Référence multimedia du sénégal
.
Google

SAM SAM 3 : Le maçon viole la fille de son ex-patron

Article Lu 14594 fois

Ousmane Sène, dit Simane, a été mis au frais, avant-hier, mercredi, pour avoir abusé de la fille de sa voisine du nom de M. S, âgée de 12 ans. Il avait envoyé l'ado­lescente lui acheter du café Touba. Ainsi, Simane suit la commissionnaire en douce dans la rue, la surprend par derrière et l'entraîne de force dans une mai­son en construction avant de commettre son forfait.



SAM SAM 3 : Le maçon viole la fille de son ex-patron
Les faits ont eu lieu dans la nuit du vendredi dernier. M. S., 12 ans, élève à l'école coranique, s'in­quiète pour son grand frère Papa Sow qui tarde à rentrer à la mai­son. Elle sort de la maison pour aller voir si le frangin n'est pas chez leur voisin, Ousmane Sène, alias Simane. À son arrivée, Simane en profite pour l'envoyer acheter du café Touba auprès de la vendeuse du coin. Mais, à peine en route, la fille est prise en fila­ture par Simane. Ce dernier, profi­tant de l'obscurité, presse le pas et rattrape sa commissionnaire et lui demande d'entrer dans une maison en construction.

Mais, face au refus de la gamine, le maçon s'énerve et la bouscule à l'intérieur du bâtiment. Elle tombe à terre et tente de se relever. Mais, Simane ne lui en laisse , pas le temps, il plaque l'adolescente au sol et se met à la déshabiller. La fille prend peur et éclate en sanglots, suppliant Sène de la laisser partir. Mais, ce dernier refuse et baillonne de sa main droite la demoiselle, lui enlève la culotte avant d'abuser d'elle.

«J’ai longuement tenté de crier, mais il avait étouffé ma voix en me bâillonnant de sa main droite. Et c'est après qu'il a fini de me faire ça, qu'il a daigné me relâcher», se plaint la violée. En rentrant chez elle, M. S, croise dans la rue sa mère qui s'inquiétait de sa longue absence de la maison. Interpellée, par sa génitrice, elle ne pipe mot sur sa mésaventure, se contentant de dire qu'elle cherchait son grand frère, Papa Sow.

Mais, le lendemain des faits, la mère finit par découvrir le pot aux roses, lorsqu'elle aperçoit sa fille, très mal en point, peinant à se déplacer pour vaquer à ses occu­pations domestiques. La dame est intriguée en voyant sa fille mar­cher clopin-clopant pour aller étendre au soleil ses habits de la veille tachés de sang et de souil­lure. Et jetant un coup d'œil dans le seau dans lequel sa fille lavait ses habits, elle trouve l'explica­tion. Aussi interpelle-t-elle sa fille, qui cafouille avant de passer aux aveux. «C'est Ousmane Sène qui m'a fait ça. Il m'avait envoyée lui acheter du café Touba, alors que j'étais juste allée chez eux pour chercher Papa. Ainsi, il m'a suivi en douce avant de m'entraîner de force dans une maison en construc­tion», a laissé entendre, entre deux sanglots, la victime.

Quant à sa mère, elle confirme, mais se ravise dans sa décision de porter plainte contre le présumé violeur de sa fille. En effet, elle y a renoncé à la demande de son époux et des parents du mis en cause qui, dit-elle, ont accepté de prendre en charge les frais médi­caux de la demoiselle. « Ousmane a longtemps travaillé avec mon mari, entrepreneur maçon. Sène fréquentait aussi très souvent notre maison pour rendre visite à mes fils. Et il a toujours été en bons ter­mes avec eux», soutient la mère.

Face à un enquêteur, Ousmane Sène dit Simane, verse dans des dénégations et déclare ne pouvoir s'expliquer sur cette affaire, dont il dit ne rien connaître des tenants et aboutissants. Simane, qui dit s'être rendu chez la fille pour juste récu­pérer la monnaie de ses 10.000 francs, que, la nuit des faits, il aurait remis à M. S, qui lui a demandé de quoi acheter un sandwich. Je n'ai jamais pensé une seule fois coucher avec cette fille. Je viens régulièrement chez ses parents pour causer. Je vous le jure. Je n'étais même pas sorti de chez moi la nuit des faits, lorsqu'elle est venue dans ma chambre», se défend Ousmane Sène, dit Simane. Des dénégations qui ne le sauveront point d'un pla­cement en garde à vue puis d'un déferrement au parquet avant hier par la police de Sicap Mbao pour viol sur une mineure de 12 ans.

Vieux Père NDIAYE
Source Walf Grand Place

Article Lu 14594 fois

Dimanche 14 Février 2010





1.Posté par COOL J le 14/02/2010 10:34
daguelen koybi mou diekh tak ~~~1´´´depuit españaaaaaaaaaaa

2.Posté par wèèèèèèèèèèèèèèè le 14/02/2010 17:12
salut a tous.svp ma soeur est disparue dep8 vendredi matin.elle s appelle fatou souma de diacksaw .elle va à l ecole de diamguene plus precise à l ecole edicagir de dakar.svp si vous avez des nouvelles ou si kelk1 sè de la ou elle se trouve qu il me repond ou il me donne son numero et je l appel.je conte sur vous pour retrouver ma soeur unique

3.Posté par Aslana le 15/02/2010 10:48
Eh bien moi j'ai vraiment eu du mal à comprendre il m'aura fallu relire à plusieurs reprise pour que je puisse comprendre un peu
cela dit je ne comprends pas vraiment si le type à vraiment violé la fille pk la famille refuse t'elle de porter plainte ? sous pretexte que c'est un ami de la famille les grands se permettent de faire un arrangement et la fille dans tout ça alors elle doit subir seulement à t'on penser à elle que cela restera à jamais graver dans sa memoire et que cela la poursuivra toute sa vie c'est à cause des personnes comme ça que bcp de criminelles poursuivent leur forfait sans etre inquiéter et moi je trouve vraiment injuste il a commis une faute il doit payer

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State