Référence multimedia du sénégal
.
Google

SECURITE EN MER: La vétusté des pirogues et l’imprudence des pêcheurs en question

Article Lu 1746 fois

La sécurité en mer a fait l’objet d’une attention particulière au cours de la réunion des chefs de services départementaux du secteur de la pêche qui s’est tenu à Mbour du 13 au 22 août. Des discussions nourries ont été enregistrées autour de questions liées au port du gilet de sauvetage et de l’état des embarcations. Des mesures pas toujours respectées font l’objet de manquements causant beaucoup de pertes en vie humaine et de matériel.



SECURITE EN MER: La vétusté des pirogues et l’imprudence des pêcheurs en question
Le port du gilet de sauvetage rendu obligatoire par la loi a fait toujours l’objet de négligence. Les pêcheurs répugnent à le mettre encore. Pourtant bon nombre d’entre eux, reconnaissent son efficacité dans des situations de naufrage ou de chavirement. Sur 51 cas d’accidents répertoriés en mer, il a été noté 26 morts dont 7 disparus en plus de dégâts matériels évalués à 101 millions de francs au cours de l’année 2006. Après étude, il semble de plus en admis que parmi les causes de ces déboires en mer sont multiples. Elles vont des chavirements liés souvent au manque de professionnalisme (inexpérience de certains pêcheurs).

Les embarcations sont mises en cause par certains professionnels. Ils considèrent les matériaux utilisés ne permettent de supporter certaines charges. Des observations importantes ont été faites sur le type de tronc d’arbres utilisé pour la confection de la coque des pirogues. Des reproches sont allés à l’endroit des pêcheurs qui ont accepté de faire les constats suivants. Les pirogues ne sont pas assez équipées. Des câbles à l’ancre, des manquements en tout genre sont recensés au niveau des pirogues. Il est même fait état de défaut de pièces de rechange de moteurs hors bord dans les embarcations.

Dans l’exposé sur la sécurité de l’embarcation et de l’équipage, des informations sont rappelées .Les premiers ennemis d’une pirogue sont le mauvais temps, la houle et les bans de sable. Pour se rapprocher d’un équipement complet de la pirogue, des éléments spécifiques sont nécessaires à la sécurité. Il est demandé au capitaine de maîtriser le métier de la mer, de savoir réparer les moteurs des embarcations mais aussi de veiller sur l’hygiène et la santé à bord. Les professionnels de la pêche artisanale sur la question ont aussi réagi en rejoignant sur beaucoup de points les sources d’insécurité et les causes d’accidents. Ils ont fait remarquer que les cordages ne sont pas toujours suffisants.

Pour d’autres, l’empirisme né du comportement des pêcheurs face aux questions liées à la sécurité, est la principale école de formation de la pêche artisanale. Pour ainsi dire que c’est dans la pratique que beaucoup de marins pêcheurs artisanaux apprennent le métier de la mer. ils ont expliqué les méthodes qu’il faut utiliser pour ralentir la vitesse d’une pirogue qui dérive, des techniques acquises dans la pratique consistant à lester l’embarcation. Sur la question de la sécurité, les professionnels ont admis qu’il est fondamental pour chaque pirogue dispose d’un couteau car il faut l’utiliser souvent en période de détresse pour se libérer des filets.

Guirane Ndoye du Collectif national des pêcheurs du Sénégal a mis en évidence que le matériel incomplet à bord d’une embarcation ne contribue à la sécurisation de l’équipage.

A l’en croire, la bonne gestion d’une embarcation est un des premiers critères de sécurité. Pour lui, il faut accepter et respecter la norme par rapport au gilet de sauvetage, en avoir pour chaque membre de l’équipage et en réserver un deux. Il a déploré le nombre de morts ou disparus enregistrés en mer. Ses recommandations ont été centrées sur le respect de la législation en vigueur, en plus des mesures à venir.

A l’endroit des charpentiers, il y a enfin l’étroitesse des pirogues qui pose problème. Le souhait de professionnels est de voir le numéro d’immatriculation de l’embarcation écrit sur une partie de la pirogue pouvant permettre son repérage et son identification par un aéronef.
Source: Sud Quotidien

Article Lu 1746 fois

Samedi 25 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State