce que cette approche d’amélioration de la grille des programmes conduise à une restructuration de Walf Tv ?

Sidy Lamine NIASSE : Il faut dire qu’au niveau du groupe Wal Fadjri, les quotidiens ont été très tôt bien structurés. Parce que j’avais trouvé, dès le début de l’aventure, des gens avec qui cheminer. Je veux parler de Tidiane Kassé, d’Abdourahmane Camara et de Jean Meissa Diop, qui nous a rejoints quelques années plus tard. Ils sont derrière tout ce travail, proposé aux compatriotes. Pour le cas de la radio, c’est un peu difficile du fait du manque de patience de certains. Pourtant, j’ai toujours voulu responsabiliser très tôt les gens avec qui je travaille. Puisque dans ma philosophie, il faut promouvoir les jeunes et les femmes. Ils représentent certes les maillons les plus faibles, mais ils sont l’avenir de ce pays (…). Au niveau de la radio, c’est plus difficile de stabiliser les gens, parce que les autres n’hésitent pas à débaucher nos responsables. Aujourd’hui, nous avons fait pas mal de radios et de quotidiens dans ce pays. Fort de ces éléments, je me suis dit qu’il fallait prendre du recul pour trouver l’homme ou la femme qu’il faut à la place qu’il faut. Et je me suis rendu compte qu’au niveau de la radio, on a toujours pris le Pdg du groupe pour un fusible. Les autres responsables n’étaient là que pour enregistrer de bons résultats. Quand la radio marche, c’est le directeur de la radio. Mais quand il y a un problème, c’est le Mollah qu’on envoie au charbon. Devant le destin mais aussi et surtout devant l’ingratitude de certains, j’ai toujours accepté d’encaisser les coups. Avec toutes ces expériences, il me fallait prendre du temps. Et pendant longtemps, la radio ne marchait qu’avec des chefs de desk. Aujourd’hui, j’ai vu des hommes et des femmes qui font leur travail et assument pleinement leurs responsabilités. Il fallait dès lors restructurer. Je ne suis pas arrivé à l’étape suprême, mais il y a eu une avancée. Et cette avancée fait, par exemple, qu’une journaliste comme Aïssatou Diop Fall, après tout ce qu’elle a reçu comme coups venant de certains confrères de la place, venant de sa mission à La Mecque et qu’elle a pris avec philosophie en considérant que c’est Walf qui dérange, j’ai dit qu’elle a accepté d’aller au charbon, donc elle a arraché une (nouvelle) responsabilité, c’est celle de la directrice des programmes. Ce poste de directeur des programmes, on l’avait perdu depuis le départ d’Aliou Ndiaye. Il y a aussi des hommes qui ont beaucoup de mérite. Je pense à Ousmane Sène, qui est derrière tout ce qui se dit à l’antenne, à Oumar Gningue, quelqu’un de méthodique. Aujourd’hui, Walf Tv est devenue la première télévision chez les cadres, d’après les derniers sondages. C’est le travail de ces gens, avec des émissions comme Opinion, Avis d’experts, etc. Je dis que si les cadres aiment cette télé, c’est parce qu’il y a une touche intellectuelle. J’ai pensé à les responsabiliser. Ousmane Sène et Oumar Gningue seront dorénavant co-rédacteurs en chef. C’est un début de restructuration, et d’autres mesures vont suivre pour arriver à un directeur de l’Information et un directeur de la Radio.

Wal Fadjri : Avez-vous pensé aux quotidiens du groupe qui marchent encore avec des chefs de Desk ?

Sidy Lamine NIASSE : Oui, mais au niveau des quotidiens, il y a moins de problèmes, puisqu’il y a des directeurs. Et je n’attends que leurs propositions pour pouvoir les étudier. Nous sommes pour la sanction positive ou négative de l’employé. C’est la règle. Nous avons le temps pour que les directeurs me soumettent leurs propositions et que je puisse voir du côté des moyens ce qu’il est possible de faire. Sur ce plan, nous sommes prêts à agir à tous les niveaux.

Wal Fadjri : Vous parlez justement des moyens du groupe, est-ce qu’il n’est pas temps pour Wal Fadjri de penser à établir une convention maison pour sortir de cette convention collective, qui date de 1973 ?

