Référence multimedia du sénégal
.
Google

SENEGAL: Des raisons d’espérer

Article Lu 1911 fois

Le Sénégal connaît les turbulences les plus fortes de son histoire telle une sourde tempête avant le bouquet final. Disons-le ! Le Wadisme comme machiavélisme pur et dur a fini de nous diviser. Aussi, il se hâtera à porter le coup de grâce à notre pays assailli de toute part par les tenants d’une politique ayant férocement trempé dans la médiocrité et le pharisaïsme. Si le Sénégal réel dans le cadre des assises nationales s’est retrouvé au chevet de notre démocratie, aujourd’hui dévoyée, c’est parce que la situation de notre pays est plus qu’alarmante. Mais où trouver la paix à l’heure des comptes ?



SENEGAL: Des raisons d’espérer
Ce n’est pas pour un horizon lointain. Ceux qui croient qu’il faut s’aplatir pour brouter dans les pâturages d’un sopisme imprécateur se trompent et méconnaissent vraisemblablement les bégaiements de l’histoire. Ils seront tout aussi comptables des exactions de cette « violence d’Etat » que notre pays n’a jamais connu. Les tenants du pouvoir ne proposent plus rien, ils plastronnent à longueur d’antennes et de colonnes, ils nous tiennent en otage, ils font du bruit, beaucoup de bruit, pour rien et spéculent sur le sens du vent. De surcroît, certains d’entre eux sont ventriloques.

A propos du vent, la météo des âmes n’est pas bonne dans les chaumières et cela ils ne l’entendent pas, tant la montgolfière wadienne est devenue confortable. Du haut de celle-ci, dans leur suffisance paillarde, les fourmis que nous sommes censés incarner à leurs yeux semblent méprisables et résignées.

Comme s’il ne s’était rien passé le 22 mars dernier. Rideau. Paradoxalement, au moment où le système gabonais s’essouffle, après plus de quarante ans d’une intense activité familialo-politique, voilà que nous arpentons le chemin inverse alors que jamais le peuple sénégalais n’a été aussi conscient des enjeux qui traversent notre société.

Une fin de règne avec une bonne dose de népotisme et nous voilà partis pour une dangereuse impasse politique. Ni les instruments honteux telle que la révolution agricole (sic) petite sœur de la Goana morte née, ni les fêtes « foraines » des fous du roi ne changeront le sens du vent nouveau qui s’annonce.

L’échiquier politique est « squatté »par les derniers de la classe, champions de la concussion en tous genres et tout cela dans un flot de paroles futiles. Ce qui est remarquable, c’est que la crise que connaît le Sénégal est une affaire nationale et sa résolution ne pourra se faire sans les Sénégalais. Comme pour les assises nationales, aucune main étrangère ne viendra travestir le processus de rectification qui n’a jamais pu se faire convenablement depuis la crise de 1962.

Mais les Sénégalais sont d’accord pour revenir sur certains points de notre histoire. Une bonne lecture des résultats des assises en atteste. Les « apprentis Foccart »n’ont qu’à se tenir prêts. Il est question ici de la survie d’un peuple floué dans son histoire et dans ses aspirations au moment où le monde s’interroge sur les errements de spéculateurs grisés par une économie ultralibérale devenue folle. Ils nous vendront la corde pour les pendre comme disait l’autre. Allons-nous laisser à des prédateurs le soin de nous préparer un avenir qui sent le soufre ?

Le libéralisme sous nos cieux est d’une violence inouïe, il relève d’une inconscience et son mot d’ordre est : volons, menaçons, colportons, thésaurisons et maintenons en respect par des moyens inavouables un peuple pour lequel nous n’avons que mépris. Le « rêve sénégalais » à la sauce alternance, c’est de se retrouver au sommet de l’Etat sans jamais y avoir rêvé les yeux ouverts.

Si des hommes de religion qui se réclament de la puissance divine cautionnent le pitoyable sort réservé depuis neuf années au peuple sénégalais, alors Dieu sera contre eux. C’est une évidence. Les biens terrestres ont fini de détruire les derniers sanctuaires épargnés jusqu’ici par la cupidité et le mensonge. Défendre un projet destructeur qui a fait ses preuves en nombre de victimes, c’est refuser le message du Dieu unique.

Nul n’a le monopole de la vérité et ceux qui s’en rapprochent le plus n’ont pas besoin de jouer des coudes pour se faire entendre. Encore une fois « la vérité vous couvre de sa justice » comme le disait le philosophe Michel Serres. Il ne s’agit pas de laisser le temps au temps mais plutôt de le laisser faire son travail ce qui n’exclut pas que l’Homme fasse le sien parallèlement. C’est ce que les parties prenantes des assises nationales ont réussi en jugulant le temps affreusement corrosif du fait de la mauvaise gouvernance et une certaine capacité de mobilisation en vue de sonder les profondeurs de nos tourments nationaux.

La françafrique à travers son démembrement sénégalais ne pourra plus jamais nous imposer une conduite encore moins un homme ou une femme pour conduire les destinées de notre pays si fragile. Les temps ont changé et les fossoyeurs de la République les plus inattendus ont été identifiés en un peu moins d’une décennie. C’est comme si le Sénégal avait été soumis à un « tamis invisible ». Quel échec !

Ce qui compte au final, c’est le fait que les sénégalais une fois unis autour de leur histoire commune ne pourront plus jamais refaire la même chose en matière de travestissement de nos institutions et de dilapidation des biens publics. Les assises nationales ont tracé un sillon et les futurs dirigeants du Sénégal pourront s’en inspirer afin de façonner un destin acceptable à notre pays meurtri.

L’histoire retiendra qu’au moment, où, les forces vives de la nation rendaient le fruit de leurs travaux patriotiques, la « togolisation » du Sénégal prenait son envol. L’alternance s’est révélée être une imposture, car, nous avons élu démocratiquement un président de la République le 19 mars 2000 et ce « miracle » a accouché d’une monstruosité, dont la vice-présidence en est l’illustration la plus récente.

C’est pourquoi le retour du peuple sénégalais par le truchement des assises nationales restera dans les mémoires comme une étape historique dans le processus de restauration de la République.

Almamy Mamadou WANE
Source SudQuotidien

Article Lu 1911 fois

Samedi 6 Juin 2009





1.Posté par ceddo le 06/06/2009 11:20
L'horizon est bel et bien tres loin pour le Senegal.Le p.d.s,le p.s. et les autres partis autour des assises nationales sont tous egaux.

2.Posté par senegal le 06/06/2009 13:48
God Bless Senegal !

3.Posté par senegalais le 06/06/2009 15:11
ho aller au travaille vou parler trops sans rien fair

4.Posté par king le 07/06/2009 18:17
Salam.
C génial les assises nationales. Au moins on réfléchi, on propose dans l'opposition au lieu de casser des bus entre autres comme dans le passé.
Ce serait aussi génial que le PS reste dans l'opposition pendant 40 ans. Ils n'ont pas besoin de revenir au pouvoir pour rendre service au peuple. Du tout.
Le parquet du peuple vous a condamnés à une très lourde peine.
Farba Prési au lieu du PS. Si on doit vous oublier et vous pardonner si tôt, autant le faire pour le PDS et tout de suite. Et là il faudra annuler les assises et vous allez retourner à l'exercice de vos fonctions respectives. Vous avez des boulots non !
Salam.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 13:10 L’adultère est-il devenu une banalité ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State