Référence multimedia du sénégal
.
Google

SÉCURITÉ ET SANTE AU TRAVAIL : Des états généraux en avril

Article Lu 11599 fois

Le gouvernement compte tenir des états généraux sur la sécurité et la santé au travail le mois d’avril prochain. Cette révélation est du ministre d’Etat, ministre du Travail, de l’Emploi et des Organisations professionnelles, Zakaria Diaw, qui présidait hier un atelier de restitution et de validation des résultats sur les conditions de travail en milieu agricole au Sénégal, notamment dans les zones des Niayes et dans le Delta du Sénégal.



SÉCURITÉ ET SANTE AU TRAVAIL : Des états généraux en avril
Ces états généraux devraient permettre de « disposer d’une politique nationale en matière de sécurité et santé au travail accordant une large place à l’agriculture afin de promouvoir le travail décent et contribuer significativement à l’atteinte des objectifs de réduction de la pauvreté », a soutenu le ministre d’Etat. Il a ajouté que ces assises seront organisées en collaboration avec l’ensemble des partenaires étatique, syndicats, patronat et acteurs de la société civile, pour un « diagnostic complet de la situation nationale en matière de sécurité et santé au travail ». Mais aussi pour définir les orientations stratégiques qui « sous-tendront la future politique nationale ».

Le gouvernement, à en croire le ministre, va s’approprier la démarche du Wind, un outil « adapté du fait de son approche qui intègre l’ensemble des facteurs de vulnérabilité des populations rurales, mais aussi et surtout de par le caractère peu onéreux de sa démarche qui privilégie le savoir-faire local ».

Pour François Murangira, directeur du Bureau sous-régional de l’Oit pour le Sahel et l’Afrique occidentale, la pertinence de la méthode Wind, conçue pour améliorer le quotidien des paysans et qui a fait ses preuves en Asie, se lit dans la spécificité du secteur agricole. Celui-ci s’est, pendant longtemps, singularisé par un non intérêt des conditions de travail de ses acteurs « alors que l’essentiel de la production agricole de nos pays en développement provient de ce type d’exploitation agricole ». Pour lui, le Bureau international du travail (Bit), en introduisant la méthode Wind, fait le pari de concrétiser le travail décent dans ce milieu spécifique qui occupe plus de 60 % de la population active des pays en développement. L’esprit du Wind est ainsi d’atténuer et d’éradiquer les nuisances occasionnées par le « contact avec des êtres biologiques comme les plantes et les animaux, la présence d’outils et d’équipements mécanisés et des produits toxiques ». L’absence de données statistiques sur les accidents de travail et les maladies professionnelles dans le secteur de l’agriculture n’en révèlent pas moins des maladies qui font payer au travailleurs et à leurs familles un lourd tribut eu égard à « l’exposition aux conditions climatiques sévères et aux lourds matériaux, l’observation de postures de travail exténuantes ».

Convoquant le principe de « remplacer ce qui est dangereux par ce qui l’est moins », Zakaria Diaw a exhorté à l’utilisation de biopesticides et des biofertilisants afin de régler définitivement les complications liées à l’emploi des produits chimiques sur la santé des pays et sur l’environnement ». Le défi de l’autosuffisance par la Grande offensive agricole pour la nourriture et l’abondance (Goana) ne pourrait être relevé, a rappelé le ministre, qu’avec une promotion de « pratiques culturales modernes, un mécanisme favorisant la rentabilité des exploitations et surtout l’amélioration des conditions de vie et de travail. Pour le directeur du Bureau sous-régional de l’Oit pour le Sahel et l’Afrique occidentale, la Convention 184 de son organisation trace les orientations en vue de préserver la santé et la sécurité des travailleurs agricoles. Le Wind, lancé depuis une année au Mali, au Bénin et au Sénégal, vise la réduction de l’extrême pauvreté et de la faim, conformément aux Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). C’est justement pour lutter contre la précarité et la pauvreté en milieu rural que l’Organisation international du travail (Oit) a lancé le projet Wind qui, entre autres objectifs, veut améliorer les conditions de vie et de travail des agriculteurs. Ce programme se décline en améliorations quotidiennes et traduit son action dans la sécurisation du travail, la responsabilisation des femmes, la scolarisation des enfants.


Ibrahima Khaliloullah NDIAYE
Source Le Soleil

Article Lu 11599 fois

Mercredi 10 Février 2010




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State