Sidy Lamine NIASSE : On peut penser à beaucoup de choses. Mais il faut vous dire tout de suite que la faiblesse de Wal Fadjri, c’est l’ascension permanente. Cela fait qu’à chaque fois, on se retrouve à la case départ. Si on avait fait comme les autres, en s’arrêtant à un quotidien et à une radio, aujourd’hui on aurait cadré le personnel et pensé à une promotion maison. Mais on a fait le choix d’élargir pour créer plus d’emplois. On a multiplié les quotidiens par trois. Les radios au niveau de Dakar sont au nombre de trois et de cinq dans les régions, plus deux autres antennes relais. La télévision se développe sur l’international avec le satellite et sur le canal hertzien pour mailler tout le pays. Et toutes ces structures sont à leur début. Au niveau de la télévision, la publicité n’est pas encore importante, or les charges sont là. Pour les quotidiens Walf Grand’Place et Walf Sports, il a fallu jusqu’à présent faire de l’emballage perdu. Il n’y a que deux structures qui sont là pour supporter toutes les autres, y compris l’imprimerie. Il s’agit de Wal Fadjri Quotidien et de Walf Fm. Nous pensons à améliorer, mais est-ce qu’on peut le faire tout de suite, je ne le pense pas. Mais tout cela sera étudié par les services compétents. Parce que nous avons un personnel méritant qui se donne corps et âme pour l’avenir de la maison.

Wal Fadjri : Envisagez-vous d’arriver à cette convention-maison ?

Sidy Lamine NIASSE : Oui, je veux bien arriver à cette étape, et très prochainement.

Wal Fadjri : Au plan personnel, des informations ont fait état de votre probable mariage avec Aïssatou Diop Fall…

Sidy Lamine NIASSE : Si vous voulez parler des rumeurs, je vous dirais tout de suite qu’elles sont venues de chez Madiambal Diagne. A travers notamment son journal Cocorico, dans sa livraison des 8 et 9 janvier à la page 7. Je ne veux pas mâcher mes mots. Ce journal l’a annoncé comme rumeur. Seulement, ce journal n’est lu par personne. Ils en ont parlé dans leur édition des 8 et 9 janvier. Mais la rumeur s’est répandue une semaine après. Je pense que ces gens gardent encore des dents contre Wal Fadjri… Maintenant, dans ce pays, la rumeur ne tue plus. Puisqu’elle a déjà tué le vivant marabout Serigne Mansour Sy. Avant, elle avait tué le président de la République. Aujourd’hui, les rumeurs restent l’affaire de certains médiocres. (Fin)

Source: Walfadjri

Article Lu 11190 fois

Mardi 29 Janvier 2008





1.Posté par amoctad le 29/01/2008 16:14
ah bon !

2.Posté par zebabs le 29/01/2008 17:14
merci patron vous etes lhomme le plus mediatisé dans ce moi de janvier .walf ca kaw sa kanam

3.Posté par gase le 29/01/2008 17:36
je ne souhaite pas de polémique entre patron presse. Vous êtes des professionnels donc ne donner une mauvaise image.

4.Posté par MARVEL le 29/01/2008 19:19

Cher Sidy Lamine Niasse

Il faut arrêter de prendre les sénégalais pour des demeurés. Quand 2 Naffekhs (Babacar Diagne / Sidy Lamine Niasse) se battent, se plantent des crocs dans le dos, on s'en fout un peu. A la limite nous espérons que vous allez vous achever en même temps, surtout celui qui est le plus nuisible des deux, c'est à dire celui qui s'est enturbané et se promène avec un Coran pour mieux tromper son entourage.

Si tu te plains que Babacar Diagne et sa RTS bidon utilisent l'argent du contribuable à des fins de profit, peux-tu dire à l'opinion d'où proviennent les 3 milliards qui t'on servi à financer tes infrastructures pour la télévision ? Lors d'une de tes sorties, tu n'as réussi qu'à justifier les 420 millions et 100 millions qui seraient des prêts auprès du Crédit Lyonnais et d'autres banques, mais silence sur les 2 milliards et demi restants. Hein Sidy ? Sans compter que tu dis toi-même payer près de 1 milliard par an pour la transmission satellite. Peux-tu nous dire comment arrives-tu à faire face à de tels coûts d'un service aussi peu rentable, et peux-tu aussi nous dire qui sont tes autres actionnaires à part Madické Niang et qui tu sais ?

