Référence multimedia du sénégal
.
Google

SAINT-LOUIS : GAMOU D’ELHADJI SALIF MBENGUE : Soirée religieuse en souvenir du Moukhadam d’El Hadj Malick Sy

Article Lu 11837 fois


Le Gamou traditionnel de El Hadj Salif Mbengue, Grand Moukhadam de El Hadj Malick Sy et de Serigne Ababacar Sy, rappelé à Dieu un vendredi de l’an de grâce 1959, à l’âge de 89 ans, aura lieu le samedi 5 avril, au quartier Léona Sor à Saint-Louis, ville où le saint homme a vécu l’essentiel de sa vie, annonce un communiqué remis à l’Agence de presse sénégalaise.

La manifestation qui coïncide avec la fermeture des ’’Kamils’’ (Saint Coran) a, à son programme, plusieurs cérémonies dont une exposition sur la vie et l’œuvre de El Hadj Salif Mbengue, des ’’ziarras’’ à son mausolée situé dans la mosquée El Hadj Rawane Ngom. Ainsi, l’une des ziarras aura lieu au mausolée de El Hadj Amadou Mbengue Salif, érigé dans la mosquée de son père, El Hadj Salif Mbengue. El Hadj Amadou Mbengue Salif fut le premier Khalife de son père dont il a perpétué l’œuvre de 1959 à 1997, l’année coïncidant avec la disparition de Serigne Abdoul Aziz Sy ’’Dabakh’’.

La cérémonie officielle du Gamou, placé sous le haut patronage du Khalife général des Tidianes, Serigne Mansour Sy, est prévue à 15h30, en présence des autorités et des familles religieuses, puis place sera faite dans la soirée à 21h, au Gamou qui sera présidé par le Khalife du saint homme, Adama Mbengue dit Baye. Initié d’emblée à la Tidjanya par Moulaye Wakil, un petit-fils de Cheikh Ahmed Tidjane Chérif qui était de passage à Saint-Louis, El Hadj Salif Mbengue renouvelle son affiliation confrérique (Silsila) auprès de El Hadj Malick Sy qui l’éleva d’un cran dans la hiérarchie spirituelle en lui décernant une « idiaza » (diplôme qui atteste de l’important échelon gravi dans la spiritualité tidjane). Après le rappel à Dieu de Maodo Malick, il fera la même allégeance auprès de son fils et successeur Khalifa Ababacar Sy qui, comme son père, le confirme comme son représentant et porte-parole dans toute la région du Fleuve. Facile de commerce, El Hadj Salif Mbengue « entretenait d’excellentes relations avec les érudits de son époque », tels Rawane Ngom, qui comptait parmi ses meilleurs amis, El Hadj Abdoulaye Sow de Dagana, El Hadj Ahmed Gora Diop, Serigne Alioune Bâ de Ngoumba, El Hadj Maguette Dièye de Ndande et Thierno Dramé de Andoulaye. A côté de ce cercle d’amis, El Hadj Salif Mbengue dont la spécialité était la jurisprudence et le droit successoral musulman -il refusa pourtant le titre de qadi, juge, qu’on lui proposait et s’abstint d’écrire par respect pour son Grand Maître, El Hadj Malick Sy- eut notamment pour disciples l’écrivain Birago Diop et l’ancien Directeur général de l’UNECSO, Amadou Mocktar Mbow. Après une vie spirituelle bien remplie, il fut rappelé à Dieu un vendredi du mois béni de Ramadan, en 1959.


APS

Article Lu 11837 fois

Jeudi 3 Avril 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State