Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Retour d’exil de l’actrice «Karmen», Vedette d’un film polémique: «Faire la scène de la nudité, ce n’était pas facile»



Retour d’exil de l’actrice «Karmen», Vedette d’un film polémique: «Faire la scène de la nudité, ce n’était pas facile»
Divorcée et mère de trois enfants, Dieynaba Diop dite Karmen, ex-épouse du réalisateur Joe Gaï Ramaka revient d’un séjour aux Etats-Unis, dix ans après. L’actrice du film polémique « Karmen Gai » s’est confiée à nos confrères du Populaire.

Le temps guérit les douleurs.

Surtout lorsqu’on est contraint à l’exil alors qu’on vient d’effectuer ses premiers pas dans l’univers du cinéma. Mais il lui aura fallu un seul film pour se mettre à dos toute une société, tout un pays où la religion et les thèmes y afférents, relèvent du tabou.L’actrice de « Karmen » évoque donc un passé douloureux marqué par la colère des « baye Fall », très remontés contre la projection, à l’époque au Cices, de l’avant-première d’une production cinématographique, un film polémique. Dans un entretien à nos confrères du Populaire, Karmen qui se dit musulmane et de surcroît mouride, regrette un choix de son réalisateur qui à la fois, l’a propulsée sur le devant de scène et a failli faire de sa vie, un enfer.

« Pour me mettre dans la peau de Karmen, on a fait venir un professeur russe de Moscou, un professeur de théâtre qui a fait les premiers pas de Robert de Niro ainsi que toute une équipe technique », se remémore l’actrice, aujourd’hui âgée de 44 ans. A l’époque, lorsque le film défrayait la chronique, Dienaba Diop Karmen était mariée au réalisateur, Joe Gaï Ramaka.« Il y a aussi d’autres choses que je n’ai pas appréciées et que le réalisateur a faites et que j’ai acceptées, tout simplement parce que c’est son produit », tente de justifier l’actrice dans les colonnes du journal.

Revenant sur les passages polémiques du film, comme celui comportant les khassidas (chants religieux mourides), Karmen de reconnaître « deux chocs sociaux » liés au film dans son ensemble. « L’un c’est quand on sortait le corps de la directrice de la prison qui était une lesbienne et une chrétienne. Sur cette image, on a superposé le chant de Cheikh Amadou Bamba, une erreur du réalisateur », a concédé l’actrice. Et d’ajouter : « à l’époque, je n’étais pas mouride, mais je savais parce que c’est moi qui ai transcrit le texte au réalisateur pour qu’il comprenne, puisque je connais bien l’arabe (…) je n’ai pas pensé par contre, que ça allait passer sur cette scène là.

C’est au montage au Canada que j’ai vu qu’il allait faire passer ce chant sur cette scène », rectifie Karmen. Qui après avoir, en vain, essayé de dissuader le réalisateur de mettre le chant sur ce passage, a fini par se résigner. « Je savais que ce n’était pas possible de lui faire changer d’avis », dit-elle. Regrettant aussi, plus ou moins, la scène de la nudité dans le film, « une image de Dieyna allongée nue ».

« La caméra a défilé sur les courbes du corps et ça a choqué aussi. Ça a appuyé ce que les autres, qui étaient contre les khassidas sur une des scènes, disaient. Alors on a commencé à dire que c’est un film amoral sans même regarder le film intégralement », fustige Karmen. Toutefois, « faire la scène de la nudité, dit-elle, ce n’était pas du tout facile ». Quand à son exil de dix ans à l'étranger, « c'était pour protéger mes enfants que je suis partie aux Etats-Unis », confie celle qui vient d'effectuer son retour au bercail.

Source Seneweb

Samedi 30 Mars 2013



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés