Référence multimedia du sénégal
.
Google

SÉNÉGALAIS VIOLENTE PAR DES POLICIERS ESPAGNOLS: Le ministre de la Justice ordonne des poursuites contre X

Article Lu 11471 fois

Les violences exercées par des policiers espagnols sur un émigré sénégalais à expulser auront une suite judiciaire. Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice, a instruit le Parquet général pour qu’il enclenche « immédiatement » des poursuites contre X pour actes inhumains et dégradants.



SÉNÉGALAIS VIOLENTE PAR DES POLICIERS ESPAGNOLS: Le ministre de la Justice ordonne des poursuites contre X
Suite à un enregistrement vidéo diffusé sur internet et montrant des policiers espagnols malmener un émigré sénégalais, le ministre d’Etat, Garde des Sceaux, ministre de la Justice, Madické Niang, « a instruit le parquet général à enclencher immédiatement des poursuites contre X pour actes inhumains et dégradants prévus et réprimés par la Convention des Nations Unies contre la torture et autres peines ou traitements cruels inhumains ou dégradants, adoptée à New York le 10 décembre 1984 », annonce un communiqué de presse reçu hier de ce ministère. Cette décision d’enclencher des poursuites judiciaires intervient après que le ministère de la Justice eut saisi la représentation diplomatique du Sénégal en Espagne « pour avoir des informations sur l’identité de la victime aux fins de confirmer, éventuellement, sa nationalité sénégalaise », ajoute le communiqué. L’auteur de l’enregistrement, Lamine Mbengue, a été même reçu par Madické Niang, vendredi dernier, mais celui-ci n’a pas été en mesure d’identifier la victime encore moins de confirmer sa nationalité, précise le communiqué. En marge d’une rencontre des chefs de Parquet qu’il présidait, vendredi passé, Me Madické Niang, interpellé par la presse, avait laissé entendre qu’il fallait d’abord établir que la victime est bien de nationalité sénégalaise avant toute action judiciaire.

Le Garde des Sceaux, ministre de la Justice a été aussi interpellé par le député Masseck Guèye sur cette mésaventure de notre compatriote, jeudi dernier. Selon le communiqué de presse, Me Madické Niang, qui a exprimé dans sa réponse son indignation devant tout traitement inhumain infligé à une personne, a rappelé que nos tribunaux ne sont compétents dans ces cas d’espèce que s’il est avéré que la victime est de nationalité sénégalaise. « Ce qu’il fallait établir », avait-il ajouté. L’article 664 bis du Code pénal sénégalais réprime les crimes et délits commis sur des Sénégalais en dehors du territoire national.

Malick CISS
Source Le Soleil

Article Lu 11471 fois

Mercredi 24 Juin 2009





1.Posté par xam leep wakh leep le 24/06/2009 07:36
sur le plan judiciaire mr le ministre vous avez raison mais sur le plan politique pour preserver l'image de notre pays et son autorite ,l'etat devrait rappeler son ambassadeur d'espagne pour explication et convoquer l'ambassadeur d'espagne au senegal.

2.Posté par Mouss le 24/06/2009 09:24
pourquoi contre x? on sait que le coupable, c la police espagnole

3.Posté par cissé le 24/06/2009 10:34
c'est deja un grand pas ..

4.Posté par bibi le 24/06/2009 10:55
le ministre a peur des espagnole

5.Posté par Teuss le 24/06/2009 11:08
Mais contre quel X c'est koi ces histoire alors y'a plus de X ou Y ici on connait bien la victime c bel et bien la ^police espagnole et la video l'a montré et c'est tout il fau prendre vos responsabilités Mr le ministre pourkoi peur des toubabs et attendez que nos policiers le font pour un blance meme vous le gouvernement vous aurez des prblme car les blance ne badinent pas à ce sens si c'est leur compatriote et vous vous etes là rék pas pour défendre vos compatriotes mai succer de leur sang thiipry way

6.Posté par senegalais de l´espagne le 24/06/2009 12:00
il faut savoir que avec un pas en avant ,on peut faire deux pas en arriere alors je vois rien de 9 sur ce dossier

7.Posté par aziz le 24/06/2009 12:01
des ministres qui tout le temps fuit leurs responsabilités pourquoi pas attaquer brièvement la police espagnol a cause de cette acte barbare

8.Posté par FBI le 24/06/2009 13:16
il faut retourner au senegal c mieux europe amatoul guatt c est des imbeciles les toubabs st tt pareilles ils nous prennes pour des esclaves
sene leufeul ndaye toubab yui

9.Posté par beck le 24/06/2009 13:36
je reside en Espagne et hier j'ai ete l'objet d'un controle de la police. On m'a demande mes papiers , heureusement je suis en regle et j'ai demande au policier pourquoi a moi seul , pourtant il ya des emigres Colombiens , des Boliviens , Chiliens et tu ne leur deman de pas de papiers donc c'est a cause de ma peau noire .Nous sommes toujours des esclaves si nos dirigeants ne cessent de demander de l'aide aux blancs.

