Référence multimedia du sénégal
.
Google

SENIRAN AUTO SA SECOUEE PAR UN GROS SCANDALE : LA DIRECTION DE L'ENTREPRISE SE FAIT ROULER PAR UN ESCROC

Article Lu 15049 fois

*Emprisonné à Rebeuss, le faussaire Cheikh Tall Sow est bien connu des limiers pour avoir imité la signature du président Abdou Diouf

*Accusé par les travailleurs de complicité et de vouloir saborder la société, le Pdg Abdourahmane Ghalambor dégage en touche


Promue pour être l’un des fleurons de l’industrie sénégalaise, l’entreprise Seniran Auto est confrontée à un gros scandale qui met en péril son développement. Un employé du nom de Cheikh Tall Sow a abusé les autorités de la société en se faisant recruter comme ingénieur sur la base d’un faux curriculum vitae. Il se trouve en prison pour plusieurs délits, dont faux et usage de faux documents, détournement d’exonérations fiscales et douanières, fausses factures, abus de confiance entre autres. Retour sur le plus grand scandale de l’histoire industrielle du Sénégal.



SENIRAN AUTO SA SECOUEE PAR UN GROS SCANDALE : LA DIRECTION DE L'ENTREPRISE SE FAIT ROULER PAR UN ESCROC
Cheikh Tall Sow. Ce nom ne vous dit pas grand’chose, certes. Pourtant, il est bien connu des fichiers des services de police, de la gendarmerie et de la justice. A l’entreprise Seniran Auto, rien qu’à l’évocation de son nom, on sort les mouchoirs pour se boucher le nez tellement, en deux ans de présence seulement dans cette entreprise (2007-2009), le sieur Cheikh Tall Sow s’est forgé aux yeux de tous les employés la réputation d’un monstre dont le ‘plaisir est de se dire qu’il était à la hauteur de l’ambition qu’il s’était fixée, celle d’être au sommet’. Cet homme est sans doute le plus grand escroc connu de l’histoire de l’industrie sénégalaise. Avec lui, tombent tous les records dans le domaine. Par le passé, on avait connu au Sénégal un homme qui avait le niveau du Bfem enseigner à l’Institut des sciences de la terre (Ist) de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad), un professeur de mathématiques à Pire se faire recruter sur la base d’un faux diplôme du bac. Les deux premiers faussaires, comme toujours, ont fini par être rattrapés par leur passé et ont fini en prison. Mais jamais avant Cheikh Tall Sow, on n’avait vu ‘un ingénieur option automatismes à l’ Institut polytechnique de Grenoble’ se faire embaucher sur la base de ce faux diplôme ainsi que d’un Cv sorti de l’imagination fertile de l’intéressé.Pourtant, telle est l’histoire de Cheikh Tall Sow. En 2007, il entre à Seniran Auto après avoir réalisé l’installation téléphonique par l’intermédiaire d’une autre entreprise. Il a été ainsi recruté par la suite comme ingénieur à Seniran Auto sur la base d’un faux curriculum vitae (Cv) et un faux diplôme que lui-même a fabriqué. En habile manipulateur, il s’est fait l’ami du premier directeur de Seniran, M. Zahmatkesh. Il va développer les mêmes liens privilégiés avec son successeur Abdourahmane Ghalambor. Ce dernier lui attribue une position officieuse de collaborateur privilégié qui peut parler et agir au nom de la société. Alors, Cheikh Tall Sow ne se refuse rien. Il profite de sa position de collaborateur de l’actuel président directeur général de Seniran pour piller, de façon systématique et organisée, la société au grand dam de cette entreprise modèle, fruit de la coopération entre l’Iran et le Sénégal avec la bénédiction des deux chefs d’Etat Ahmadinejad et Me Abdoulaye Wade.
Mais comme toute chose a une fin, le 3 octobre 2008, les travailleurs de Seniran Auto regroupés au sein d’un Comité d’initiative pour la sauvegarde des intérêts de l’entreprise, las de le voir ‘voler, piller la société au vu et au su de M. Ghalambor, le Président directeur général (Pdg), allant même jusqu’à prendre des décisions sans droit ni titre’, décident d’y mettre un terme en le mettant dehors. Son bureau a été fouillé sous le contrôle d’un huissier. Ce qui a permis de mettre la main sur plusieurs dossiers compromettants et de malversations portant sur un préjudice estimé à des centaines de millions pour la société. ‘Ce même jour, c’est M. Ghalambor lui-même qui a accompagné Cheikh Tall Sow au commissariat de Dieuppeul pour déposer une plainte contre tout le personnel’, dit-on. Et la même source de nous apprendre que ‘le ministère de l’Intérieur a dépêché des forces de police à Seniran Auto pour assurer la sécurité et interdire l’accès à Cheikh Tall Sow’. D’ailleurs, jusqu’à ce jour, des policiers y montent la garde.