Sidy Lamine, toi et Babacar Diagne êtes deux Naffekh choisis par Wade pour faire la propagande de sa politique répugnante. Vous avez choisi de lui offrir votre derrière, alors allez vous crêper le chignon hors de notre vue.

"Il est midi" étant pour le moment sur la touche, tu fais bien l'affaire de Wade. Les condamnations ne trouvent pas sur toi de force exécutoire, exactement comme c'était le cas avec Ndiogou Wack Seck. Il s'en foutait de toutes les plaintes, de toutes les condamnations parce qu'il savait à quelle justice corrompue il avait affaire, et sous quelle protection il était. A titre d'exemple, où en est la fameuse condamnation suite à ton affaire contre Ben Basse au sujet de la diffusion de Prison Break ? Tu étais sensé stopper immédiatement sous peine de payer une amende de 1 million par jour si tu ne t'exécutais pas. Cela fait plusieurs mois que tu récidives quotidiennement, en toute impunité, et sans payer le moindre centime à la RDV. Quel bon musulman tu fais !!!!

Quant au prétexte que tu donnes pour expliquer que tu ne diffuseras plus les matchs de la CAN, c'est ridicule à pleurer. Les lions n'ont pas encore fini de jouer, la CAN est loin d'être terminée, et tu décides à la place des spectateurs que cela ne vaut plus la peine de regarder la CAN pour le moment. Donc je suppose que peu importe la compétition ou l'évènement ou le film, si le Sénégal n'en fait pas partie, et en bonne place, tu ne diffuseras pas ? Tu es vraiment un simplet.

Quant à ton chantage sur le fait de donner la parole aux opposants si l'on ne te laisse pas violer la loi, cela démontre ta perfidie. Il fallait que tes intérêts soient menacés par d'autres protégés du régime wadien pour que tu te souviennes qu'il y'a des opposants à qui l'on doit donner la parole pour critiquer le bilan du régime wadien et non à des Landing, des Décroix, des Modou Diagne Fada et autres lèche-bottes qui se disent opposants, tout en cirant les pompes du chef du PDS.

Sidy, tu es pire qu'une crapule. Ce chantage que tu fais finira de la même façon que tes fameuses menaces de marche contre la Sonatel lorsqu'elle t'avait coupé tes lignes téléphoniques. Tu vociférais partout, pleurnichais, accusais la Sonatel de tous les maux du Sénégal, et du jour au lendemain, parce que tes lignes étaient remises, tout était oublié, les promesses de marches comme les maux de la Sonatel.
Idem pour les fameux aides à la presse et tes insultes à Bacar Bouffon DIA.
Il suffit qu'on te mette ton bec de sucre dans la bouche et tu la fermes.

Quel clown tu fais !!!
Quand Aissatou Diop Fall nous dit ceci : "Sidy Lamine est comme un père pour moi, il a épousé ma meilleure amie", on comprend pourquoi tu l'as bombardée Directrice de Programme car elle est aussi stupide que toi le fameux père qui lorgne sur les cuisses des amies de sa fille. Et pourquoi pas sur les cuisse de "sa fille" tant qu'à faire puisque tu les prends au berceau. Tu fais exactement comme Wade, tu t'entoures des plus stupides pour paraître moins stupide.

Tu as bien vu lors de ta dernière émission Diné Ak Diamono comment tes participants et les interlocuteurs au téléphone t'ont remis à ta place. Tout le monde sait à présent à quoi s'en tenir avec un Naffekh de ton espère. C'était vraiment stupide de comparer un convoi de 50 pélerins et un autre de 8500. Ton envoyée spéciale était vraiment idiote, à ton image. Mais pourquoi attendre mieux d'un Naffekh qui a été un sujet psychiatrique ?

MARVEL
marvel@hotmail.fr


5.Posté par Samba le 29/01/2008 22:09
Il y a une chose bizarre, malgre tous les departs enregistres au niveau de son personnel , Walf reste toujours parmi les media de tete.
C est un constat.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State