Référence multimedia du sénégal
.
Google

Révélations parues dans La Lettre du Continent : «Prince Karim» et les monarchies du Golfe

Article Lu 1787 fois

Dans sa parution n°520 du 21 juin 2007, La Lettre du Continent, a consacré un article aux relations entre Karim, fils du Président Wade, et les monarchies du Golfe. Dans cet article, sont déflorés les réseaux que Karim Wade entretient avec certains grands groupes d’affaires des monarchies du Golfe, en particulier des entreprises privées de Dubaï, du Koweït et de l’Arabie Saoudite. De quoi se constituer un empire pétro-dollarisé avec des monarchies peu soucieuses de la transparence et d’orthodoxie en matière de bonne gouvernance et de démocratie. Nous reproduisons intégralement l’article paru dans La Lettre du Continent.



Révélations parues dans La Lettre du Continent : «Prince Karim» et les monarchies du Golfe
«L’héritier Wade a, cette fois, tapé un grand coup : Dubaï Ports Word (Dpw) a été préféré au groupe Bolloré pour le méga contrat (534 millions §) de construction-concession du nouveau port à conteneurs de Dakar. Fureur de Vincent Bolloré qui estime être sorti le mieux disant de l’appel d’offres et va déposer un recours. L’ami de Nicolas Sarkozy est d’autant plus vexé qu’il a multiplié les «bonnes manières» à l’égard de Abdoulaye Wade. Le 1er avril, ce dernier était ainsi l’invité de Direct midi, une émission de la chaîne Direct 8 de Vincent Bolloré qui avait aimablement mis à disposition, le même jour, son avion privé pour acheminer des personnalités françaises dont Alain Madelin à la cérémonie d’investiture du chef de l’Etat. Mais, la «Karim Génération» a déjà perdu de vue la Tour Eiffel, éblouie par les tours de Dubaï qui ruissellent de pétrodollars. Le big business est là. Et les émirs du Golfe sont, désormais, les «princes de l’Atlantique» à Dakar. La preuve.

EMIRATMANIA

DPW l’aurait emporté sur Bolloré en mettant 60 milliards F Cfa de «bonus» sur la table (non, «sous la table» ont immédiatement répliqué les jaloux). La vérité vraie est que le prince hériter de Dubaï, Cheikh Mohammed bin Rashid Al-Maktoum a, depuis longtemps, verrouillé ses projets avec le «prince» héritier du Sénégal, Karim Wade, grand ordonnateur de la future Organisation de la conférence islamique (Oci) (8-14 mars 2008). L’un de ses projets majeurs est la création d’une Zone économique spéciale (Zes), en fait un port franc de réexportation des marchandises sans droits de douanes. Dans cette perspective, le groupe Emirate va ouvrir une ligne aérienne Dubaï-Dakar qui poursuivra sur l’Amérique latine. De son côté, le Fond d’Abu Dhabi qui annulerait les dettes sénégalaises a promis de financer le complexe de l’Oci, un hôtel cinq étoiles, des routes, une clinique moderne, les équipements des forces de sécurité, une université à Diourbel, etc. Le Koweït qui a déjà passé à l’ardoise magique, 57 milliards F Cfa de dettes sénégalaises, va récapitaliser les Industries chimiques du Sénégal (Ics), gravement plombées (Lc n° 504). La Banque islamique de développement (Bid) répond toujours présent pour acheter les cargaisons de carburant nécessaires à Senelec (électricité). L’ami de Karim à la Bid est le vice-président chargé des opérations, Amadou Boubacar Cissé, présidentiable demain au Niger…

LE GROUPE BEN LADEN

Habitué à travailler dans le royaume saoudien avec les firmes françaises, le groupe Ben Laden a été retenu pour la construction de deux tours à Dakar, celle du Musée des civilisations noires et, surtout, celle du nouvel Aéroport international Blaise Diagne. Le coût de la phase 1 des travaux approcherait les 200 milliards F Cfa. Le financement serait assuré via Dawa, une société de Dubaï qui dispose d’un compte à l’agence de la National of Abu Dhabi. La banque d’affaires de référence pour le montage financier du projet est la Bmce d’Othmane Benjelloum. «Karim» est très ami avec le roi Mohammed VI qui vient souvent se reposer dans le village de pêcheurs de Popenguine. L’Arabie saoudite sera aussi partie prenante dans la réalisation de la nouvelle capitale avec Dubaï et les groupes Limitless, Nakheel Dubaï, Damag, Sorough, etc.

INTERETS EMIRATS

La famille Wade craint moins les manifestations de l’opposition politique que les coupures de courant… «Karim» a récupéré comme ministre de l’énergie Samuel Sarr «Démocrate délestage» - parce que riches comme pauvres ont souvent été dans le noir quand il était Dg de la Senelec-, Sarr va permettre à l’héritier de contrôler tous les secteurs de l’énergie, en particulier la Société africaine de raffinage (Sar) dont l’Etat a pris la majorité du capital au détriment de Total (Lc n° 517). La Sar devrait ensuite être confiée à des intérêts émirats. Dans l’urgence, un appel d’offres va être lancé pour l’installation d’une centrale de 130 Mw (Tobène).»

Ndlr : Les intertitres de la rédaction.
Source: Le Quotidien

Article Lu 1787 fois

Lundi 2 Juillet 2007





1.Posté par fall le 03/07/2007 06:47
bravo petie karime nonoula sa kaname rek bayilene fofou ngouye wakhe reke ta yawe ngaye ligueye mercie sa kaname
























sa kaname







Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State