Au stade actuel de l’enquête ouverte par la Brigade de recherche de la gendarmerie, une dizaine de délits pèse sur ce faussaire doublé d’un délinquant à col blanc. Ils vont du faux et usage de faux au détournement d’exonérations douanières et fiscales, en passant par des faux écritures comptables, fausses factures, marchés fictifs, abus de confiance et la liste n’est pas finie. Le préjudice peut être estimé à des centaines de millions, voire plus. Parmi les plaintes déposées par le Comité d’initiative pour la sauvegarde des intérêts de Seniran, il y a le cas de ce marché fictif portant sur la réalisation de raccordement des caniveaux à un réseau d’évacuation des eaux pluviales qui devait se faire au niveau de l’usine de Thiès. Ce marché évalué à une dizaine de millions n’a jamais été réalisé. Pourtant, un chèque de 16 millions 89 mille 595 francs représentant 65 % d’avance des travaux a été libéré par la comptabilité de Seniran Auto pour l’entreprise Total Grand qui est, en réalité, une entreprise fictive. Total Grand n’existe pas à l’adresse indiquée sur les différents documents et le numéro de téléphone est celui d’un salon. Dans ce registre, il y a l’affaire de ‘Rose des champs’. Là aussi, il a été constaté une fausse facture établie au nom de cette société pour un montant de 100 000 francs. Après vérification, le responsable de cette entreprise a montré une autre facture d’un montant de 75 000 francs, pour le même achat et la même date. Dans une autre affaire, c’est un chèque de 5 millions qui a été remis à l’entreprise Axcom consulting sans garantie ni caution, alors que le montant réel était de 3 millions 325 mille francs.

La Douane sénégalaise tout comme la société d’hydrocarbure Elton ont été aussi roulées dans la farine par Cheikh Tall Sow et ses complices. En effet, le protocole d’accord qui lie l’Etat du Sénégal et Seniran Auto stipule une clause d’exonération fiscale et douanière. Cheikh Tall Sow a détourné à des fins personnelles les avantages de cet accord. La preuve est faite avec l’affaire de la société ‘Touré Equipements’ sise à l’avenue Blaise Diagne qui a importé du matériel informatique d’une valeur d’environ 108 millions de francs Cfa. Où est ce matériel ? En tout cas, la commande n’est pas arrivée à Seniran. Auprès d’Elton également, Cheikh Tall Sy a eu à encaisser des exonérations d’une valeur de vingtaine de millions sur l’exonération de l’achat de carburants à laquelle Seniran n’a pas droit. Il existe également plusieurs dépenses à coups de millions sans pièces justificatives effectuées par Cheikh Tall Sow sur la base de faux documents qu’il confectionne lui-même avec du matériel ultra-sophistiqué. Une partie de ce matériel est aujourd’hui entre les mains des enquêteurs de la gendarmerie. Le disque dur de l’ordinateur du sieur Sow détient d’autres surprises, nous dit-on.

