Référence multimedia du sénégal
.
Google

Rewmi: Valeur politique ou valeur marchande ?

Article Lu 1422 fois

Depuis la célèbre boutade de l’ancien président de la République Abdou Diouf qui disait que ‘diakka dia ngoog, kou meun nodd na nodd’, annonçant l’avènement du multipartisme, les parties politiques n’ont cessé d’essaimer l’espace politique sénégalais. De cette ribambelle, il est difficile de trouver une âme sénégalaise capable d’en citer ne serait-ce la moitié de ces partis reconnus.



Des partis ‘cabines téléphoniques’, fantômes ou qui n’ont d’existence que de nom, on peut en compter à foison. L’on peut, dès lors, se poser la question de savoir quelle est la raison d’être de certains d’entre eux ? De toute évidence l’idéologie politique n’en est plus, à coup sûr, la raison fondamentale, tout au moins pour certains devenus délavés par la couleur et l’esprit depuis belle lurette. L’on ne s’étonne plus alors de voir se nouer des alliances qui ne trouvent leur pertinence que dans la cupidité, le confort matériel et le prestige que seul l’exercice du pouvoir permet de satisfaire.

Dans cette atmosphère puant d’hypocrisie et de traîtrise où marxistes, trotskistes et autres communistes collaborent avec des libéraux si généreux avec les deniers publics, il est normal, voire logique qu’un parti libéral de souche tel que Rewmi puisse ballotter au grè de ses intérêts entre l’ogre libéral et une opposition ne pouvant se payer le luxe d’exclure ses membres qui font les yeux doux au pouvoir. Si ce n’était que de ce point de vue, on n’aurait rien trouvé à redire. Mais qu’en est-il de celui des milliers de braves sénégalais qui par dépit pour l’ostracisme dont le leader du Rewmi Idrissa Seck a fait l’objet dans le Pds, qui par sympathie pour la nouveauté de ce parti lui conférant un semblant d’originalité, leur ont fait confiance lors des dernières élections.

Cette énième main tendue du président Wade en direction des partisans d’Idrissa Seck ne peut justifier un si prompt retour à la maison du père (spirituel, mais non biologique). Ce père, dans un passé récent, calomnié et vilipendé par Cd interposé, à tort ou à raison, retrouve brusquement une autorité paternelle qui lui était déniée par ses fils rebelles et bannis.

Manque de considération ne peut aller plus loin que pareille roublardise, vis-à-vis de ces braves électeurs et du peuple sénégalais en général.

Si la finalité de tout parti politique qui se respecte est la conquête du pouvoir, les militants de Rewmi pouvaient nourrir cet espoir après la seconde place inespérée lors des dernières présidentielles. Ce serait sans compter avec la personnalité très ambiguë d’un leader narcissique et suffisant qui érige la ruse en stratégie politique. Celui qui se disait ‘born to be president’ ne se croit-il pas être capable d’arriver à bon port avec le bateau Rewmi, malgré son poids électoral supposé ? Le courage politique s’assume et la traversée du désert est une épreuve de la vie d’un homme politique à laquelle seuls les téméraires, armés d’une forte dose de patience et de conviction, survivent. De Gaulle l’a expérimenté !

Mamadou Mbodji DIOUF Secrétaire général de la coordination départementale des jeunesses socialistes de Fatick Mail : mbodj_diouf@yahoo.fr Tel : 6539274

Source: Walfadji

Article Lu 1422 fois

Jeudi 2 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State