Référence multimedia du sénégal
.
Google

SERIGNE DIA BOMBARDIER: « Mon erreur est d’avoir été très offensif »

Article Lu 1856 fois

Après sa défaite du 22 juillet devant Gris Bordeaux, le temps de l’introspection est arrivé pour Serigne Dia Bombardier qui a sacrifié hier, mardi, au traditionnel point de presse d’après combat. Si le B52 Mbourois a joué à fond la carte du fair-play en reconnaissant sa défaite, le Mbourois a mis au profit cet exercice pour asséner ses quatre vérités au Comité national de lutte (Cng) à qui il reproche une discrimination dans le traitement des deux lutteurs.



SERIGNE DIA BOMBARDIER: « Mon erreur est d’avoir été très offensif »
Les grandes défaites préparent les grandes victoires. Cette maxime, Serigne Dia « Bombardier » semble bien l’intégrer dans sa carrière de lutteur. Après le tumulte des déclarations et des commentaires du combat du 22 juillet dernier, le B52 de la Petite-Côte a profité du point de presse organisé hier par Action 2000 pour livrer sa propre lecture sur la préparation et la manière dont il a mené et perdu son combat.

Dans cette voie, le champion Mbourois a d’emblée dégagé une quelconque responsabilité que d’aucuns ont vite fait d’imputer à son encadrement. Même s’il n’a pas ensuite manqué de déplorer l’absence d’anciens champions Mbourois à ses côtés. « Quand je remportais des victoires, on ne parlait pas de mon encadrement. J’ai fait la préparation qu’il fallait et j’estime que rien n’a été négligé », estime-t-il tout en reconnaissant d’avoir commis des erreurs dans son approche stratégique.

« J’ai cru qu’on allait lutter entre 10 et 15 minutes. Mon erreur a été d’avoir été très offensif en emballant le combat. Cela est sûrement un pêché de jeunesse de ma part. J’estime toutefois que s’il n y a pas d’erreur dans un combat, il ne peut y avoir de défaites et de victoires », analysait le Mbourois précisant avoir vécu une saison moyenne. « Ce serait une contrevérité si je disais le contraire. Mais j’espère que je vais m’améliorer et me rattraper la saison prochaine », dira-t-il, flanqué de son frère Pape Dia et de son manager Yéri Diakhaté.

« Il y avait une discrimination manifeste du Cng »

Cependant si cette défaite n’a pas eu l’heur d’entamer sa motivation à continuer sa carrière de lutteur, il s’est dit prêt à accorder une chance à tous les lutteurs espoirs qui souhaiterait le croiser, comme ce fut d’ailleurs le cas pour son tombeur Fassois.

« Si je n’avais pas donné la chance à Gris Bordeaux, il ne serait pas à ce niveau. Donc, il faut que l’on lutte avec les espoirs pour leur donner l’occasion de venir renforcer les ténors », reconnaissait-il. Le B52 a également saisi l’occasion de ce point de presse pour asséner ses « quatre vérités » sur les échauffourées qui ont précédé l’entrée des deux lutteurs dans le combat. Sur les griefs soulevés, c’est le comité national de gestion (Cng) qui en a eu pour son grade. Faisant allusion à ces péripéties, Bombardier a ainsi mis sur la sellette l’équipe du Docteur Alioune Sarr pour son traitement discriminatoire dont les Mbourois ont fait l’objet à l’intérieur de l’enceinte. « Nous avons frôlé le pire dans l’enceinte. On m’a jeté du sable en présence des membres du Cng. Une personne est aussi entrée dans l’enceinte et a arraché des mains de mon frère une amulette qui m’était destinée. Si je n’avais pas fait preuve de sportivité, on aurait frôlé le pire car je pouvais bien riposter. Il y a eu donc une discrimination manifeste du Cng fait au Mbourois. Le Cng a dégagé mes accompagnateurs alors que j’ai vu que l’autre camp les conservait. Mon adversaire a été chanceux cette fois ci et en a profité.

Maintenant, il faut que les promoteurs et le Cng se le tiennent comme dit. Si on ne règle pas cette question, on risque de revoir des problèmes sérieux pour organiser correctement les combats », prévenait-t-il. « Le Cng m’a infligé une amande de 125. 000 Francs parce que j’étais accompagné de 20 personnes. Je ne parlerais pas non plus de ce problème de sécurité que nous avons rencontré à la fin du combat », ajoute-t-il.

Même s’il na pas manqué de noter quelques impairs sécuritaires notés dans cette mission, le promoteur a lui soutenu que 400 agents de sécurités ont été mobilisés pour accompagner le déplacement des deux lutteurs.

Omar DIAW
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1856 fois

Mercredi 1 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State