Mamadou Sarr

Source: Walfadjri

Article Lu 15049 fois

Samedi 16 Mai 2009





1.Posté par bip bip le 16/05/2009 19:51
LISEZ cet article, un voyant y décrit le prochain Président du Sénégal.


http://www.sunuannonces.com/Le-Voyant-Divendra-donne-les-caracteristiques-du-4e-chef-de-l-Etat_a6236.html

2.Posté par lune le 16/05/2009 20:23
Franchement je ne comprends pas comment ce monsieur peur encore continuer à arnaquer des gens au Sénégal. Déjà dans les années 80 il se faisait embaucher comme ingénieur informaticien et trompait beaucoup de gens. Parce qu'il faisait les yeux doux à la fille de B. Diouf, directeur en ce temps du quotidien national Le Soleil, les journalistes de ce journal avait fabriqué un article plus que trufé sur ce monsieur. D'ailleurs cet article l'avait aidé à tromper tout le monde, d'autant plus qu'à cause du "Soutoura" à la sénégalaise, aucun des anciens étudiants de Grenoble ui le connaissaient bien, n'a ouvert la bouche pour rectifier ses mensonges. Plutard il imitera la signature de Abdou Diouf pour être embauché par l'ONU, etc..........
Et puis ne nous leurons pas, beaucoup de personnes aujourd'hui au centre du pouvoir, usent des même méthodes pour obtenir des postes, même ministériels ou de PM
Pauvre Sénégal où les faussaires font la république....

3.Posté par cheikh le 16/05/2009 20:58
Ce scandale que ce journal relate à propos de celui qui enseignait avec un niveau de BFEM ne s'était pas passé à l' IST mais à l'institut des sciences de l'environnement ISE. L 'erreur peut être grave car à l'IST on forme des ingenieurs et des informations pareilles peuvent ternir l'image de cette grande école. Je prie les gens de ne pas toujours croire aux articles de ces journalistes. D'ailleurs beaucoup se disent maintenant journalistes alors qu'ils n'ont jamais fréquenté une école de journalisme. Malheureusement beaucoup de compatriotes vivant à l'étranger depuis longtemps et qui ont perdu le contact direct avec le pays se laissent induire en erreur par leur commentaire qui pour la plupart manque beaucoup de rigueurs.

4.Posté par alex30 le 16/05/2009 22:33
Farba senghor a exercé la fonction de ministre avec des soit disant diplomes qui a eu en Italie. Tout était faux et il n'a jamais était inquiété.

Madame viviane WADE veux exercé le poste de vice présidente du Sénégal. Elle n'a meme pas le bac.

Pape DIOp était président du Sena et maire de dakar..........Il n'a que le BFEM. Il est parti en laissant un trou de 10 milliards de francs cfa.

Il faut que la justice Sénégalaise se donne le courage de sévire.

5.Posté par defilè national le 17/05/2009 00:14
SERIGNE LAMINE SALL, FILS DE FEU SERIGNE ABASS SALL DE LOUGA :« On fait du tort aux homosexuels »

vendredi 15 mai 2009, par Abdou Cissé
Partagez cet article

* Digg
* Del.icio.us
* Facebook
* Google
* Technorati
* Live
* MySpace
* Scoopeo
* Wikio
* Furl
* Blogmarks
* Reddit
* Mister wong
* Viadeo

Version imprimable de cet article Version imprimable
12345 0 vote
envoyer l'article par mail title= envoyer par mail
Le corps d’un homosexuel exhumé aux cimetières de Thiès, la franc-maçonnerie, les mariages célébrés par les thiantacounes de Cheikh Béthio Thioune… Ce sont les questions de société qui font débat depuis quelques jours. Et walf Grand-Place en avait fait ses choux gras. Quoi de plus normal alors que d’aller chercher l’éclairage d’un religieux sur ces questions. Et c’est Serigne Lamine Sall, fils du vénéré Serigne Abass Sall de Louga, qui ose aborder le sujet sans préjugés ni arrière-pensées. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, le marabout apporte son éclairage. Il parle du tort que l’on fait aux homosexuels et dit oui aux mariages célébrés par Cheikh Béthio Thioune. Le tout en s’appuyant sur ce que dit le coran.