10.Posté par baye le 24/06/2009 14:29
Mais monsieur Madicke le coupable c pas X c est la police espagnole .il ne faut pas leurer les gens.

11.Posté par masa le 24/06/2009 14:29
fuite de responsabilite.Pourquoi contre x.La victime est senegalaise.les assaillants l'espagne par le biais de ces policiers qui foulent des pieds les regles de droitles plus elementaire.complexes nos gouvernants devant cette situation ,non seulement ils ont tarde de reagir devant cet act barbare,mais de porter une plainte contre x.C,est outrageux et le peuple a besoin d,'un gouvernement protecteur au service du peuple.

12.Posté par modou modou le 24/06/2009 14:53
cette plainte ne servira a rien et jusqu' à présent personne n'a pu confirmer la nationalité de la victime!
alors shut your m.....

13.Posté par diony le 24/06/2009 15:05
j le connais tres bien il est senegalais

14.Posté par tiero le 24/06/2009 15:59
le moment est venu de ce reveiller mes cheres compatriotes.comment est fini histoire des deux jeunes senegalais tué lors des manifestations menés kedougou ou les chantiers de thies qui sont les coupables annoncés par le president de la republique.voila deux exemples d injustices dans notre pays commits par nos autorités et qui ne sont pas condamnés comment peu ton pretendre de la justice ou du respect envers les toubabs.

15.Posté par cpasjuste le 24/06/2009 23:19
Encore une mort troublante dans les locaux des forces de sécurité. Julilson Niniken Vaz, un des membres de la bande des présumés voleurs de voitures, arrêtée le 17 mai 2009 par la gendarmerie de Mbour, est décédé des suites d’une «crise de maux de ventre». En effet, renseigne-t-on, c’est le 19 juin, au moment de son transfert que ce ressortissant Bissau-Guinéen a rendu l’âme. Cette thèse de la gendarmerie de Mbour est battue en brèche par ses camarades codétenus, qui soutiennent mordicus, informe-t-on, que Julilson Ninikel Vaz «a été torturé comme ils l’ont tous été».
Du côté de la famille du défunt, «la suspicion» demeure d’autant que, poursuivent nos sources, on cherche en vain à savoir les circonstances de la mort de Julilson, car la famille ne parvient pas à voir le certificat d’autopsie. Mais, «les contusions que la famille a découvertes sur la tête du cadavre porte à croire que ce n’est pas une mort naturelle». Actuellement, le corps de Julilson Ninikel Vaz se trouve à la morgue de l’hôpital Aristide Le Dantec.

Récurrence
En tout cas, des incidents de ce genre commencent à devenir monnaie courante au niveau des locaux des forces de sécurité. Le 15 avril 2007, on se le rappelle, un jeune de 23 ans du nom de Dominique Lopy avait été trouvé mort dans le commissariat de Police de Kolda, lors de sa garde-à-vue. Une enquête avait été ouverte, mais le dossier semble piétiner. La seule mesure prise alors était de procéder à l’affectation du commissaire et de son adjoint et Paul Boissy, le présumé coupable dans cette affaire de décès de M. Lopy.
La famille de la victime et les organisations des droits humains comme la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho) n’ont cessé de réclamer la lumière. En décembre 2008, le corps sans vie de Alioune Badara Diop avait été retrouvé dans les locaux du commissariat d’arrondissement de Police de Ndorong, à Kaolack. Ce qui avait soulevé l’indignation du président de la Raddho, Alioune Tine, qui juge «inadmissible et inacceptable» qu’un individu placé en garde-à-vue puisse se donner la mort ou décéder.
Cette même «négligence» avait été constatée à la suite de la mort de Adji Camara, retrouvée pendue le 27 novembre 2008, dans les locaux du Commissariat central de Dakar alors qu’elle était placée en garde-à-vue. Cette femme avait été arrêtée avec son mari et son frère dans le cadre de l’enquête sur le meurtre de la française Marie Claude Emonet dont le corps avait été retrouvé aux Hlm Grand-Yoff dans une voiture 4X4 garée en face du stade Léopold Sédar Senghor.

gbaya@lequotidien.sn

16.Posté par king le 25/06/2009 03:07
you are right guys. Our president and his staff do know that the guilty is the spanish police.

besides the senegalese community must have an association. They also have to undertake a complain against those shit rottten white chickens.

if we are still slaves in their eyes, i wonder how they can bear seeing us blacks fucking their wowen. their daughers will ending up, every nine-month-later, with sauvage-babies.

my mid-finger up!

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State