Augmenter policeDiminuer policeTexte seulement

« Je précise d’abord que je ne fais qu’interpréter ce que le coran et uniquement le coran a dit sur toutes les questions que vous allez me poser. Vous savez que le sénégalais parle de goorjigéen alors qu’il ne sait pas qui est goorjigéen et qui ne l’est pas. Or, avant de se prononcer sur un sujet, il faut d’abord en connaître les tenants et les aboutissants. Ce sont plutôt les gens qui interprètent comme ils veulent et prennent des positions contraires même à la loi divine. Il y a trois cas sur lesquels on peut s’appuyer pour dire d’une personne qu’elle est un goorjigéen. D’abord, pour l’Islam, le premier cas est ce qu’on appelle un bisexuel, c’est celui qui a deux sexes (nguuni ngana en wolof). Pour ce cas précis, d’après l’Islam, on peut (ou la) considérer comme un homme (ou une femme) dès lors qu’il utilise un de ses deux sexes pour ses besoins primaires. Il y a aussi un deuxième cas qui concerne deux hommes qui s’accouplent. Pour ce cas précis, l’Islam dit que tous les deux sont considéré comme goorjigéen. Mai là aussi il y a une précision : ils ne sont goorjigéen qu’au moment où ils entretiennent l’acte sexuel. Mais dès qu’ils se quittent on ne peut plus les appeler goorjigéen. La précision et ici importante. Je rappelle donc que s’ils sont surpris au moment où ils entretiennent la relation, ils sont passibles de la peine de mort. Et une fois qu’ils sont morts, on doit leur tenir la prière mortuaire s’il s’avère qu’ils sont des musulmans ou si quelqu’un de leur entourage peut affirmer les avoir vus prier une fois. Si par ailleurs, ils ne priaient pas, alors dans ce cas, Serigne Touba, dans ses écrits, dit qu’il appartiendra aux populations d’affirmer si oui ou non ils étaient musulmans. Si oui, alors ils ont droit à la prière mortuaire avant d’être enterrés dans un cimetière musulman. La seule sanction qui tombe sur lui, c’est qu’un dignitaire religieux ne doit pas se déplacer pour lui faire la prière. C’est ainsi que l’a expliqué Serigne Touba. Ainsi, on laissera à Dieu le soin de les juger… Maintenant si c’est quelqu’un qui n’a jamais été musulman, alors là, on ne doit jamais l’enterrer dans un cimetière musulman.

« Pour ce qui est du cas du goorjigéen décédé à Thiès, par exemple, à mon avis on lui a fait du tort. Car, malgré tout le tapage fait à son encontre, personne ne l’a vu commettre l’acte sexuel avec un autre homme. Tout au moins, on pouvait considérer qu’il a commis un pêché. Alors, si on me dit qu’il mettait des tenues de femmes et parlait ou se tenait comme une femme, je dirais alors que ce même sort devrait être réservés aux hommes qui mettent des boucles d’oreilles ou autres affaire de femmes comme le xessal. Ainsi, si on suit la logique de ceux qui ont très vite condamné l’homosexuel de Thiès, je dirais que tout homme qui met une tenue de femme est passible du même sort. C’est pareil pour les goorjigéen retenus dans les liens de la justice et condamnés à Dakar. Devant la loi, ils peuvent être passibles des peines de prisons, mais, pour l’Islam, personne ne doit les condamner, dès lors que personne ne les a vu s’accoupler. On me dit qu’ils célébraient des mariages entre eux. Pour l’Islam, cela sort du domaine normal et c’est à Dieu de les juger. Loi islamique, dans le cas précis, priorise l’acte avec des témoins oculaires. Je ne fais que traduire ce que l’Islam a dit sur les relations sexuelles illégitimes. Il faut plus de quatre témoins présents pour faire condamner un tel acte. Et moi je ne comprends pas comment on peut condamner des gens qui, jusqu’à preuve du contraire, n’ont jamais été pris la main dans le sac et laisser allègrement une femme qui dispose d’une maison close et qui bénéficie de la complicité des populations. Donc, il faut que les gens arrêtent de se faire justice si jamais ils répondent de l’Islam. Demain, ils rendront compte devant Dieu. En somme, tant l’homosexuel n’est pas pris en plein ébats sexuels, il n’est pas condamnable pour la loi islamique. Il faut qu’on respecte les principes islamiques.

A mon avis, c’est nous-mêmes qui faisons la promotion de la franc-maçonnerie. Personne ici ne peut dire s’il s’agit d’une religion, d’une secte ou d’un groupe de personnes ambitieuses. Si c’est une religion, alors pourquoi s’émouvoir de ce que font les francs-maçons, alors que d’autres religions vont jusqu’à prêter à Dieu une procréation humaine ? Si c’est une secte qui regroupe des hommes qui ont des ambitions personnelles, alors pourquoi les musulmans doivent-ils s’occuper de cela ? Ce n’est pas notre affaire… On a qu’à s’occuper de nos problèmes et ne pas s’occuper de ce qu’ils font, d’autant plus qu’ils sont fermés entre eux. »

« Je ne sais pas pourquoi les gens s’attardent sur des détails et oublient l’essentiel. Pour l’Islam le mariage comprend quatre piliers : la dot, la demande en mariage, l’acceptation de la demande et les deux conjoints (doivent être) reconnus par l’Islam comme aptes à se marier. Mais, avant tout, il faut dire que le mariage n’a de légitimité que si les deux conjoints ont l’accord des parents. Alors, quelque soit le nom qu’on évoque le mariage est valable. C’est dire que le fondement d’un mariage, c’est l’accord des parents. Par exemples, si un parent, devant le marabout ou le guide religieux, dit avoir donné son accord pour le mariage de son enfant, cette union est valable devant l’Islam. Quel que soit le nom prononcé par le guide, le mariage reste valable. Mais, si un des parents refuse d’accorder à sa fille sa bénédiction, même si on évoquait tous les noms divins, le mariage ne serait pas valable. Donc, il faut bien comprendre que le fondement de toute union c’est d’abord l’accord des parents. Je pourrais même aller plus loin. Si vous deviez épouser une femme chrétienne et que ses parents décidaient de ne donner la main de leur fille que devant l’église, ce mariage, pour l’Islam, est valable. C’est vous dire que seul le oui des parents a valeur de légitimité pour l’Islam. Donc, il faut que les gens le comprennent ainsi. Maintenant, il est préférable de citer la basmallah avant de sceller un mariage. Cependant, le fait de citer sept fois le nom d’un guide religieux n’infirme ni ne confirme le mariage. C’est seulement une façon, à mon avis, de rendre hommage à son guide.

Recueillis par Thierno A. DIENG

Walf Grand-Place

6.Posté par boybougraw le 17/05/2009 13:25
lamine si c'est vraiment toi qui a di sa retourne apprendre l'islam
en plus les homosexuels de m'bao ils se mariaient et ne me dis pas qu'on se marie pour se regardè le mot seye en wolof veut dire mariage et aussi acte sexuel alors c'est des pd
deux toi qui parle de mariage l'islam c'est pour faire plaisir a son guide c'est des textes divine qu'il faut applique ton pere et ta mere excuse moi mais ils se sont pas mariè avec 7 serigne saliou et tu vas pas mariè ta fille comme ca alors bougnou nakhe tu c'est bien que c'est pas l'islam. l'islam nous dit d'immiter le prophete dans tout alors va voir comment le prophete celèbrè les mariages .
qui compte li cette article si c'est toi ki la di sera succeptible de prendre l'islam pour du pain beurre

7.Posté par Gakou le 18/05/2009 17:23
Merci Cheikh, à la lecture de l'article, cela à été ma première réaction et l' I S T devrait poursuivre ce journaliste pour diffamation et faire couler un peu d'encre afin que les lecteurs saches que ça ne s'est jamais passé à l' I S T.

"""Ce scandale que ce journal relate à propos de celui qui enseignait avec un niveau de BFEM ne s'était pas passé à l' IST mais à l'institut des sciences de l'environnement ISE. L 'erreur peut être grave car à l'IST on forme des ingénieurs et des informations pareilles peuvent ternir l'image de cette grande école. Je prie les gens de ne pas toujours croire aux articles de ces journalistes. D'ailleurs beaucoup se disent maintenant journalistes alors qu'ils n'ont jamais fréquenté une école de journalisme. Malheureusement beaucoup de compatriotes vivant à l'étranger depuis longtemps et qui ont perdu le contact direct avec le pays se laissent induire en erreur par leur commentaire qui pour la plupart manque beaucoup de rigueurs."""

8.Posté par chatou le 19/05/2009 18:59
je ne te le fais pas dire gakou en plus c'est des corrompus faisont tres attention aux dires de certains de nos soi disant journalistes la plus part de certaines revelations faites sur cet article sont des mensonges orchestrés par l'homme meme qui l'a embauché dans cet entreprise pour des differents d'ordre privé.

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State